Voter ou ne pas voter à la primaire du PS (quand on est de gauche)?

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À l’issue d’un quinquennat si déprimant que le président sortant élu par la gauche a préféré ne pas se représenter, comment une nouvelle primaire du PS pourrait-elle intéresser à nouveau au-delà de ce qu’il reste des sympathisants socialistes ? Alors que les candidats, comme les entreprises de sondages, affirment avoir confiance en une mobilisation avoisinant les deux millions de votants, la rédaction de Mediapart a interrogé plusieurs de ses contacts parmi la “société mobilisée”. Des syndicalistes et des militants associatifs faisant figure de relais d’opinion dans le peuple de gauche, qui s’investit en dehors des partis et plus encore du PS de ces dernières années, mais a toujours entretenu un rapport plus ou moins distant (parfois privilégié, souvent de force) avec la sphère politique socialiste.