Le rejet de Sarkozy est en train d'épuiser la droite

Par
Nicolas Sarkozy estconfronté à un rejet historique de la droite, de son parti et de lui-même. Avecun score de 26% des voix le 14 mars, l'UMP a donné à la droite son plus mauvais résultat électoral depuis le début de la Ve République.Défaite amplifiée ce dimanche : leparti présidentiel plafonne à 35% des voix. Du jamais vu lors d'un second tour.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

A deux ans de la fin de son mandat, Nicolas Sarkozy est confronté à un rejet historique de la droite, de son parti et de lui-même. Avec un score de 26% des voix le 14 mars, l'UMP avait donné à la droite parlementaire son plus mauvais résultat électoral depuis le début de la Ve République. Défaite non seulement confirmée, mais amplifiée ce dimanche 21 mars: le parti présidentiel plafonne à – à peine – 35% des suffrages exprimés, selon de premières estimations. Du jamais vu lors d'un second tour.