Ce que disent les élèves «décrocheurs» d'une école en pleine crise

Par

Chaque année près de 150 000 jeunes quittent le système scolaire prématurément, sans aucune qualification. L'association étudiante AFEV, qui milite de longue date sur ce sujet, vient de réaliser une vaste enquête, enrichie de plusieurs témoignages. Mediapart publie trois récits vidéos d'anciens « décrocheurs » et interroge la sociologue Nathalie Mons qui note « la grande tolérance des élites » à ce phénomène.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ils ont quitté l’école prématurément, sans aucun diplôme. Partis sur la pointe des pieds ou en claquant la porte. Ces jeunes « décrocheurs », qui se sentent d’ailleurs plus souvent des « décrochés » du système scolaire, sont aujourd’hui l’objet de nombreuses études, colloques, débats. Après une longue période de cécité, les pouvoirs publics sont aujourd’hui conscients que leur nombre – environ 150 000 jeunes qui chaque année abandonnent l'école les mains vides – constitue l’une des plus importantes failles du système éducatif français, voire un handicap pour la nation (lire l’entretien avec la sociologue Nathalie Mons, en page 2 de cet article). Mais comment ont-ils vécu leur décrochage ? Qu’est-ce qui les a fait décrocher ? Que leur a-t-il manqué ?