L’armée face aux «gilets jaunes»: la majorité assume, les oppositions s’insurgent

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’annonce a surpris tout le monde. À l’issue du conseil des ministres, mercredi 20 mars, le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux a affirmé que le président de la République avait demandé « la mobilisation renforcée du dispositif Sentinelle sur les points fixes et statiques conformément à [sa] mission ». Cette mesure vient compléter d’autres actions déjà communiquées comme l’utilisation de drones, celle de marqueurs chimiques et la mise en place d’arrestations préventives en abord des zones interdites le 23 mars comme les Champs-Élysées à Paris, la place du Capitole à Toulouse et la place Pey-Berland à Bordeaux.