Courbit, Secret story, Big business & belle piscine

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il suffit de se replonger dans La Comédie humaine pour s'en souvenir. Au-delà du talent des hommes, réel ou supposé, au-delà des hasards dont ils profitent, il est des parcours qui en disent long sur une époque : sur les immenses fortunes qu'elle permet d'amasser ; sur les passerelles qu'elle autorise entre affaires privées et intérêts publics ; sur l'éthique de la vie des affaires ou sur les accommodements qu'elle tolère. Et ce qui est vrai sous la Restauration et la Monarchie de Juillet, l'est tout autant sous la France de Nicolas Sarkozy. Il n'y a plus de Balzac pour en tenir la chronique, mais la comédie se poursuit, avec d'autres héros, grandioses ou dérisoires ; d'autres ambitions, nobles ou mesquines ; d'autres petites ou grandes manœuvres.