Affaire Bismuth: Nicolas Sarkozy joue son avenir judiciaire

Par

Mediapart publie intégralement l’arrêt de la cour d’appel qui confirme la mise en examen de Nicolas Sarkozy dans l’affaire Azibert-Herzog, et dont l’ancien chef de l’État demande la cassation. L’audience a lieu ce jeudi 28 janvier. C’est sa dernière chance d’éviter un renvoi en correctionnelle.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pour Nicolas Sarkozy, il s’agit de la toute dernière chance de faire disparaître sa mise en examen infamante pour « corruption », « trafic d’influence » et « recel de violation du secret professionnel » dans la fameuse affaire Azibert-Herzog, où lui-même était apparu sous le pseudonyme de Paul Bismuth. Jeudi 28 janvier au matin, la chambre criminelle de la Cour de cassation va examiner les pourvois déposés par l’ancien président de la République, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert. Une échéance qui est désormais vitale pour le président du parti LR et candidat aux primaires de son camp en vue de 2017, ainsi que pour l'avocat Thierry Herzog, Gilbert Azibert étant pour sa part à la retraite.