Notre dossier: Sarkozy, de l’affaire Bettencourt à l’affaire Bismuth Parti pris

Une justice qui, enfin, s'émancipe

Les poursuites contre l’ancien président de la République et l’ancien ministre du budget sont le signe d'un meilleur fonctionnement de notre justice, dont l'indépendance est plus que jamais nécessaire.

Michel Deléan

22 mars 2013 à 09h11

La lecture des articles est réservée aux abonné·e·s. Se connecter

Il faut l’espérer, la mise en examen de Nicolas Sarkozy dans l’affaire Bettencourt, neuf mois après son départ de l’Élysée, sonne peut-être le glas d’une certaine idée de la politique. Celle des autocrates pressés, des spécialistes du conflit d’intérêts, et autres partisans de l’affaiblissement des contre-pouvoirs. Après tout, là où un procureur sarkozyste, Philippe Courroye, avait tout fait pour étouffer une affaire de financement illicite de l’UMP et de son champion, oubliant au passage les devoirs de sa charge, c’est un juge d’instruction indépendant, Jean-Michel Gentil, qui a fini par mettre tout simplement en pratique, aux dépens de l’ancien président, ce que l’on apprend à l’École nationale de la magistrature, et dans les deux petits livres rouges, le Code pénal et le Code de procédure pénale.

Abonnement mediapart

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À ne pas manquer

Nucléaire — Enquête
Centrale nucléaire de Tricastin : des dissimulations en cascade
Dans l’affaire du lanceur d’alerte de la centrale du Tricastin qui porte plainte contre EDF, de nouveaux éléments consultés par Mediapart révèlent que l’Autorité de sûreté du nucléaire connaissait depuis longtemps le problème. Selon un document interne, EDF a menti et l’autorité de sûreté également dans sa communication publique.
par Jade Lindgaard
Dossier. L’affaire Kohler — Enquête
La note qui relance l’affaire Kohler
La Sfil, une discrète banque publique qui assure les financements des bateaux achetés en France par le groupe MSC, s’est réjouie en 2020 de bénéficier du « soutien » du secrétaire général de l’Élysée. Ce dernier a des liens familiaux avec les Aponte, les principaux actionnaires de MSC.
par Martine Orange
Gauche(s) — Analyse
Programme présidentiel de Mélenchon : ce qui change, ce qui demeure
Réactualisé à l’aune du quinquennat écoulé, « L’Avenir en commun » est débarrassé des points qui avaient le plus fait polémique en 2017, comme l’hypothèse d’une sortie de l’Union européenne. Pour le reste, la continuité domine : VIe République, planification écologique et partage des richesses.
par Fabien Escalona et Pauline Graulle
Droite — Enquête
Guillaume Peltier met l’argent public au service de sa petite entreprise politique
Le député Guillaume Peltier, figure des Républicains qui flirte avec l’extrême droite, a organisé tout un système pour servir son destin personnel, qu’il imagine présidentiel. Mais d'après notre enquête, son projet se construit avec des moyens publics. Et certains de ses plus grands donateurs obtiennent des avantages douteux.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

Nos émissions