Maurice Bidermann aux prises avec le fisc marocain

Par

Les autorités fiscales marocaines ont décidé de se pencher sur la curieuse situation de l'homme d'affaires, exilé fiscal. Elles demandent la coopération du fisc français. Celui-ci semble bien protégé ( photos)

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Très protégé en France, Maurice Bidermann commence en revanche à rencontrer quelques difficultés au Maroc. Les autorités fiscales marocaines ont fini par s'interroger sur la situation de l'homme d'affaires, toujours à Paris, mais officiellement exilé fiscal au Maroc, où il n'a aucune activité et ne déclare aucun revenu. Elles viennent donc d'engager un contrôle sur ses revenus et sa situation fiscale et ont demandé la coopération des autorités fiscales européennes. Le fisc marocain a adressé sa demande aux autorités françaises le 3 janvier, selon l'AFP. «Notre administration a sollicité l’aide des directions générales des impôts française, luxembourgeoise, belge et britannique pour appréhender les revenus réalisés, dans ces pays respectifs, par M. Bidermann. C’était aussi l’occasion pour les informer de la situation fiscale réelle de ce contribuable qui a choisi le Maroc comme domicile fiscal sans y déclarer tous ses revenus de source étrangère», a indiqué le fisc marocain dans sa demande.