Toulouse : le RAID et la DCRI font face à de fortes critiques

Par et

Les conditions de l'assaut qui a abouti à la mort de Mohamed Merah sont de plus en plus critiquées par les spécialistes. L'enquête qui a précédé provoque, elle, de vifs débats sur l'efficacité des services de renseignement.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La mort de Mohamed Merah, 23 ans, tué jeudi 22 mars à Toulouse lors d’un échange de tirs avec les policiers du RAID qui donnaient l’assaut à son appartement, laisse beaucoup de questions sans réponses. Assiégé depuis une trentaine d’heures, le principal suspect des sept assassinats commis à Toulouse et à Montauban les 11, 15 et 19 mars, serait mort d’une balle dans la tête tirée « en état de légitime défense » par les policiers du RAID, selon le procureur François Molins, alors que Merah était sorti de la salle de bains en leur tirant dessus, puis en sautant par le balcon du premier étage.