«Debout-Payé», Gauz ou l'épopée du vigile

Par
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

Oui c'est bien la folie contemporaine qui nous entraîne vers cette sur-consommation débridée. Merci à Gauz d'expliquer la symbolique du mot vigile et ceci avec beaucoup de dérision...!

http://phil195829.overblog.com

Je m'étonne du peu d'impact de cet entretien passionnant (mais un peu court : il faudra lire le livre !) sur un livre attachant, drole et pertinent.

Excellent topo sur Roissy et tous les aéroports : je me suis toujours demandé pourquoi dans tous les aéroports du monde (sauf en Chine ?), les gens qui vous demandent votre passeport sont noirs. Pourtant les passagers noirs sont les plus contrôlés, comme dit ci-dessus. Monde absurde mondialisé et raciste. Irrémédiablement.

Excellent !

  • Nouveau
  • 22/09/2014 09:11
  • Par

Entendu sur Arte un soir de la semaine dernière au 28'

Excellent, beaucoup d'humour, et percutant !!!

  • Nouveau
  • 22/09/2014 09:14
  • Par

Merci Gauz pour ce livre plein d'humour, mais pas que... Il y a beaucoup de situations très bien décrites et très profondes.

Un livre à ne pas manquer

  • Nouveau
  • 22/09/2014 10:55
  • Par

Nos journalistes et communicants n'inventent pas de mots,et ne font bien souvent qu' utiliser des mots ou expressions anglaise.

Et là nous voyons:

l'inventivité de ces vigiles qui créent  des mots en Français bien poétique et imagés.

Africains, créateurs,et poètes.Sourire

  • Nouveau
  • 24/09/2014 08:32
  • Par

Je note avec regret, dans ce livre apparemment passionnant ET hilarant, que les dates de démission et de mort du Grand Papa Général sont fausses... Il meurt en 1970 et non pas en 1972... Il démissionne en avril 1969, donc pas du tout "deux ans" après mai 68, mais moins d'un an plus tard...

 

@COT99

Gaino me fait dire que l'homme africain n'est pas encore entré dans l'histoire !

voila ce qui est décisif dans ce livre : la date de décès de "baderne baderne"

Une réaction qui montre au contraire la pertinence du livre, et de ce qu'il dénonce.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale