Comment l'UMP «maquille» l'hémorragie de ses adhérents

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En 2007, un compteur des adhésions trônait en haut du site de l'UMP. À l'approche de 2012, on trouve seulement un compteur du coût du projet du PS. C'est qu'entretemps, le nombre d'adhérents est passé de 370.247 (au 31 décembre 2007) à 171.000 (en juin 2011). Des chiffres que l'UMP ne peut plus justifier, à quatre mois de la présidentielle, avec l'argument du traditionnel effet post-électoral (qui veut qu’un parti perde en moyenne 20% de ses adhérents l’année suivant la présidentielle). En attendant les chiffres officiels que Jean-François Copé annoncera le 4 janvier, lors de ses vœux 2012, Mediapart se penche sur l'effondrement − bien réel celui-là − du nombre de militants au fil du quinquennat.