Après la mort d'un jeune homme à Grasse, ce qu'un sociologue dit des «bavures policières»

Par
Un homme de 22 ans est mort des suites d'une interpellation policière mouvementée, le 9 mai, à Grasse, dans les Alpes-Maritimes. Une enquête est ouverte sur l'éventuelle responsabilité d'une patrouille de la brigade anti-criminalité (BAC). La police n'aime pas le terme de "bavure" mais préfère parler de "violence illégitime". Un livre du "père" de la sociologie française sur la police sort ces jours-ci en librairie, qui vient éclairer cette question. Lire par ailleurs: les polices municipales pourront s'équiper de pistolets électriques Taser.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Abdelhakim Ajimi est mort à la suite d'une interpellation policière, le 9 mai, à Grasse. Les faits sont relativement connus, les témoignages nombreux. Cet homme de vingt-deux ans est entré en fureur quand sa banque lui a refusé un retrait d'argent. Il s'en est pris au directeur de l'agence.