Carte ouverte à Madame la ministre du logement

Par et
Alors que des milliers de sans-abri dorment dehors faute de place et d'adaptation des centres d'hébergement, que des milliers de personnes sont mal logées, l'ordonnance de 1945 prévoyant la réquisition d'immeubles vacants en cas d'urgence n'est pas utilisée. Selon la carte établie et publiée par Mediapart avec le collectif Jeudi Noir, au moins 27 immeubles représentant plus de 164.000 m2 sont pourtant inoccupés depuis plus de deux ans dans la capitale, sans qu'aucuns travaux ou projet n'existent sur ces lieux. Une aubaine? Pas pour le ministère du logement, qui considère, suite à une note interne que Mediapart a pu consulter, que cette solution n'est pas pertinente.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

164.000 m2 vides! Des immeubles entiers laissés à l'abandon, depuis au moins deux ans, parfois beaucoup plus, mais qui ne sont ni vendus, ni loués. La liste dressée à Paris par le collectif Jeudi Noir, et dont Mediapart a établi la carte, montre bien que, dans chacun des arrondissements de la capitale, on trouve d'immenses bâtiments fantômes appartenant à l'Etat et à des sociétés. Autant de grands espaces inutiles à l'heure où des milliers de sans-abri dorment dehors, faute de place et d'adaptation des centres d'hébergement, et alors qu'il manque 800.000 logements en France selon la fondation Abbé-Pierre pour répondre au problème du mal-logement. Bien sûr, le calcul est grossier: mais sachant que pour vivre dans des conditions décentes, on admet qu'une personne seule doit disposer d'au moins 9 m2, ces seuls 164.000 m2 permettraient déjà de loger plus de 18.000 personnes.