Malversations dans le syndicat lycéen pro-Blanquer: les preuves que le ministère savait

Par
Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

Joliment peint :-)))

"Trogneugneu ! je suis refait ! Bon, il me reste les chocolats de beau papa ! Et ... les macarons !! sealed

Elle est superbe la peinture de "notre petit maitre" ...Comme il aurait été à sa place dans cette époque ce petit marquis...

A quels enfants allons nous laisser la Planète ?

Y zont fort bien compris l'esprit du temps les minots, du bla-bla plein la bouche, des pépettes plein les poches. Eduqués comme il les aime, m'sieur not'bon ministre de la laïque.

Nous n'aurons la naïveté de réclamer sa démission

Si c'est ça la République on s'en sépare, définitif...

Quand on pense que Macron le mettait en avant au début car c'était le seul qui " imprimait" !!

S'il vous en reste un peu , ce serait bien d'abonner BFMtv , la copine de Blanquer n'en a pas non plus entendu parler ... Ou vu son niveau de " fascination" , elle n'a pas trouvé à y redire ...

la république en question est a 5ème du nom!!elle est née d'un coup d'état institutionnel, c'est une dictature :Pouvoir personnel sans contrôle ,médias à 90% dans les mains de ce pouvoir d'ou manipulation constante de l'opinion publique! corruption endémique des "élites" au service de ce pouvoir quasi absolu!cette république là n'a que le nom  ,pour le reste  régime bananier!!!

Une interview de Blanquer par Anna cabada. Sans concession évidemment...

J'aime beaucoup... Quand on pense que le Mr BLANQUER en question est ministre de l'EDUCATION NATIONALE, ça pose franchement un gros problème! DUPOND MORETTI n'a pas réagi, bizarre...

ou des politiciens amateurs qui s'initient au truandisme. Ne dit-on pas : qui vole un œuf vole un bœuf ?

Elle ne doit pas faire la très fière, Brigitte MACRON qui a dégoté BLANQUER. Mais bon sont devenus très amis lui et MACRON. Et qui dit amis, dit complices. 

 """ la rue de Grenelle n’a pris aucune mesure, renouvelant une subvention de 30 000 euros, immédiatement suspendue après nos révélations.""" 

Oups, malgré l'info donnée une première fois par  MEDIAPART ? Et reprise depuis à l'envie par l'ensemble des médiats ?

J'sais pas, mais ce dernier-né syndical lycéen (favorable à EM) donnerait presque à voir comme une idée de chantage.

J'ai vu le jeune responsable de ce syndicat AVENIR (t'as raison ouais) sur FranceInfo ce matin. Il n'a pas l'air gêné aux entournures. Je me demande s'il n'y aurait pas un fil à tirer : qui lui a donné cette idée de création ? ses parents ? son entourage ? et ainsi de suite jusqu'à remonter au commanditaire. Ils sont tellement nuls dans leur com' que cet exercice journalistique ne devrait pas rencontrer trop de difficultés. wink

 

 Super votre lettre ! Mais surtout ne les abonnez pas ! Ce serait de l'argent fichu en l'air . Ce n'est pas par manque d'informations qu'ils se comportent ainsi, vous le savez bien . Les journalistes sont recrutés avec un profil ... Par exemple ; "savoir donner des leçons de déontologie à des" petits merdeux" de gilets jaunes manifestant contre la loi sur la sécurité ". Et les propriétaires de toute cette presse applaudissent "Quelle journaliste pleine de compétences !On a bien fait de la recruter, se disent ils  " Une presse aux ordres , quoi ! 

..."m'sieur not'bon ministre de la laïque...."   Et pendant ce temps ," not'bon ministre" et ses collègues continuent d'arroser les écoles privées de nos deniers publics (par milliards) . Ce qui fait dire à mon neveu (qui regrette d'avoir mis sa fille dans un lycée public) que sa nièce (fille de son frère) , elle,  a cours tous les jours dans son lycée privé , alors que sa fille dans le public y va un jour sur deux .

Réponse de la tata ; "Heureusement que le privé fait un peu mieux ! Car avec l'argent des parents, plus l'argent de l'Etat, ce serait con qu'ils fassent moins bien que les lycées publics , non ? C'est une concurrence déloyale, non, tu trouves pas ? En plus ces lycées trient les élèves (tu sais , dans la bible,  "laissez venir à nous les petits enfants" ) qui ont de l'argent et qui ont de bons résultats scolaires . "

 

Excellent, c'est un peu je décide, il exécute ...

ça pue depuis longtemps en France du SAC du RPR et même:avant, au PS et ses sales affaires en passant le RPR et l'UMP et m^me chez MELENCHON c'est pas clair , sans parler de l'UNEF et ses affaires avec le PS et quand on met le nez dans les affaires de nombreux syndicats pas propre du tout ! Pas mieux l'UDI de LAGARDE avec certains maires élus et j'en passe !

Absolument, d'aucun finissent avec la "bite sous le bras" (dixit Jacques Brel) d'autres avec la tête dans un panier, mais il semblerait que le boulot ne soit pas terminé ! *

Gasp, vais-je me retrouver poursuivi pour incitation à l’insurrection ?

« le vrai objectif du ministre, c’était de s’en servir pour exclure les autres syndicats »,

 »mise au pas associative » par « corruption de mineur.e.s « 

  • Nouveau
  • 21/11/2020 11:57
  • Par

Ne faites pas comme si les autres syndicats lycéens n'étaient pas aussi téléguidés. Ici c'est à l'image de ce gouvernement de branquignoles tout en finesse comme d'hab et avec le fric du con-tribuable.

"ON" est pas obligé de "faire comme ci" mais ce dont "on" nous parle là c'est un syndicat "protégé" par Blanquer !!!!!Donc...c'est quand même ce qui fait la différence !!!Blanquer l'homme du 19 ème siècle, qui veut des tenues vestimentaires " Républicaines" !!! Un donneur de leçons digne de son "petit maitre" si petit mais si dangereux...

"honni", on n'y est pas encore mais ça va venir tôt ou tard à ce train là. Mais on est d'accord sur les lois liberticides.

D'ailleurs, j'ai l'impression qu'on va pouvoir faire un parallèle entre ces jeunes qui se sont engagés à Avenir Lycéen et qui se sont faits manipuler et les députés élus parce qu'encartés LREM. Problème des deuxièmes, c'est qu'ils n'auront pas l'excuse de l'âge de premiers.

Ce qui me tue, c'est que ça renforce l'idée qu'ils sont tous pourris et que ça fait forcément les affaires du FN. C'est déjà passé ric-rac la dernière fois, je crains le pire pour 2022.

Parallèle pertinent. 

J'ai quand même l'impression que les jeunes se remettent plus facilement en question que leurs aînés parlementaires... 

ils changeront dès qu'il y aura du fric en jeu pour leur pomme.

Oui. 

Il est quelque part entre Tartuffe et Goebbels. 

c'est un soutien zélé de macron c'est tout.

Il faudrait que vous définissiez ce qu'est (ou n'est pas) la vraie gauche.

Le problème, c'est que ceux qui ne sont pas "tous les mêmes", on les cherche. Où sont-ils ? 

Ils sont devenus aphasiques ? 

Ils sont tombés dans une faille spatio-temporelle ? 

Ou alors les chaînes grand public les ont-ils mis sur la touche ? 

La vraie gauche n'a toujours pas émergée ... Personne de crédible pour l'instant. C'est dur !

Continuez donc avec les salopards qui vous baisent à qui mieux mieux. A chacun son plaisir.

Et vulgaire, de plus ! Ca me conforte dans mon analyse. Ce sera vote blanc , je suis de gauche.

Je crois que c'est clair comme de l'eau de roche. C'est blanquer qui a voulu la création, non pas de ce "syndicat", mais de cet organe de propagande à son service. Preuve en est quand on voit comment les rectorats ont eu la main mise sur la communication d'Avenir Lycéen quand celle-ci ne leur convenait pas (voir l'article de Libération à ce sujet).

Ce commentaire a été dépublié par la rédaction de Mediapart.
Ce commentaire a été dépublié par la rédaction de Mediapart.
Ce commentaire a été dépublié par la rédaction de Mediapart.
Ce commentaire a été dépublié par la rédaction de Mediapart.
Ce commentaire a été dépublié par la rédaction de Mediapart.
Ce commentaire a été dépublié par la rédaction de Mediapart.
Ce commentaire a été dépublié par la rédaction de Mediapart.
Ce commentaire a été dépublié par la rédaction de Mediapart.
  • Nouveau
  • 21/11/2020 12:47
  • Par

Après les visages, voilà qu'on floute les prénoms ! C'est beau la transparence !

ce sont des mineurs

Ce sont me semble t-il des mineurs où ils l'étaient au départ de " l'affaire" ? Puis, je ne vois pas l'utilité de "donner" les noms ? Ce qu'il faut c'est "dire" afin que ça se sache et...ça s'arrête ! Quel intérêt de "savoir les noms" ?  Moi, je n'aime pas trop que l'on jette en pâture à la foule avide de sensationnel, des noms de gamins, même fils de gros bourges...

Ces mineurs ont étalé leurs noms et leurs fonctions sur tweeter-facebook et quelques sites macronistes et sarkosistes… ils ne se cachaient pas. On leur les retrouver dans les caches car il essayent de faire disparaître d'internet les pages de leur suffisante fierté macronique depuis qu'on parle d'eux dans la presse.

  Il ne faut surtout pas donner des noms, sinon comment ces honnêtes jeunes pourraient faire leur future carrière en politique? Il faut que les électeurs restent dans l'ignorance pour qu'ils puissent les élire un jour et se plaindre ensuite de leur corruption...

ah c'est vrai…

alors appelons-les Kévin*, Marie-Solange*, Théo*, Willhelmine*

(pas de Mouloud ? de Piotr ? de Lee ?— non ! pas un seul !)

*Les prénoms ont été modifiés pour préserver les chances futures des ces innocents putatifs.

 

 

excellente maggie la souris, ses propos sont probablement vérifiables par des journalistes rompus à ce type de recherches… (pas ceux de bfmtv ou tf1 donc)

Certes, ce brave CORNEILLE avait raison

AUX AMES BIEN NEES, la VALEUR N'ATTEND PAS LE NOMBRE DES ANNEES...

Tous ces petits futurs "VORACES" enfants des de RUGY, SOLERE, ET autres "PILLEURS d'ETAT" ont vite compris le parti que l'on pouvait tirer d'un état gangrené par la corruption et le népotisme

Une tentative d'être drôle :

https://www.valeursactuelles.com/sciences/lagressivite-de-la-corneille-47429

wink

A bientôt.

Amitié.

  • Nouveau
  • 21/11/2020 12:51
  • Par

"pognon de dingue", qu'il disait...

« La justice et la vérité, même méconnues de tout un peuple, resteront la justice et la vérité, c'est-à-dire des choses supérieures aux aberrations d'un jour ».

---------------------------------------------------------------------------

https://blog.mondediplo.net/2018-01-08-Macron-decodeur-en-chef

A bientôt.

Amitié.

Non, ça n'était pas long, du tout.

Et tellement juste !

(Et d'accord également avec NINPORTEQUOI)

Les rapports de la Cour des comptes n'ont pas de caractère contraignant. Ce que je comprends de cette définition est que : " la cour des comptes gronde les "coupables" et fait "panpan/cucul" éventuellement mais...elle n'a pas d'autres pouvoirs. Je me trompe peut être ???

Je me pose même la question de savoir si, en vertu de l'article 40, la Cour des comptes n'a pas non seulement le droit, mais le devoir de signaler au procureur.

Vous avez bien sûr raison: c'est un devoir.

Donc si en toute connaissance de cause, un juge condamne un innocent... c'est par manque de moyen...( Grimaldi de Metz)

Et si le vice président du TA de Strasbourg, qui tient consultations au bistrot du coin, juge que les emplacements pour handicapés qui sont totalement hors normes... sont aux normes...(cliquez sur mon pseudo)

Et son con frère, qui interdit l'interdit...qui interprète à sa façon le droit d'usoir de rage après avoir lu ceci

img-20191221-152143

 

 

Rouge de colère qu'il était

Quand un procureur ( Metz) qui protège les criminels et autre agresseur et insulteurs d'handicapées, qui vous envoie, comme du temps de la gestapo, sa force armée, qui vous crache à la figure...on n'a rien à foutre du droit, on a des ordres...c'est aussi par manque de moyen.

Jusqu'à aujourd'hui, je n'ai rencontré qu'un seul juge honnête.

Bref, ou vous êtes naïf, ou vous voulez protéger ceux qui ne le méritent pas.

Jean-Luc LUMEN de Bouzonville Moselle

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

merci Monsieur Report d'avoir été long!

Pourquoi tant d'agressivité et pourquoi ces insultes à mon égard ? Mais rassurez-vous, je ne suis pas un naïf, et cela me désole que vous pensiez le contraire sans même me connaître. De toute façon, j'ai entendu pire que ça au cours de ma vie qui m'a notamment appris à apprécier plein de choses, notamment les vertus de la tolérance. Alors ...

Si vous considérez que je vous ai insulté, que dire de vos propos qui insultent une très grande majorité de gens qui ont été condamné alors qu'ils étaient innocents.

Mettre les points sur les i, c'est une agression, faut surtout pas vous critiquer,  je vous ai démontré que certains de vos confrères n'ont pas leur place dans la magistrature... faut être tolérant envers eux et eux où ont ils montré leur tolérance

La tolérance vous ne la voyez qu'envers vous même et les vôtres.

N'est ce pas pire qu' une insulte, que de rendre des ordonnances qui s'attaquent aux droits des handicapés...oui il faut être tolérant envers se juge

J'espère qu'un jour il y aura des tribunaux " populaires " pour " vous" juger, ainsi que les flics tueurs, éborgneurs, mutileurs.

Vous, avez vous déjà demandé que votre corporation soit purgée de ceux qui font que la " justice" ait une si mauvaise image.

Combien de Freisler, avez vous au sein de la magistrature... Question Freisler je connais, mon père a été jugé par l'un deux, qui l'a condamné à mort et déporté.

Au fait, avez vous eu connaissance du meurtre de 3 balles ( 6 tirs) d'un agriculteur de Saône et Loire, par des porteurs d'uniformes et de ce que votre collègue à fait...il a tancé

tirs 

 

Marie-Pierre Laronze

 



En 2017, l’éleveur Jérôme Laronze était abattu par un gendarme. À l’occasion de ce qui aurait du être son quarantième anniversaire, sa sœur Marie-Pierre rappelle ses combats, l’engrenage infernal ayant conduit à son homicide, le poids des normes. Et s’interroge : « Quels crimes avais-tu commis pour justifier le recours à des hommes armés pour de simples contrôles administratifs ? »

L’éleveur Jérôme Laronze a été tué par un gendarme en mai 2017, à Sailly, en Saône-et-Loire. Trois balles l’ont atteint, une de côté et deux de dos, alors qu’il s’échappait au volant de sa voiture. Il fuyait les représentants d’une administration au service, selon lui, de l’industrialisation de l’agriculture. Depuis sa mort, sa famille s’est engagée dans un combat judiciaire. Cette tribune a été rédigée par sa sœur, Marie-Pierre Laronze, qui dénonce une « procédure administrative de contrôle irrégulière » — selon les mots du tribunal administratif de Dijon — démontrant les violences morales exercées à l’encontre de son frère.


Ce 13 novembre 2020, nous devions fêter tes 40 ans, une quasi-moitié de parcours de vie. Pas pour tous, pas pour toi. La tienne a pris fin brutalement, violemment, un 20 mai 2017.

Te souviens-tu ? C’était à la fin d’une belle journée de printemps, à la croisée de deux chemins de terre, à l’ombre de vieux chênes sous l’abri desquels tu étais venu chercher un peu de répit et de fraicheur. Six tirs de Sig-Sauer [des pistolets automatiques] t’ont quasiment arraché à ton sommeil, six tirs si rapides que ta vieille Toyota n’a pu te tirer d’affaire et s’est écrasée contre un arbre. C’est là que ton regard lentement s’est éteint, que ton souffle s’est tari à mesure que ton sang noircissait sièges et tapis de la voiture.

Vingt-cinq minutes qu’ils t’ont laissé, seul, agonisant, à fixer, entre deux spasmes, les vertes prairies environnantes. Vingt-cinq minutes pendant lesquelles les porteurs des Sig-Sauer ont failli à tous leurs devoirs et perdu leur humanité. Vingt-cinq minutes à réfléchir à comment expliquer à leurs chefs les tirs de côté et de l’arrière du véhicule pour protéger leur carrière plutôt que la vie d’un homme.

Neuf jours qu’ils avaient déjà passé à te chercher, à espionner ta ferme, tes appels, tes relevés de compte, tes fréquentations, comptant sur quelques maudits délateurs pour signaler ta présence éventuelle sur tes terres. Il faut dire que la souris était futée et les chats peu agiles.

Un fugitif, ils avaient fait de toi un fugitif, obligé de laisser son bétail et ses terres pour échapper à cette meute de fonctionnaires venue, ce 11 mai 2017, t’arracher, ordonnances et mitraillettes en mains, tes vaches et ta dignité. Ceux des services vétérinaires de la direction départementale de la protection des populations (DDPP) ont dit que tu étais un mauvais paysan, qu’ils devaient te retirer tes animaux, que ça suffisait cette contestation de la traçabilité, des normes et de la bureaucratie. Que c’était pas de bon cœur, mais qu’ils devaient mettre fin à ce mouvement de rébellion sur ta ferme. Tes animaux devaient être déclarés, tous, sous sept jours, et soumis aux contrôles de prophylaxie. Une épidémie est si vite arrivée !

Les gendarmes s’en sont mêlés, venus nombreux, et bien plus que nécessaire, prêter main-forte aux contrôleurs. Il y avait ceux du coin et ceux de Mâcon, un bataillon d’hommes, en noir, armés, sur ta ferme. Une débauche de moyens pour te faire plier. Et puis, sans trop comprendre comment et pourquoi, une blouse blanche a décidé, dans le calme feutré d’un cabinet de ville, à bonne distance de l’agitation de ta ferme et de la comédie qui s’y donnait, qu’il fallait t’hospitaliser de gré ou de force. Comme si l’effacement de ta ferme ne pouvait suffire à nourrir leur rage, il leur fallait te bâillonner, que ta parole ne soit plus audible, à jamais. Trop, c’en était trop !

La ferme de Jérôme Laronze.

Déjà, le matin, deux d’entre eux t’avaient provoqué, s’approchant de trop très avec leurs armes et mauvaises intentions, à tel point qu’il t’avait fallu les effaroucher avec ton tracteur. Quelle issue te restait-il face à leur nombre et à leurs mauvaises dispositions ? La fuite. Tu savais qu’il fallait partir, qu’on ne discute pas avec ces gens-là, que leur nombre et certitude te condamnaient à avoir tort.

Neuf jours de cavale, neuf jours de mystère et d’espoir, neuf jours de liberté et d’inquiétude, neuf jours à dénoncer l’effacement silencieux des paysans, la dépossession de leur savoir, leur asservissement à toujours plus de normes et l’arbitraire des contrôles qu’ils t’avaient infligés. Neuf jours à battre la campagne et puis tout s’est éteint.

Après ton décès, ceux de l’administration se sont fait plus discrets, ton cheptel n’était plus à risque et son enlèvement n’a jamais eu lieu. Ils ont soudain jugé l’herbe de tes prés assez verte et grasse pour nourrir tes bêtes et ta famille assez disposée pour les soigner. L’urgence était ailleurs !

Que valait la parole d’un paysan contre celle d’un agent assermenté ?

Un paysan abattu, c’est pas comme un paysan suicidé, c’est pas le prix du désespoir mais celui de la révolte. Il faudrait pas que cette affaire soit prétexte à une émeute ou une jacquerie. Les réseaux se sont vite activés à tel point que le ministre de l’Agriculture de l’époque a été averti de ton décès bien avant ta famille. Ceux de la préfecture, de la gendarmerie et du parquet se sont concertés deux bonnes heures avant de juger opportun de nous informer. Triste monde, où le contrôle de l’information l’emporte sur le respect des morts et de leur famille.

Beaucoup se sont exprimés après ton décès, bien souvent en des bavardages en disant plus sur eux-mêmes, leurs faiblesses et faux-pas, que sur toi, qu’ils ne connaissaient pas ou si peu. Que savaient-ils de tes combats qu’ils n’avaient, eux, pas eu le courage de porter ? L’ombre de ton grand corps sans vie et désarticulé les impressionnait encore assez pour les pousser à la calomnie et au mensonge comme autant de souillures à ta mémoire.

Reclus dans notre chagrin, écrasés par la brutalité de ta mort, nous nous sommes tus mais chacun de leur mensonge a entaillé nos chairs pour mieux durcir nos cuirs. Le temps de la vérité viendrait.

Certains se sont empressés de rappeler ta condamnation, courant 2016, à trois mois de prison avec sursis et quelques milliers d’euros, par le tribunal correctionnel de Mâcon. Une procédure qui faisait suite aux contrôles vétérinaires effectués sur ta ferme, en 2015, où les contrôleurs se sont faits procureurs, agitant moult procès-verbaux à charge. Tu ne t’es pas défendu, les dés étaient pipés ! Que valait la parole d’un paysan contre celle d’un agent assermenté ? D’autres se sont empressés de douter de ta raison, assurant encore que tu avais été violent et menaçant avec ceux de l’administration.

Bernard Lacour, alors président du syndicat agricole FDSEA71 [1], déclarait, deux jours après ta mort : « La vérité veut aussi que je dise que Jérôme était faible psychologiquement. » C’est ce même syndicat qui adressait à tous ses adhérents de Côte-d’Or, le 23 mai 2017, un mail calomnieux, dans les termes suivants : « Vous avez certainement pris connaissance de la fin tragique de Jérôme Laronze, agriculteur en Saône-et-Loire, décédé au moment de son interpellation alors qu’il chargeait avec sa voiture celle des gendarmes qui ont utilisé leur arme… La FDSEA ne peut pas cautionner les actes de violence ou de menaces qui ont pu être faits. Jérôme Laronze avait été condamné lourdement par la justice en 2015/2016 pour ses manquements sur son élevage… C’est dans ce contexte qu’un contrôle de la DDPP était prévu la semaine dernière et non lors d’un contrôle “de routine” auquel chacun d’entre vous peut être soumis. Lors de ce contrôle, l’agriculteur avait déjà pris la fuite après avoir menacé l’agent DDPP qui était depuis sous protection de la gendarmerie… »

C’est encore Gilbert Payet, alors préfet de Saône-et-Loire, qui dénonçait dans un communiqué du 24 mai 2017, « les mises en cause totalement injustifiées, souvent sous couvert d’anonymat, et relayés sans souci d’objectivité, des services de l’État ». Unis pour t’accabler et mieux se disculper.

Dans ton fatras de papiers, des lettres de rappel, des mises en demeure, des menaces de saisie...

Tes amis de la Confédération paysanne, quelques voisins et amis d’enfance, ont bien protesté mais l’écho de leurs voix s’est perdu dans le tintamarre assourdissant des vainqueurs. Nous sommes demeurés seuls sur ta ferme à devoir soigner tes animaux sans prendre le temps de panser nos plaies. Meknès n’a pas supporté ton absence et s’est laissé mourir de ce vide dans lequel tu nous as laissé. On dit que les chiens sont les amis les plus fidèles. Sa vie de chien n’avait plus de sens.

Le temps du chagrin est abrégé sur une ferme, il y a tant à faire.

Et puis, le temps des questions est venu. Combien de contrôles s’étaient tenus sur ta ferme, pour quelles raisons ? Quels crimes avais-tu commis pour justifier le recours à des hommes armés pour de simples contrôles administratifs ? L’intervention des militaires était-elle le signe d’une escalade dans la gestion des contrôles, y-avait-il eu auparavant de réelles menaces ou violences justifiant un besoin de protection des contrôleurs ? Qui décidait de leur présence, de leur nombre, de leur action ?

Les tracteurs de Jérôme Laronze.

Nous n’avons rien trouvé dans le fatras de papiers que tu nous as laissé. Juste des lettres de rappel, des mises en demeure, des menaces de saisie, symbole de cette liturgie administrative à laquelle tu avais cessé de croire et qui faisaient de toi un mécréant mais pas un criminel. Nulle trace d’une quelconque menace.

C’est par une voie inattendue qu’une partie des réponses nous est arrivée, reconstituant le puzzle d’une histoire bien différente de la version qui nous avait été servie. Nos habits de deuil à peine retirés, le préfet de Saône-et-Loire nous a réclamé le remboursement d’une partie des aides communautaires qui t’avaient été versées, en raison des manquements relevés lors des contrôles effectués sur ta ferme, en 2015 et 2016. De ces contrôles, nous ne savions que peu de choses si ce n’est celui du 6 juin 2016, au cours duquel plusieurs de tes bêtes périrent noyées dans une rivière à la suite de l’intervention malheureuse des contrôleurs et des gendarmes, dans une de tes pâtures. L’accident avait conduit à la suspension du contrôle et à son report quelques jours plus tard. Et puis, il y a eu celui du 11 mai 2017, au cours duquel tu as dû fuir pour échapper à cette menace d’hospitalisation forcée. Nous savions que chacun de ces contrôles s’est tenu en présence de nombreux gendarmes, sans que la raison nous en soit donnée.

Les visites domiciliaires illégales étaient une atteinte à tes droits fondamentaux

Des contrôles de 2015, nous ne savions quasiment rien. Le temps était venu de demander des comptes à l’administration, qu’elle s’explique enfin sur le nombre, le cadre et le contexte des contrôles tenus sur ta ferme. Il nous a fallu pour cela saisir le juge administratif, pousser l’administration dans ses retranchements et contradictions, pour que celle-ci admette avoir, dès mars 2015, eu recours à la force publique pour une simple opération de prophylaxie. Nous avons alors mesuré, au fil des explications fournies, l’ampleur et la répétition des humiliations qui t’ont été infligées, à chacun de ces contrôles, la négation de tes droits, les abus d’autorité avec l’assentiment des gendarmes, dont la présence n’avait qu’un but d’intimidation. Ces contrôles, dont l’instruction devant le tribunal a montré qu’ils avaient tout autant un objectif pénal qu’administratif, ont, à chaque fois, pris des proportions démesurées, permettant à l’administration de s’affranchir du respect de tes droits, en usant et abusant du recours à la force publique.

De tels abus n’ont pas échappé au juge administratif, lequel a sévèrement tancé les contrôleurs pour avoir, lors de chacun des contrôles effectués sur ta ferme, en 2015 et 2016, gravement porté atteinte à tes droits fondamentaux en procédant à des visites domiciliaires illégales.

Deux ans de combat judiciaire avec ceux de l’administration pour qu’enfin un tribunal te rétablisse dans tes droits et reconnaisse l’irrégularité des contrôles effectués sur ta ferme par des agents de l’État assermentés, chargés du respect des normes :

« Ainsi, […] le préfet de Saône-et-Loire n’établit pas l’accord de M. Laronze aux visites domiciliaires dont il a fait l’objet, accord qui constitue une garantie pour l’intéressé. Par suite, les requérants sont fondés à soutenir que les décisions attaquées ont été prises à l’issue et sur le fondement d’une procédure administrative de contrôle irrégulière et à en demander pour ce seul motif l’annulation. » Extrait du jugement du tribunal administratif de Dijon du 28 février 2020 n°180212.

Cette décision est définitive et s’impose à tous. Elle s’impose au préfet Payet, si prompt à dénoncer les mises en cause injustifiées des services de l’État alors que ses agents ont violé, sous son autorité, tes droits les plus fondamentaux. Elle s’impose à tous les agents de l’État qui se sont rendus complices de cette violation. Elle s’impose à tous tes détracteurs qui t’ont calomnié, à ceux qui voudraient encore se prévaloir de ta condamnation pénale alors que celle-ci a été prononcée sur le fondement de procès-verbaux établis de façon irrégulière. Elle s’impose à Monsieur Lacour, aujourd’hui président de la chambre d’agriculture de Saône-et-Loire, qui déclarait peu après ton décès : « Cette fin tragique de Jérôme fait partie de la crise morale que traverse aujourd’hui l’agriculture et nous devons travailler là-dessus. »

Respecteront-ils leurs engagements de dénoncer les violences morales qui t’ont été infligées ? Il en va de leur crédibilité. Ce 13 novembre, tes mots, tragiquement prémonitoires, raisonnaient dans nos cœurs : « Si la Grèce antique avait ses rites et ses croyances, aujourd’hui, au nom de quels dieux, sur l’autel de quelles valeurs m’a-t-on promis l’hécatombe ? »

 

 

++++++

Des procureurs sous la table , depuis déjà fort longtemps ? Et des dossiers qui s'empilent, s'empilent,s'empilent....Jusqu'à "leurs nausées"?

Pas possible de compter sur cette activité judiciaire ,  en l'état, il en va de leur santé !

ensuite:

« Le ministère voulait qu’on entende dans les médias d’autres lycéens que les syndiqués. Il voulait donner de la visibilité aux élus des instances lycéennes, qu’il estimait plus légitimes. Sur le principe, pourquoi pas. Sauf que, et j’ai mis du temps à le comprendre, le vrai objectif du ministre, c’était de s’en servir pour exclure les autres syndicats »,

Cela me rappelle une certaine idée du  conservatisme! les tenants du nouveau monde auraient-ils basculé  dans l'ancien monde ?

Commencent  bien , ces jeunes surdoués !!!!

Le ministère voulait qu’on entende dans les médias d’autres lycéens que les syndiqués. 

Manière "subtile" de dire qu'il voulait casser les syndicats yell ...

A bientôt.

Amitié.

 

J'ai de l'admiartion pour les magistrats qui ont le courage pour travailler sur le dossier Sarkozy avec les pressions que l'on voit non pas transparaitre mais même apparaitre à l'Assemblée Nationale en la personne de C. Jacob, président du groupe LR!

Quant au piètre budget d'un pays aussi riche il est à se demander si ce n'est pas pour mieux enterrer les dossiers, quitte même à laisser des droits communs parfois des criminels en liberté.

Pardon d’avoir été un peu long.

Pardon non seulement otorgué mais transformé en remerciement wink !!!

 

la France consacre dans son budget une part de moyens affectés au service public de la justice inférieure à celle de l'Azerbaïdjan ou de la Moldavie cry ...

Après, comprenne qui prendra la peine de comprendre que la justice ne peut, dans ces conditions, être rendue dans des conditions convenables et dans des délais acceptables ! ... j'en reste au "Cogito ergo sum" https://fr.wikipedia.org/wiki/Cogito_ergo_sum sealed ...

A bientôt.

Amitié.

 

Le problème c'est qu'ils ne s'en emparent pas, et ça signifie malheureusement quelque chose d'assez grave quant à l'état de délitement de la démocratie. 

"Ensuite si d'autres journaux s'en emparent  ..."

Si d'autres journaux s'en emparaient ...nous serions encore dans une Démocratie!

La France n'est plus une démocratie!

Certains s'en emparent après que les autres on fait le travail.

Exemple : Marianne actuellement qui dévoile le contenu des interrogatoires de Nicolas Sarkozy, mis en examen pour association de malfaiteurs dans l'affaire des financements libyens.

« Dévoile » ? Comme si on ne les connaissait pas déjà !… Et qui a le temps de se « taper » cette lecture fastidieuse et d'en analyser le contenu ? C'est en principe le travail de journalistes. Comme ceux qui à Mediapart depuis le début font leur travail d'investigation.

Etonnant !.. Il y a quelque chose qui me dérange et me chiffonne dans ce procédé… qui laisse la place à la continuation des mensonges de l'intéressé pourtant mis en lumière par la justice.

Attendons de voir comment Marianne va traiter ce sujet... (Celui de l'association de  Blanquer)

A ce train il va bientôt y avoir le délit de non floutage de l'info...

"Il serait temps de se réveiller avant qu'il ne soit trop tard."

Je crains qu'il ne soit déjà trop tard. Les profs, dans leur grande majorité ont arrêté de penser et ont désormais accepté cet état d'infantilisation permanente. Ils tremblent comme des feuilles à la vue de leur inspecteur qui prend un plaisir pervers à les malmener. Et ainsi de suite jusqu'au cabinet du ministre.

LDEM : La Dictature En Marche.

Ils tremblent comme des feuilles à la vue de leur inspecteur qui prend un plaisir pervers à les malmener. Et ainsi de suite jusqu'au cabinet du ministre.

S'il y avait que les profs, que penser des flics qui sur ordre de leur hiérarchie, n'ont pas mis de masques...

De mon temps, personne ne se serait autorisé à donner un tel ordre qui aurait pu mettre la vie d'autrui en danger.

Il aurait pas fini sa phrase qu'il avait un extincteur, une masse ....en cadeau

Je suis pleinement d'accord : le métier d'enseignant risque gros. 

Je rajouterais : et les enseignants aussi.

Après les 4 de Melle, nous avons maintenant les 3 de Bordeaux : les conseils de discipline, ça devient une habitude avec ce ministre et ses affidés, en l'occurrence ici, la rectrice de Bordeaux: 3 collègues du lycée François Mauriac de Bordeaux viennent de recevoir un courrier en ce sens, et on leur impose brutalement un nouveau proviseur et un nouveau proviseur adjoint, si cela ne s'appelle pas de la reprise en main et de la mise au pas. 

https://www.facebook.com/touchepasmazep/posts/1577838285735928

 

Merci de ne pas généraliser. On essaie de résister mais en face, on a la grosse cavalerie. 

 

On ne résiste plus beaucoup dans le monde enseignant, mais il y a une raison à ça : les profs en ont marre de se battre pour une école juste et solidaire, alors que la quasi-totalité des français s'en FOUT !

Être prof aujourd'hui, c'est lutter contre les moulins à vent... 

"On essaie de résister"

Oui, on essaie. Le problème, c'est qu'on n'est que 10% à essayer. Alors je veux bien essayer de ne pas généraliser, mais les faits sont là.

"Tout vient à celui qui sait attendre"

Il y aura forcément une petite  étincelle pour enflammer le système et ainsi   les opprimés  ne  tarderont pas à se rebeller : connaissent déjà l'objet de leurs malheurs!

Faudra... juste bouger "tous ensemble" ! 

Vous avez sans doute raison. C'est pour cela qu'on essaie de convaincre les parents, et en général, quand les parents sont mobilisés avec les enseignants, les luttes ont plus de chances d'aboutir. Mais c'est un énorme travail. On s'y épuise beaucoup.

Ma remarque était juste destinée à s'opposer au prof bashing, parce qu'on est assez servi comme ça. C'est sûr que nous sommes plutôt une minorité agissante, mais on arrive parfois à entraîner nos collègues "mous", le marais comme on dit. Et là, on peut être quand même fiers de nous, mais cela arrive trop rarement. 

Si seulement vous pouviez avoir raison !!! 

Je n'ai pas mal pris votre remarque, rassurez-vous.

Pour que les choses soient tout à fait claires sur ma position, je me bats également, bien évidemment, contre le prof bashing, disons 95% du temps. Les 5% du temps restant, je ne peux résister à envoyer un petit missile contre nous-mêmes, au risque de froisser certains de mes collègues et essuyer quelques réprimandes. Ça me désespère d'entendre les collègues se plaindre chaque jour, et se chercher des excuses bidons pour ne pas, par exemple, se mettre en grève, ou apporter leur signature à un courrier de revendications. Alors tant pis si ça fait mal, je le dis quand même.

Merci pour votre réponse. En fait, nous sommes largement sur la même longueur d'ondes. Moi aussi, je renvoie dans leurs cordes ceux qui se plaignent mais qui ne font jamais rien. Mais ça se passe en salle des profs en général. 

Bon courage à vous. 

Je vois que c'est partout pareil! 

Bien d'accord avec vous!

Il est en effet remarquable que c'est sans doute la première fois dans nos républiques successives que nous récupérons autant d'individus aussi enclins à détruire ce qui reste de satisfaisant dans notre société dite démocratique.

C'est vraiment une brochette de crabes méprisants détestables.

Je commence à le croire aussi.

Je suis bien d'accord, mais le problème c'est que ça ne se décrète pas... malheureusement. 

On a connu plus grande rigueur intellectuelle dans ce ministère sensé donner le LA, en matières d'éducation ! Euh...Quand Médiapart veille,  compter sur le sympathique "Pas vu pas pris !", c notoirement spéculatif ! Je dis cela...je dis rien !

Tout à fait d'accord avec vous. 

Chaque jour qui passe fait que l'on s'éloigne un peu plus de l' Etat de droit. 

Je ne regrette pas non plus laughing

  • Nouveau
  • 21/11/2020 14:59
  • Par

Blanquer mérite une enquête du Parquet national financier sur sa manière d utiliser l’argent des contribuables!

En effet est-on encore dans la légalité et l’Etat de droit?

L’élu « attend du gouvernement qu’il fournisse à la représentation nationale les pièces nécessaires permettant d’écarter tout soupçon de favoritisme et d’utilisation frauduleuse des fonds publics réservés aux associations », dans le but « d’écarter toute suspicion de financement indirect – et illégal – de parti politique ».

--------------------------------------------------------------

représentation nationale \ʁə.pʁe.zɑ̃.ta.sjɔ̃ na.sjɔ.nal\ féminin

  1. (Politique) Assemblée élue par la nation ou par une partie de la nation, pour voter le budget et pour concourir à la confection des lois.
    • Du 2 Frimaire, l'an 2 de la République.
      Sur la déclaration unanime du jury, portant :
      1°. Qu'il n'est pas constant qu'il ait été tenu dans la ville de Brienon-sur-Armançon, département de l'Yonne, lors de la promulgation du décret portant abolition de la royauté, des propos tendant à provoquer l’avilissement de la représentation nationale et le rétablissement de la royauté.
       — (Bulletin du Tribunal criminel révolutionnaire, n° 98, Paris : imprimerie Clément, an II, page 392)
    • Mentir devant la représentation nationale, et pas seulement dans une enceinte judiciaire, est un délit. — (Stéphane Mandard, La condamnation pour « faux témoignage » du pneumologue Michel Aubier confirmée en appelLe Monde. Mis en ligne le 9 novembre 2018)

https://fr.wiktionary.org/wiki/repr%C3%A9sentation_nationale

cool

A bientôt.

Amiité.

À droite aussi, l’affaire suscite des réactions. Le député LR du Pas-de-Calais Pierre-Henri Dumont a réclamé, dans une question écrite à Jean-Michel Blanquer, que toute la lumière soit faite « sur les pratiques en vigueur en matière d’attribution de subventions aux associations lycéennes, sur les conditions de contrôle par le ministère des fonds associatifs distribués ».

cool

A bientôt.

Amitié.

heureusement, la loi sur les secret des affaires est là pour éviter qu'on creuse… On peut enquêter sur les affaires avec les noms, les sommes, les clients caviardés… les photos floutées.
Ce n'est pas très nouveau en macronie cette pratiques de l'opacité pour protéger ses amis.

  • Nouveau
  • 21/11/2020 16:06
  • Par

Vu l’implication des pouvoirs publics dans ce détournement de fonds publics par un syndicat macroniste  pro_ Blanquer,détournement  connu car signalé au ministère la justice doit être saisie concernant tous les auteurs actifs et passifs de ces faits et le ministre rendre des comptes.

« Le ministère voulait qu’on entende dans les médias d’autres lycéens que les syndiqués. Il voulait donner de la visibilité aux élus des instances lycéennes, qu’il estimait plus légitimes. Sur le principe, pourquoi pas. Sauf que, et j’ai mis du temps à le comprendre, le vrai objectif du ministre, c’était de s’en servir pour exclure les autres syndicats »

Tout cela semble bien éloigné des "valeurs de la République" que prône le ministre ! Être à la tête de l'Éducation nationale  et tolérer ces comportements donne un bien mauvais exemple !

La question des subventions syndicales est un sujet sensible, elle est gérée par le bureau de l’éducation artistique, culturelle, et sportive, dont c’est la mission, 

HAHAHA… le financement du sport de l'art et du syndicat au même niveau, ça doit faire rigoler les profs de sport avec leurs ballons recouverts de rustines et leurs piscines d'eau croupie.

mais il y a une attention du cabinet du ministre et du DNVL 

ha ?

 

On se demandait aussi pourquoi la culture était si cruellement déficiente de nos jours. 

La gestion, le fonctionnement de cette association syndicale est un paravent et rien d'autre. Vieille méthode toujours d'actualité. A l'évidence elle a été mise sur pied pour manipuler des lycéens et en fin de compte l'opinion publique. Cette affaire est une honte gouvernementale.

Les organisations syndicales ont toutes les raisons de porter plainte et les députés font bien de demander une enquête. C'est un scandale et c'est le ministre qui est au centre de celui-ci. Il a des comptes à rendre et cela en dit long sur ses pratiques et celle du gouvernement qui se prête à ce jeu. Un long processus de délitement du public au profit du privé (c'est-à-dire de l'entre-soi).  Un jour cela se paiera cash ! Ce ministre n'est pas digne de la charge qu'il occupe. Il ne travaille pas pour l'intérêt général ici bafoué.

Tout dans le fonctionnement et la gestion de cette association est du grand n'importe quoi.

Curiosité : « Voyant que la situation m’échappait au niveau des dépenses... » Comment un président peut il écrire cela ? A croire que n'importe qui pouvait dépenser. Qui dans cette pseudo association avait le droit, avec quel moyen de tirer de l'argent sur le compte (A quelle banque?) Normalement le président et le Trésorier et cela doit avoir été validé en CA. Qui possédait le chéquier et la carte de paiement ?

Que dit le compte de résultat 2019 ? Perte ou bénéfice ? Que dit le prévisionnel 2020. Combien a été demandé ? (30 000 c'est ce qui est accordé); Il est possible de connaître ces documents. C'est de l'argent public.

Ce qui est grave au regard de l'utilisation des fonds c'est que l'association n'avait pas le droit d'utiliser l'argent de la subvention demandée et accordée en vue de mettre en place le déroulement du congrès (Projet) pour assurer son fonctionnement.

Comme le dit l'article l'association devait sans délai en informer le le ministère par lettre recommandée. Ce qui n'a pas été fait. Le projet n'ayant pas eu lieu la subvention afférente à celui-ci et aux actions de sensibilisation doit être rendue (40 056).

Ces lycéens jaunes ont le cynisme propre à L'Absurdistan en Marche. 

L'armée cramait ses stocks d'essence en fin d'année pour justifier la même quantité d'essence l'année suivante.

Pour cette association, même logique. Comment et pourquoi demander et obtenir de nouvelles subventions si on n'a pas préalablement et méthodiquement récuré les caisses ?

 C'est absurde? Oui, en Macronie tout est absurde.

 

  • Nouveau
  • 21/11/2020 17:40
  • Par

 On sait désormais que ce syndicat à été monté de toute pièce à l'usage des ambitions de M. Blanquer. Certains jeunes se sont fait piéger et s'en mordent aujourd'hui les doigts...

On s'indigne avec raison, mais pour autant, ce sont des pratiques d'un tel ordinaire, d'une telle banalité pour tout « premier de cordée » qui se respecte...

Il faut absolument que tout celà s'arrête, je me refuse à imaginer de passer le reste de mon existence dans un monde corrompu à ce point. Blanquer, car il ne mérite pas le titre de « M. », doit démissionner pour signifier que certaines pratiques ne sont plus admises. Quel pourra bien être notre monde de demain, alors que nos futurs « premiers de cordée » n'auront eu comme modèle que les magouilles de leurs aînés ? Seront-ils tentés de faire mieux, de faire plus et celà, jusqu'à ce que tout explose ???

tout « premier de cordée » qui se respecte...

C'est un oxymoron...

Ce genre de "premier de cordée" est tout sauf respectable !

NE PAS OUBLIER DE CREUSER CHEZ

AVENIR ÉDUCATION
the think tank
chardasso
blankerwaranty 100%
SINCE 2020

Ce genre de "syndicat" est un pur syndicat maison comme l'étaient les "compagnons du minorange" chez Bouygues.

Ou encore feue la CFT (Confédération Française du Travail)

Voir https://fr.wikipedia.org/wiki/Conf%C3%A9d%C3%A9ration_des_syndicats_libres

"La Confédération des syndicats libres (CSL) était une confédération syndicale créée dans les années 1950, considérée proche du patronat et formée par des syndicalistes issus des réseaux de droite et d'extrême droite collaborationiste1. D'abord appelée Confédération française du travail (CFT), elle change de nom en 1977 après l'indignation suscitée par la mort d'un syndicaliste, abattu d'une balle dans la tête par des membres de la CFT. Elle s'est dissoute en 2002. "

Ils n'en sont pas là, évidemment, dans ce syndicat bidon des jeunesses blanquériennes et on espère qu'ils n'y seront jamais. Mais quelques piqûres de rappel historiques, ça fait jamais de mal .

Heureusement,  il nous reste encore la cfdt !

La CSL/CFT, ils étaient bien dans les années 70 à Levallois-Perret - 92

Certains jeunes se sont fait piéger et s'en mordent aujourd'hui les doigts...

Je n'arrive pas à admettre qu'ils se sont fait piéger. Quelqu'un qui tape dans la caisse sait très bien ce que cela signifie. Et quel piège ? L'aide à la fondation d'un syndicat qui ne met rien en oeuvre, qui ne remplit aucun de ses objectifs ? Ces gentils étudiants sont débiles ? Ils savaient très bien ce que signifiait le soutien du ministère.

Soyons honnête. Pas tous "piégés"... certains ont réagi, ont alerté, mais sans succès....

  • Nouveau
  • 21/11/2020 19:23
  • Par

Ils ont l'éthique élastique à Grenelle. Se peut-il qu'il ne soit pas tout blanc le Blanquer? Ce monsieur qui a coutume de dire que tout est sur la table envisage-t-il d'y mettre aussi sa démisssion?

Comme je l'ai déjà écrit sur d'autres articles, ce qui nme sidère aussi, ce sont les goûts de vieux de ces petits cons... 

- Ils sont déjà sapés comme des baltringues sortant de l'ENA, col et cul serrés. 

- Ils vont dans des hôtels de luxe, avec des codes et une étiquette qui rendent mal à l'aise des jeunes gens normaux. 

- Ils vont dans des restos 5 étoiles où on sert, avec des chichis et des manières, des assiettes de la taille d'une dînette pour poupées, les 3 feuilles de salade au vinaigre balsamique saupoudrées au parmeggiano reggiano facturées 110 euros. 

Entre 16 et 19, je prenais plutôt mon pied dans des troquets avec des plats régionaux bien copieux, sans en laisser une miette. Je trouvais mon confort dans une auberge dans les monts du Forez, pas dans un sofitel aseptisé du centre de Lyon.  Leurs goût ne sont pas raffinés, ils sont au contraire vulgaires, superficiels et trahissent inculture, manque de curiosité. Les Tuche chez Blanquer ! 

Je faisais les manifs lycéennes et voyageais en bermuda été comme hiver. De leurs établissements prout-prout je me suis fait viré pour cette raison, par exemple d'un casino de Dinard en flânant avec des copains, en pleines vacances de Toussaint. Réponse au portier : ah ben je peux l'enlever si vous voulez, ah ah ah ! 

16ansb2

 

 

Oui, des vrais remèdes contre l'amour !  laughing

Ils sont vendus combien ces certificats d'honnêteté ? Et est-il préférable d'envoyer le chèque sur le compte du Luxembourg ou sur celui des Iles Caïman ?

C'est sûr qu'en matière de certificats de sincérité, il s'y connaît le Ferrand !

C'est cher, très cher. Mais plus abordable quand même que les garanties données par l'association JE NE SUIS PAS UN VOYOU. Je vous dis cela très vite, le temps que j'utilise un autre téléphone 'sûr'. 

  • Nouveau
  • 21/11/2020 21:11
  • Par

Oh là ! Y'a quelqu'un(e) ?

Juste pour le titre qui "pique les yeux" (comme on dit maintenant)...

"les preuves que le ministère savait" !!!

???  où voyez-vous un problème dans le titre ? Mediapart apporte *les preuves que le ministère savait* tout de cette affaire

Toujours pas de commentaire de Meta ?

Je m'inquiète pour sa santé ...

capture-du-2020-11-14-21-34-09

 

Lancêtre aussi a disparu... Il est en effet difficile de caser des accusations d'"islamogauchisme" et de "gilets jaunes tous antisémites" dans la conversation.  Mais bon, patience ! La macronie lui offrira d'autres occasions de squatter le fil de commentaires.

Il n'a pas le temps, il a trouvé un job chez Cnews...

  • Nouveau
  • 21/11/2020 22:09
  • Par

J'ai dû rater un épisode...
Comment des ados (mineurs ?) peuvent réserver des tables (avec alcools, etc) dans des restaurants, et des chambres dans des hôtels de luxe ?

Ben , il suffit d'avoir la carte Gold, ce que manifestement, ils avaient ... 

  • Nouveau
  • 21/11/2020 22:52
  • Par

Que toutes ces pourritures macronistes dégagent sinon il va falloir aller les chercher physiquement et les mettre aux arrêts pour les juger pour haute trahison. Ça s'appelle une révolution et on en a bien besoin.

Un pays qui tolère que des individus aussi médiocres et corrompus osent se permettre ainsi de corrompre et violer les Droits de l'Enfant est méprisable.

https://www.liberation.fr/france/2020/11/20/en-france-l-avis-des-jeunes-n-est-pas-entendu_1806160

Démission ! Ca tombe bien, il voulait partir car il n'a pas eu le ministère de l'intérieur. Cela étant, ça aurait été bonnet blanc et blanc bonnet.

Mais y'en a qui vont bien à laRem ?

" une subvention de 30 000 euros, immédiatement suspendue après nos révélations "

Méchants ! "C'est dure d'avoir 20 ans en ce moment "... surtout avec Les jeunes avec Macron  !"

Ce qui semble être une somme dérisoire et un sujet de second plan est malheureusement une nouvelle pointe de corrosion sur notre pays de liberté et d’égalité.

L’instrumentalisation et la préparation des très jeunes pour le banditisme politique, c’est moche! A quand les sucettes à l’effigie de Macron dans les primaires? 

De la bonne graine de pourriture macronienne blanquérisée. Allez, ouste dehors à coup de pied au cul...

Et je pense à certains élus et syndicats qui s’indignent de la baisse des retraites du nouveau système. Mais  Regard sur la retraite du secteur privé durant 62 ans qui n’a fait que baisser et que l’on m’a adressé = cliquez pour lire la suite :
https://developpement-mental-semantique.com/regard-sur-la-retraite-du-secteur-prive-durant-62-ans-que-lon-ma-adresse/

  • Nouveau
  • 22/11/2020 07:56
  • Par

Blanquer doit reprendre notre argent, et si il était bien au courant et qu'il n'a rien fait, il doit démissionner, chose qu'il ne fera jamais.

C'est quoi la prochaine étape ? La création par Darmanin d'un SAC (Service d'Action Civique) nouvelle génération, dont le but serait de protéger la précieuse intégrité de Dugland Ier et "faire connaître son action et sa pensée" ?

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Service_d%27action_civique

Morceau choisi : "[En 1968], des membres du SAC créent également l'UNI pour contrer la « subversion gauchiste » dans le milieu universitaire."

Tiens donc, ça me rappelle quelque-chose...

Ce commentaire a été dépublié par la rédaction de Mediapart.

De toute façon, ces "p'tits mecs" sont à bonne école, dans le droit fil de leur aînés "marcheurs" et à l'image de leur chef de file élyséen. Plein de morgue, d'arrogance et de cynisme, avec le sentiment que tout leur est permis. Et en plus rompus au déni systématique et pratiquement certains de ne rien encourir. C'est l'école des crapules, futurs candidats aux investitures et qu'on retrouvera dans quelques années à l'Assemblée, au Sénat ou dans les cabinets ministériels. L'avenir s'annonce joyeux pour eux, un peu moins pour le pays et ceux qui y vivent...

Je souhaiterai connaître les montants alloués aux autres syndicats lycéens et comment se calculent les subventions.  Merci

Pourquoi que les syndicats lycéens ? Ceux des enseignants, encadrants coeducateurs, inspecteurs et chefs d'établissements, plus les subventions à l'enseignement privé, y compris confessionnel, il me semble que cela serait utile : de quoi faire un autre article ?

Et un autre sur les postes pourvus aux concours en regard du nombre de vacataires annuellement recrutés ? (En observant la situation sur tous les concours et niveaux depuis 40 ans)

Le sujet du billet est : Malversations dans le syndicat lycéen pro-Blanquer: les preuves que le ministère savait cool ...

Or il se trouve qu'Edwy Plenel et Joël Martin font la chasse aux hors-sujets tongue-outsealedwink ...lire: 

 https://blogs.mediapart.fr/bruno-painvin/blog/121120/l-abeille-et-le-libraire/commentaires#comment-10343455

cool

A bientôt.

Amiité.

Commentaire hors-sujet... wink

  • Nouveau
  • 22/11/2020 11:05
  • Par

Les politiciens sont tellement corrompu qu'ils le font même plus exprès...

Le ministre qui prôôône l'éducation à la citoyenneté et au vivre ensemble laughing laughing laughing

L'exemple, toujours ah ah ah !!!!!

les courants fascistes investissent l'école, Blanquer ministre sarkosyste, soutient et donne un coup de main.... L'extréme droite est déjà à l'école.....

https://www.bastamag.net/Fondation-pour-l-ecole-pratiques-financieres-douteuses-defiscalisation-dirigeants-conflits-d-interets

 

SOS Éducation : opacité, gros sous et la sympathie de Jean-Michel Blanquer


Créée en 2001 pour « obtenir une amélioration du système éducatif français », l’association SOS Éducation est proche de la Manif pour tous et a la sympathie de Jean-Michel ­Blanquer : le jour de sa nomination au ministère de l’Éducation nationale, celui-ci a donné une « interview exclusive » à SOS Éducation, où il proposait de « passer par une dépolarisation puis par une repolitisation », et prônait « une offre scolaire autonome » [9]. L’association est également liée à la Fondation pour l’école. Dans un rapport publié le 29 octobre 2020, la Cour des comptes met en exergue les liens entre les deux structures, notamment par le biais de deux fondations abritées par la FPE, dont Aristote, créée en 2015 sous l’impulsion de SOS Éducation, et dont l’objet est de favoriser le « renouvellement des supports pédagogiques » [10].

Pour être abritée par la FPE, Aristote doit apporter une dotation de 50 000 euros. En contrepartie, la FPE assume à sa place la gestion comptable, financière et juridique, en plus de faire bénéficier ses donateurs des avantages fiscaux d’une fondation reconnue d’utilité publique. Or, dans le cas d’Aristote, c’est SOS Éducation qui fournit l’argent par le biais d’une « bourse (de 90 000 euros), en principe destinée à l’édition d’un manuel scolaire de géographie ». Un financement « en violation des statuts de SOS Éducation », note la Cour des comptes. « À l’inverse, en 2017, SOS Éducation s’est purement et simplement approprié un don de 20 000 euros destiné au financement du manuel de géographie de la fondation abritée ». La cour conclut à une « confusion des deux entités », à un « risque de conflits d’intérêts » ainsi qu’à une utilisation des dons à des fins éloignées de ses missions sociales : l’association a dépensé 90 000 euros pour la campagne présidentielle de François Fillon…

 

                               Sur une autre affaire : où en est-on ?

Affaire Kerviel : où sont passés les 2,2 milliards de la Société Générale ?

                                          20 novembre 2020 

" Mercredi 17 novembre , Ugo Bernalicis , député du Nord de la France Insoumise  , interrogeait le gouvernement sur son intention de récupérer les 2,2 milliards d’euros que la Société Générale doit à l’administration fiscale depuis les rebondissements de l’affaire Kerviel.

Pendant que la Société Générale profite de la crise du COVID pour supprimer 700 emplois sur le territoire et qu’elle continue de verser dans des scandales financiers et de fraude fiscale , la banque n’a toujours pas rendu les 2,2 milliards d’euros qu’elle doit à l’État ainsi qu’au peuple français depuis la fin de l’affaire Kerviel.

Lors des questions au gouvernement , Ugo Bernalicis a proposé que cette somme soit recouvrée par l’administration dans le but de financer la lutte contre la pauvreté en France.

Deux jours plus tôt , la Fondation Abbé Pierre faisait état de 300.000 sans-abris dans le pays , un bien triste record.

Pour rappel , à peine élu Emmanuel Macron promettait qu’aucun sans-abri ne dormirait encore dans la rue à la fin de l’année 2017.  "

   Alliot Marie, relève toi, ils sont devenus fous

Pourtant entre délinquants auraient dû être au courant, la règle d'or absolue en la matière, c'est pas vu pas pris.

Dès lors qu'il y a eu "alerte", le risque d'être pris était exponentiel. Espéraient ils faire taire les alertes ?

 

  • Nouveau
  • 24/11/2020 08:00
  • Par

Arrêté du 4 novembre 2020 fixant le taux de promotion du corps des inspecteurs de l'éducation nationale pour les années 2021 et 2022

NOR : MENH2028977A
ELI : https://www.legifrance.gouv.fr/eli/arrete/2020/11/4/MENH2028977A/jo/texte
JORF n°0284 du 24 novembre 2020
Texte n° 5

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous

*Comme nous en avons pris la décision depuis nos premières révélations sur cette affaire, nous avons fait le choix d’anonymiser les identités de tous les membres du syndicat puisque certains d’entre eux sont mineurs ou étaient mineurs à l’époque de certains faits rapportés. Nous avons informé l’ensemble de nos interlocuteurs (représentants du syndicat, ministère, délégué national à la vie lycéenne) de ce choix depuis le début de notre enquête.

Les premières réponses du ministère sur cette affaire sont à retrouver en intégralité ici.

Nous avons ensuite échangé avec le ministère à l’annonce de l’ouverture d’une enquête interne et la suspension de la subvention 2020. Certaines citations issues de cet échange ont été introduites dans cet article. D’autres citations ont été utilisées ici.

Malgré plusieurs relances, le délégué national à la vie lycéenne Christophe Brunelle n’a pas souhaité répondre à nos sollicitations sur le sujet d’Avenir Lycéen.