Notre-Dame-des-Landes: les gendarmes interviennent, de nouvelles failles sont pointées

Par

Cinq cents gendarmes tentent d'évacuer la zone occupée par les opposants, ce vendredi matin. L'opération survient alors que plusieurs organismes de protection de la nature pointent de nouvelles failles juridiques dans le projet d'aéroport. Leurs études, que nous publions, révèlent de nouvelles faiblesses du dossier et son impact très important sur l'environnement.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les forces de l'ordre ont lancé une vaste opération d'évacuation sur le site du projet d'aéroport Notre-Dame-des-Landes, vendredi 23 novembre. Peu avant 7 heures, près de 500 gendarmes ont pénétré sur la ZAD, zone d'aménagement différé renommée zone à défendre par les opposants au projet qui occupent les lieux. Toutes les routes menant à cette ZAD ont été bloquées pour empêcher d'autres opposants de se joindre aux occupants des terrains. Selon les militants installés sur place, les gendarmes leur ont donné une demi-heure pour quitter les lieux. En milieu de matinée, l'opération se poursuivait.