Denis Baupin : «Il faut penser crise économique et crise écologique en même temps»

Par

Les questions d'environnement sont-elles décoratives ou engageantes dans les discours politiques ? C'est la question du rendez-vous d'Objections. Invité : Denis Baupin, député Europe Écologie, et ancien adjoint au maire de Paris chargé des transports.

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Denis Baupin dans Objections : "Il faut penser crise économique et crise écologique" © Mediapart

Denis Baupin ne pense qu’à la révolution (écologique) mais ne croit qu’à la réforme. Il parle d’urgence environnementale mais refuse la précipitation. Il est convaincu qu’il « faut être dans les villes ou au gouvernement pour changer les choses », et qu’on « ne peut pas dire tous les quinze jours qu’on va sortir si l'on ne nous entend pas », mais il lance à la fin de son entretien à Mediapart : « Si la loi sur la sortie du nucléaire n’est pas à la hauteur des engagements du Président, la question de la participation des écologistes au gouvernement se posera. »

Député Europe Écologie, vice-président de l’Assemblée nationale, ancien maire-adjoint de Paris chargé des transports, Baupin passe pour un jusqu'au-boutiste aux yeux de ses adversaires. Il ne s’en défend pas : il retourne le compliment. Pour lui, ceux qui mettent en avant l’urgence économique pour ajourner l’urgence écologique, sont eux-mêmes des ultras : « Il faut penser crise économique et crise écologique en même temps, ne cesse-t-il de répéter, car la sortie d’une crise qui dure depuis trente ans passera forcément par l’écologie, et ça ne peut plus attendre. Il faut changer le business model ! »

Interrogé sur l’exaspération des habitants des zones rurales ou périurbaines au cas où le prix du gazole devait être augmenté, il assure que la voiture écologique, moins chère et moins polluante, existe déjà et qu’il suffirait d’une volonté politique pour qu’elle soit mise sur le marché.

Cette volonté politique, il la trouve chancelante au sommet de l’État. Faible contre « ceux qui n’ont pas intérêt au changement, par exemple dans le nucléaire ». Faible aussi dans ses choix économiques quand le président de la République a l’air de déconnecter le pacte de responsabilité de l’urgence écologique… Cette volonté, Denis Baupin, au nom des écologistes, escompte qu’elle s’affermisse lorsque sera examiné le rapport qu’il rédige sur le coût du nucléaire. Sinon...

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous