Lancement du «Printemps républicain»

Dimanche 21 mars à Paris, 500 partisans d'une certaine idée de la laïcité, parmi lesquels des personnalités politiques, universitaires et médiatiques se sont réunis pour lancer le Printemps républicain. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De Richard Malka à Gilles Kepel, de Fadela Amara à Fleur Pellerin, ils étaient près de 500 à s'être retrouvés dimanche 20 mars dans la salle de la Bellevilloise à Paris pour lancer leur mouvement : le Printemps républicain. S’inscrivant dans le traumatisme des attentats de 2015 et à la suite des polémiques à répétition qui n’en finissent plus de fracturer la gauche sur son rapport au religieux, le manifeste appelle au réveil des « citoyens libres »