Martine Aubry ou «la stratégie de la tortue»

Par
Martine Aubry parle rassemblement de la gauche et parti en mouvement. Son calcul: être à la tête d'un parti qui serait redevenu fort, respectueux de ses alliés et (un peu) rénové. Sans brusquer les événements.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Chi va piano, va sano, chi va sano, va lontano». Rarement le proverbe italien, vantant la modération des ambitions pour aller le plus sûrement le plus loin possible, n'aura autant marqué une victoire électorale. Au second tour des régionales, la direction du PS a le triomphe modeste, mais s'est octroyé l'espoir de croire à nouveau à l'alternance.