Dans «A l’air libre»: l’Etat de droit en danger

Par
Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

faut être un peu nunuche pour croire que la france ait été ne serait-ce qu'un seul  jour un état de droit !

  • Nouveau
  • 22/04/2021 00:52
  • Par

Avec les dernières lois liberticides votées par les parlementaires RN/LR-LREM (la liste nominative est ici), exit la liberté d'association, la liberté d'opinion et la liberté de culte...

EXIT LA LOI DE 1905, EXIT LA LAÏCITÉ RÉPUBLICAINE !

Macron et son monde érigent la religion saucisson-pinard en religion d'État...

RÉ-SIS-TANCE !!!

  • Nouveau
  • 22/04/2021 01:01
  • Par

[HuffPost, 20 avril] Loi sécurité globale: 87 députés ont saisi le Conseil Constitutionnel | Les parlementaires dénoncent dans un communiqué de presse une "proposition de loi porte atteinte aux droits et libertés que la Constitution garantit".

capture-d-ecran-2021-04-22-a-00-59-39

https://twitter.com/EmilieCariou/status/1384522679181533189...

---

Vidéo - 1er Mai : la CGT propose des manifestations unitaires en « présentiel »

Et ben! c'est pas comme si celé faisait déjà au moins trente ans que l'état de droits est dysfonctionnel, autrement dit, qui est détourné, comme tout le reste.

Si des "lois" peuvent entrer en opposition directe avec la liberté alors quelle est la valeur de ces "lois"?

Perso, si le droit valide l'opposition alors elle se trouve dans l'incapacité de se servir de sa balance puisqu'elle se retrouve avec deux parties séparées et non distinctes. Elle se trouve dans l'incapacité de rendre justice. 

La Loi est la garantie d'une protection égalitaire. Elle ne peut entrer en contradiction, en opposition avec une autre Loi.

Dans un même espace temps la justice ne peut pas permettre, ne peut pas valider des lois qui séparent. Comment fait-elle pour valider à la fois le droit commun et le droit privé?

Les lois du droit privé entrent en totale contradiction avec les lois du droit commun. Cela est une ambivalence, un déséquilibre et non un gage de parfait équilibre entre chaque partie d'un même élément, de même nature, de même constitution, bref deux parties distinctes parfaitement positionnées à égale, hauteur, au point d'équilibre.

La Justice est transformée en système judiciaire, elle est institutionnalisée, elle est un pouvoir publique qui écrit, valide des lois qui lèse des individus et avantage les autres individus et ce, dans le même temps. De plus, cette institution a le pouvoir ultime de priver de liberté tout individu. C'est dire l'autorité qui lui est conférée. Ce système détient la vie des Hommes en son sein.

Si une loi ne protège pas, ne couvre pas toutes les âmes alors quelle est la validité des ces lois?

Comme la Justice ou plutôt le système judiciaire est un pouvoir publique puisqu'il est sensé couvrir, protéger le public, toutes ses entités, unités, âmes et toutes ses représentations quelqu'elles soient, il est directement lié au pouvoir représentatif.

Seulement voilà, cela signifie en l'état que le système représentatif est constitué d'une minorité d'individus. Ce système ne représente pas la totalité du public, il n'est qu'une partie de la représentation du public. Ainsi la Justice est à la fois dotée d'une autorité ultime et en même temps attachée à une autre autorité? Le système judiciaire est au reflet du système duquel il est attaché. Il représente une minorité d'individus qui détiennent, concentrent des pouvoirs ultimes sur l'ensemble de toutes les âmes de ce pays, sans avoir à consulter toutes les âmes.

Cela signifie en clair que notre société est sensée reposer sur la démocratie mais qu'il n'en est rien. La séparation des pouvoirs n'est pas et ne sera jamais représentatif d'aucune démocratie. Puisque celle-ci repose sur une parfaite égalité entre chacun et chacune de ses entités, membres et donc une parfaite égalité des droits.

Patatras! la séparation des pouvoirs, des autorités engendre systématiquement la séparation des droits.

Un régime démocratique qui fonctionne, qui est activé est un régime qui ne peut souffrir d'aucune séparation. La démocratie distingue mais ne sépare pas car cela lui est antinomique. La démocratie est la garantie de protéger toutes ses singularités, distinctions et ainsi protéger l'unité qu'elle constitue.

Ce système me sépare de mes pouvoirs, de mes droits. Ce système est doté du pouvoir ultime de vie et de mort de chaque âme de ce pays et cela n'est pas non plus représentatif de la démocratie. 

Un pays scindé en deux avec une partie, une minorité qui possède tous pouvoirs, tous droits et tous biens publics, communs, à tout le monde quoi et il y a les autres qui se débattent et meurent du manque de tout chaque jour.

Tous les représentants de ce système devraient être les premiers à mettre en question la validité d'un tel système. D'un côté des hommes et des femmes dotés de pouvoirs d'autorités et de tous les moyens publiques qui ne souffrent d'aucun manque et de l'autre côté, il y a toutes celles et ceux qui manquent de tout. D'un côté la vie est enchanteresse et de l'autre la vie est un fardeau.

Mais le coup d'Etat orchestré par le président actuel est l'ultime preuve du détournement de la démocratie.

Parce-que déclarer la guerre à un virus n'est en réalité qu'une manière de détourner les pouvoirs exclusifs. Ce président a déclaré la guerre à un virus et s'est donc positionné en chef de guerre.

Seulement voilà le virus ne souffre ni de l'intention, ni de la déclaration et encore moins de la stratégie appliquée pour éradiquer, tenir à distance de nos territoires cet "ennemi". Et voilà que l'ennemi est confortablement installé et tue chaque jour des centaines des membres de ce pays et toujours aucune stratégie sanitaire, épidémiologique à l'échelle nationale.

Car il est bien connu que le virus respecte le couvre-feu...comme si il y avait plus de risques à être contaminé dans les espaces et temps où la circulation est la moins dense.

C'est se moquer de la raison que de faire croire aux gens que cet état de guerre, d'urgence est légitime et efficient.

Cette pandémie démontre à quel point la démocratie est étouffée, réduite au silence alors qu'elle serait la meilleure stratégie face à une pandémie. En effet, une pandémie est par définition un problème d'ampleur considérable, ce qui doit donc entraîner une solution du même ordre, de même échelle au minimum.

Au lieu et place de cela, voilà que sont concentrés tous les pouvoirs et biens en un seul lieu et un seul type non pas pour guider, être une interface, mais pour décider tout seul de tout. Il est le chef de guerre, point. Telle est la stratégie, le plan, le cap, s'approprier tous les pouvoirs et les concentrer, les confiner dans le plus petit espace possible.

Ce qui n'est certainement pas la meilleure stratégie face à un virus pandémique qui nécessite de répartir tous les pouvoirs et moyens sur l'ensemble du territoire.

Est-ce que quelqu'un peut m'expliquer comment un pays en guerre avec des morts par centaine tous les jours peut, dignement et légalement, organiser des campagnes électorales?

Il n'y a pas de temps pour un seul hommage pour les 100 000 victimes et leurs familles respectives mais il y a tout le temps et tous les moyens de communication pour organiser le remplacement du chef de guerre. 

Cinq ans seulement pour se remplir les poches, là est la véritable urgence, servir celles et ceux qui l'ont placés sur le trône et préparer sa reconversion dans le privé, là où l'attend un poste hautement rémunéré en remerciements de services rendus pendant le mandat, oups, pendant la guerre.

C'est écoeurant d'indignation, de déshonneur, d'outrage, d'offense, de tromperie, de trahison.

Voilà mon rapport d'avec un régime qui repose sur la séparation, la tromperie et le crime. Pour quelles raisons, sinon obscures et donc illégitimes, un régime doit être hermétique à sa population, à son peuple, à son pays? 

Depuis combien de temps la Justice est-elle devenue un système qui légifère la séparation là où il ne peut y avoir de séparation? 

Le système représentatif de notre démocratie est axé sur la séparation, le déséquilibre, l'inégalité, qu'il cautionne lui-même par les pouvoirs qui lui sont conférés, confiés par le peuple, la population. Seulement voilà, quand plus de 50% de cette dite population refuse de lui confier, de lui conférer ces pouvoirs, alors ce système ne peut plus continuer à prétendre de sa légitimité.

Quand les représentants de ce système s'accordent pour restreindre les pouvoirs, les droits, les biens et à peu près tout ce que le pays possède à l'ensemble de sa population au moment, à l'instant même où ce pays, cette population en a le plus besoin, une nécessité vitale, les représentants de ce système devrait s'accorder sur l'urgence vitale de mettre en pause, de reconsidérer la validité et l'efficience du dit système de gestion et d'administration des affaires du pays, du peuple, de la population, de toute la population.

Si un système prive, privatise en permanence les pouvoirs, les droits et toutes les ressources et richesses du pays, quelle est sa validité? Changer un bien publique, commun, c'est le séparer et donc en changer sa valeur, son appartenance. Quand un système de gestion et d'administration détourne ses propres valeurs, quelle est donc sa validité?

Quand un système autorise des autorités extérieures à implanter leurs affaires et à maltraiter les individus employés dans ces affaires est un système qui ne protège ni la population , ni les intérêts de la population alors il apparaît visiblement que le système est tout au mieux défectueux sinon détourné de son cap, de sa trajectoire, de son chemin, de son horizon, de son objectif initial, originel.

Un détournement de masse si l'on considère l'étendue des dégâts, des résultats, des constats horrifiants révélant à chaque instant le manque, la ruine de la population. Une population privée de liberté de circuler, soumise et contrainte au contrôle et sanctions de la justice, privée de liberté de s'exprimer, soumise et contrainte au silence par la force et sanctions de la justice, privée de ses ressources et richesses, soumise et contrainte à mendier des recrutements massifs et des moyens massifs pour entretenir et optimiser toutes les structures et tout cela dans le temps où circule, prospère un virus pandémique et mortel à hauteur d'une centaine d'individus chaque jour... Un Boeing s'écrase, s'abat tous les jours dans le pays, c'est l'hécatombe, 100 000 victimes et 100 000 familles endeuillées et les représentants s'affairent à organiser et participer à des campagnes électorales? 

Comment un pays peut être en même temps en guerre et en campagne électorale? Comment ces représentants peuvent-ils continuer à faire comme si de rien n'était, comme si nous avions le luxe d'attendre un an, comme si ils ne savaient pas, ne connaissaient pas l'état d'épuisement, de désespoir de la population provoqué non pas par l'urgence mais par l'ampleur et sa continuité faute des restrictions et des manques.

Le temps aussi est détourné. Si le temps n'est pas consacré à la vie, à la gestion de la vie, à la protection de la vie, de toutes les vies, à commencer par toutes les vies humaines en finissant par toutes les autres formes de vies, alors la vie n'est plus le sacre, le cap, le chemin, l'objectif?

Vole une pomme et tu es jeté en prison mais détourne, vole une valeur et tu es placé dans le club très restreint des représentants du régime démocratique...

Si je détourne la foi et la raison alors j'installe la peur et la folie. 

Putain! écrire, établir des lois pour imposer une seule croyance. La croyance en la république. La république est devenue le saint sacre, en lieu et place de toute autre croyance. Toutes les autres croyances devant faire allégeance à la croyance de la république.

Mais quelle est donc la validité de ces "lois"? 

La seule urgence que je reconnaisse à mon pays est de sauvegarder le plus de vies possibles et de s'organiser de manière à atteindre cet objectif sacré par la Foi et la Raison.

Croire que nous avons d'autres priorités que de sauver nos vies et nos conditions de vies représente à la fois notre plus grande insécurité individuelle et commune, nationale, et à la fois notre état d'épuisement, de souffrances, de manques individuel et commun, national.

Un pays affaibli, soumis et contraint pour raison d'Etat? La réponse face à un danger individuel et commun, l'Etat répond par la restriction des pouvoirs individuels et communs...

La réponse aux appels, aux exigences sanitaires, aux supplications est l'augmentation des structures carcérales. Pendant que le pays, la population continue à faire face au virus, il est débattu et décidé de construire des structures carcérales? 

En même temps que nous avons la nécessité d'augmenter les structures de soins saturées, il est décidé de bâtir des prisons...

Bref, il devient vital que ce pays sorte de sa torpeur et fasse savoir qu'il est parfaitement en mesure, preuve en a été faite, de se gérer et de s'administrer, d'ouvrir des réseaux de solidarité.

Ce qui nous arrive à toutes et à tous est d'une telle ampleur qu'il nous est sommé par la nécessité d'y répondre à la même hauteur.

Si nous ne nous employons pas à sauver nos vies et nos conditions de vies, il n'y aura plus rien à sauver, plus aucune raison ni croyance pour se battre, il n'y aura tout simplement plus rien.

Si la vie et sa protection n'est plus le cap, le chemin à parcourir, à accomplir alors quel est donc le cap et le chemin?

100 000 morts et des centaines chaque jour qui passe, crash et autres maladies et conditions de vies parfaitement indignes et impropres à un peuple affilié, parent de la démocratie.

Un héritage détourné est un héritage qui ne peut en aucun ça être consommé par l'ensemble de la population, du peuple, la totalité de ses membres.

Bref, une partie de mon pays s'emploie, s'affaire à restreindre, contrôler, soumettre et contraindre la population alors cette partie est mon ennemi, l'ennemi de mes enfants, l'ennemi de mon pays et donc un ennemi de mon Etat.

Il apparaît qu'un renvoi immédiat, une dissolution immédiate serait une réponse, une solution appropriée pour reprendre possession de notre temps et espaces et de commencer à remédier efficacement à l'ensemble de nos maux. 

Avec tout mon amour, Céline. 

  • Nouveau
  • 22/04/2021 23:15
  • Par

L'état de quoi ?

La réalité de la justice en France pour les amis et connivences = Mr Alexandre Benmakhlouf, était un ancien conseiller de Mr J. Chirac , Avocat Général de la cour de Cassation , il est intervenu afin d’annuler une condamnation de Guy MARIANI en 1996 (Guy Mariani que j'ai fait condamné en 2011 à 7 ans de prison ferme non sans mal), et sur ce lien la Demande d’aide de Guy MARIANI à M. BENMAKLOUF en juin 1996 . Document que j’ai trouvé dans les pièces du juge de l’instruction , l’article 40 aurait dû être activé : Cliquez ici pour lire la suite = http://injustice.blog.free.fr/public/Courrier_de_Guy_MARIANI__A_son_Avocat_Mtre_CAVALLINI.pdf 

RAPPEL de mon combat = Comme disait Mr Nelson MANDELA que j'ai rencontré :"Je ne perds jamais. Soit je gagne , soit j'apprends" et j’ai beaucoup appris.
O EPIMENON NIKA "CELUI QUI PERSISTE VAINCRA !"
« Je vous invite donc à Lire ci-dessous, un résumé de 25 ans de combat judiciaire maj »
Cliquez sur le lien : https://www.temoignagefiscal.com/o-epimenon-nika-celui-qui-persiste-vaincra/

LA FRANCE EST DEVENUE UNE DÉMOCRATIE DE FAIBLE INTENSITÉ, cliquez pour lire la suite= https://developpement-mental-semantique.com/la-france-est-devenue-une-democratie-de-faible-intensite/ 

Pour développer une économie et donc son entreprise il faut une justice à la hauteur, mais La Justice Française est classée 37ème sur 43 pays européens par le CEPEJ ?! = Vous pouvez voir la suite à l'adresse suivante : http://www.temoignagefiscal.com/la-justice-francaise-37eme-sur-43-pays-europeens/

La France est devenue médiocrate , la démocratie, est devenue la dictature de la loi et La justice, est devenue la dictature des magistrats. La France est devenue un pays mafieux et corrompu , son administration fonctionne comme la Mafia . Beaucoup de citoyens et journalistes naissent aveugles , et ils ne s'en aperçoivent que le jour ou une bonne vérité leur crève les yeux. La démocratie , médiocratie, française a atteint ses limites , il faut impérativement apporter les changements nécessaires. Tout cela nuit au développement économique. La démocratie qui reposait sur le contrôle, s’est endormie sur la complaisance. L’administration et la Justice non indépendante ont un rôle économique évident = Vous pouvez voir la suite à l'adresse suivante :http://www.temoignagefiscal.com/ladministration-et-la-justice-non-independantes-en-france/ 

« Il y a deux histoires en France, l’une que l’on enseigne dans les médias et qui ment, l’autre que l’on tait parce qu’elle recèle l’inavouable ». Certains ne veulent pas lire et entendre la vérité par ce qu’ils ne veulent pas que leurs illusions se détruisent. Pour les mensonges il faut de la mémoire pour la vérité il faut du « COURAGE » ! « La justice en FRANCE pour votre curiosité un peu d'histoire mais pas seulement » cliquez pour lire la suite : https://developpement-mental-semantique.com/rappel-historique-de-la-justice-en-france/

Monsieur Le Ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti disait : "En France, il ne faut pas avoir à faire à la justice" et il a raison,  en cliquant sur le lien= https://www.youtube.com/watch?v=OUEgwKkLZqU&feature=youtu.be&fbclid=IwAR0p_VcNW09mGGqmj8XVFPncYKmjOfJEs4BjcuauRe2VDwsowUcwX72aXEo

Pour développer une économie et donc son entreprise il faut une justice à la hauteur, mais La Justice Française est classée 37ème sur 43 pays européens par le CEPEJ commission Européenne?! Mais rien ne progresse en France ? Pourtant : Mon EXPERTISE à La Demande du Président de La République à l'INHESJ août 2007, pourquoi il y a de moins en moins de TPE-PME en France, la justice en question= Expertise INHESJ 2007 de Richard ARMENANTE = cliquez: http://injustice.blog.free.fr/public/Expertise_economie_securite_TPE_PME_de_Richard_ARMENANTE_INHESJ_Aout_2007.pdf

DE MEDIAPART= Le PNF un milieu de magouilles. Le Parquet national financier et l’ensauvagement feutré : le dossier noir de la Procureure Houlette, c’est une affaire explosive pour la justice française. Les rapports des gendarmes de Marseille, dont MEDIAPART a pu prendre connaissance, pointent des fuites sur des procédures en cours en faveur de mis en cause- en l’occurrence, le premier cercle du Maire de Marseille Jean-Claude GAUDIN(LR)- mais aussi de possibles arrangements secrets avec la Procureure pour tenter de circonscrire les en quêtes en question susceptibles, de fait, de porter un sévère coup judiciaire au Maire lui-même, ainsi qu’à son plus proche collaborateur, cliquez pour lire la suite= https://www.mediapart.fr/journal/france/260620/parquet-national-financier-le-dossier-noir-de-la-procureure-houlette?fbclid=IwAR1AmNm2y1Te70vAxMJ00OTchB7

J’ai conscience que je vais heurter la conscience et le professionnalisme de certains qui ne sont pas en cause. Mais Démasquons la mafia judiciaire avec Mr Ernest Pardo Doctorant en droit et le Magistrat Georges Domergue qui nous expliquent au travers de leurs expériences les dysfonctionnements du système judiciaire et policier français= cliquez pour écouter et lire la suite :   https://developpement-mental-semantique.com/demasquons-la-mafia-judiciaire/?fbclid=IwAR1lhDDrlPPGU0zxuJ9wUT3Ez_k_rGfsZ_yxKNboierHcGRMy6decPBmYxg

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous