La SNCF peut accéder à l'ordinateur d'un de ses salariés, selon La Cour européenne des droits de l'homme

Par
La Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) a débouté jeudi un cadre de la SNCF qui contestait l’intrusion de son employeur dans son ordinateur professionnel et son licenciement qui avait suivi, après la découverte de fichiers pornographiques et d’attestations frauduleuses au bénéfice de tiers.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

STRASBOURG (Reuters) - La Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) a débouté jeudi un cadre de la SNCF qui contestait l’intrusion de son employeur dans son ordinateur professionnel et son licenciement qui avait suivi, après la découverte de fichiers pornographiques et d’attestations frauduleuses au bénéfice de tiers.