Eric Besson est «fier» d’expulser des Afghans

Par
Un charter franco-britannique a atterri à Kaboul, mercredi 21 octobre. À son bord, des ressortissants afghans interpellés en Grande-Bretagne et en France. Éric Besson a «réussi» là où son prédécesseur, Brice Hortefeux, avait échoué en 2008. En réponse au tollé suscité par cette opération, il a déclaré que la France «ne doit pas avoir honte de sa politique d'immigration». Deux des trois personnes expulsées de France ont affirmé craindre de retourner dans leur pays d'origine en raison des menaces pesant sur elles.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En quittant le ministère de l'immigration, Brice Hortefeux déclarait être «fier» d'avoir dépassé le quota d'expulsions d'étrangers qui lui était fixé. Mercredi 21 octobre, Éric Besson, aussi, est «fier». Son fait d'armes? Être parvenu à reconduire vers Kaboul trois Afghans dans le cadre d'un «vol conjoint» franco-britannique. Son prédécesseur lui-même avait dû renoncer à une opération du même type en 2008 après avoir jugé que les «conditions de sécurité» n'étaient pas réunies à destination.