Décidément, le scandale Tapie fonctionne comme un système de poupées russes. Il y avait un premier scandale, celui de l’arbitrage qui a permis à Bernard Tapie – grâce à l’intervention de Nicolas Sarkozy dans la procédure judiciaire portant sur le contentieux de l’ex-Crédit Lyonnais – de percevoir 403 millions d’euros dont 304 millions sont tombés en net dans sa poche, à l’issue d’une sentence controversée prononcée le 7 juillet 2008.