Pas moins d'un article sur quatre à contenu politique qui circulent sur Twitter à l'approche du premier tour de la présidentielle est construit sur de « fausses nouvelles » ou « fake news », qui véhiculent des points de vue « extrémistes, hyper-partisanes, ou conspiratoires », selon une étude publiée vendredi par un institut rattaché à l'université d'Oxford.