Sarkozy: une «dérive à la Berlusconi», selon la gauche

Dans une tribune au Figaro, l'ancien président visé par plusieurs affaires est sorti de sa réserve pour attaquer la presse, la justice et le gouvernement socialiste, accusé de recourir à des méthodes dignes de l'ancienne police politique de la RDA.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Nicolas Sarkozy, soupçonné de « trafic d'influence » et de « violation du secret de l'instruction » par la justice, a riposté violemment jeudi 20 mars en dénonçant, dans une tribune au Figaro, les magistrats, les journalistes et des méthodes dignes de « la Stasi », une comparaison jugée « insupportable » par François Hollande.