Tapie ressort de ses cartons le vieux scandale Executive Life

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À l’approche de l’audience ultime de la cour d’appel de Paris, qui aura lieu le 29 septembre prochain et qui, sept mois après l’annulation du célèbre arbitrage (lire Affaire Tapie: l'arbitrage fraudueux est annulé), jugera définitivement le très vieux contentieux Adidas-Crédit lyonnais, Bernard Tapie a eu mille fois l’occasion de défendre sa cause et de prétendre qu’il a bel et bien été lésé quand, en 1993, l’ex-banque publique a vendu pour son compte le groupe de sports. Et il a répété si souvent ses arguments qu’on les connaît par cœur. Tous sauf un, peut-être, qui n’a guère été évoqué ces derniers mois dans le débat public, et qui pourrait servir de joker à Bernard Tapie : l’argument Exécutive Life.