La secte qui fait vibrer l'extrême droite

Par

Depuis près d’un an, Les Brigandes, un groupe de musique composé de jeunes femmes, fait vibrer l’extrême droite. Derrière elles vit un petit clan antimondialiste, croisement d’un royaume elfique et d’une loge maçonnique, se nourrissant de thèses complotistes. L’Obs les a rencontrées chez elles, dans la Montagne noire, près de Béziers.

 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Mai 2015, sept nanas masquées marchent dans la neige en robes bordeaux. L’une joue du violon, une autre tape sur un tambour. Quatre autres font les chœurs et agitent les bras derrière la chef de bande qui chante d’une voix aiguë de jeune fille de salon. La chanson folk se moque des antifas : « Si je bronche, si je résiste, je me retrouve sur la liste, j’suis un fasciste » – avec un salut nazi sur ce dernier mot.