De villages en préfectures, les Pyrénées s'essaient à la Nuit debout

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Micro en main, blouson de cuir et cheveux au vent, il ouvre l'AG. Pour lui, Nuit debout, c'est « d'abord un mouvement de protestation des travailleurs », qui concerne « 5 millions de musulmans stigmatisés » tout autant que « les jeunes, les petits patrons »… Il parle des Panama papers, rappelle la devise républicaine et convoque les « grands hommes » pour s'en défier : « Nous ne voulons plus d'un de Gaulle ou d'un Gambetta ! » Plus tard dans la soirée, il plaidera pour une « grève générale insurrectionnelle ». Lordon, place de la République ? Non. C'est David, 17 ans, précoce étudiant en Sciences-Po, en direct de Mirepoix, 3 500 habitants, mignonne petite cité de l'est ariégeois.