CGT: les militants cherchent comment réveiller le syndicalisme

Par
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

+ 1 !

camarade EDDY BENZERDA

 

tu étais au congrès mais sincèrement quelle est la stratégie aujourd'hui des syndicats confédérés?

Poursuivre le syndicalisme d'entreprise position du bureau confédéral, syndicalisme de partenaires sociaux ou acteurs sociaux institutionnels

 ou renouer avec le syndicalisme de branche position interrompue en 1975, syndicalisme de masse et de classe où l'activité syndicale ne se résume pas à IMPLANTER des IRP de DP CE CHSCT, mais à expérimenter des pratiques sociales, sportives, intellectuelles, ...orientées dans une autre philosophie que l'augmentation du pouvoir d'achat,  que nous les producteurs pourrions tout aussi bien proposer une autre vision du travail et de la société, que nous commencerions à  inventer par ces pratiques non consuméristes, car une fois que le syndiqué hors de l'entreprise redeviendrait (ce n'est pas une fatalité, mais une carence du syndicat) un simple consommateur avec son temps de cerveau disponible alors pour le discours qui lui explique que d'autres que lui savent comment faire fonctionner l'économie...que son rôle à lui c'est consommer pour créer de la demande, en comparant le samedi après midi les prix des enseignes de l'habillement, de la téléphonie, de l'alimentaire?

Dans ma section nous avons décidé et  organisé, c'est essentiel, une sortie en centre ville le samedi après midi où j'ai fait le cours sur la formation de la plus-value, du profit, et une question circonstanciée en lien avec la formation : comment maintenant combattre efficacement quels outils le "travail" du dimanche ou l'ouverture des magasins le dimanche, loin des clichés le dimanche c'est du temps pour la famille (qui renvoie à la société de consommation et du "y a qu'au travail -emploi- que je suis producteurs...). On a fini cette après midi autour des patisseries et d'un projet pour gagner la bataille des mots et des idées par rapport à la réouverture du dimanche: comment lier syndicalisation, salaire (et oui car les patrons jouent sur la tutune pour faire craquer celles et ceux qui y voient l'immédiat , c'est-à-dire mettre du beurre dans les épinards, c'est là qu'il nous faut un projet de société, donc il faut :)organiser une solidarité, donc où est l'interprof? Tu comprends comment le syndicat peut fonctionner lorsqu'il sort de l'entreprise ?

 

et cette  question  de la stratégie organisationnelle (d'entreprise ou interprofessionnelle)de la lutte est-elle l'objet dans ta pratique syndicale d'une réflexion collective planifiée dans vos travaux d'études?

Très juste.

 

www.cfdt.fr

Absolument faux

Il faut avoir une majorité pour changer les choses

Or les chefs ont quasi toujours une  clientèle qui leur assure un volant de voix pré-acquise

Combien  dans une entreprise n'osent pas voter contre la majorité  à l'intérieur comme à l'extérieur de leur syndicat  ?   

et après?     Cool

Bien que j'étais anti-syndicats pendant des années pour avoir vu des aberrations alors que j'ai travaillé en usine, j'ai discuté avec divers syndiqués et j'ai remarqué que diverses opinions faisait une force. Bien que j'étais anti-syndicats pendant des années pour avoir vu des aberrations alors que j'ai travaillé en usine, j'ai discuté avec divers syndiqués et j'ai remarqué que diverses opinions faisait une force.

Depuis bien que je sois principalement maintenant en interim et plus dans le bâtiment que dans l'industrie j'ai beaucoup de respect pour les syndicalistes qui se battent sur le terrain tous les jours.

  • Nouveau
  • 22/03/2013 12:14
  • Par

"CGT: les militants cherchent comment réveiller le syndicalisme"

MISE EN PLACE DE LA  DIRECTION  DU SYNDICAT PAR UN VOTE DES MILITANTS (es)

inutile d'écrire en capitales, c'est comme ça depuis que les syndicats existent.

« que les Blacks et les Arabes soient une priorité politique en interne comme les jeunes et les femmes ».Tout est dit dans ce propos !

?

Que deviennent les eurasiens XY quinquagénaires ?

Espérons tout de même que Le Paon aura soin de ne pas faire la roue

Mais en fait depuis 1945, la CGT, tout particulièrement, a-t-elle été « globalement bénéfique » pour l'ensemble des travailleurs ?

 Pour le PCF dont elle était la courroie de transmission évidemment qu'elle a été bénéfique en "prêtant" des permanents . 

 Pour les cadres syndicaux aussi, même s'ils ne fument pas tous des cigares et n'exploitent pas tous leur chauffeur, comme Blondel à FO.

 C'est de fond en comble qu'il fau(drai)t réformer aussi les syndicats, mais qui le fera ? Pas ceux qui en vivent.

rveilsyndicats.jpg

exactement le genre de cliché qu'on entend à LO ou au FN.

La CGT est ce qu'en on fait les travailleurs, elle sera ce qu'ils en feront.

......Finalement, je me demande si je ne regrette pas les liens qu'entretenait la CGT avec le PC au temps de sa "splendeur"......Seulement voilà. Le stalinisme dans son ultime version fut l'étoile jumelle du liberalisme pour paraphraser Leon Trotsky!

?

les CHSCT , je les consulte(ais) sur mon lieu de travail, je lis compte -rendu, imprime et les affiche sur panneau réservé à!(une fois, un tract trainait affiché accidentellement sur le mauvais panneau, mauvaise salle de travail,en salle de pause, normalement(pour le secteur psy local), le directeur passant par hasard, premier coup d'oeil" SVP, vous décrochez le tract, une famille passe, remarque , une plainte est possible!, "ah, je ne l'avais pas vu celui-là, ok, je m'y emploie immédiatement", ola, respect!)Clin d'œil

  • Nouveau
  • 22/03/2013 17:22
  • Par

les "vieux" cgtites interrogés ont tous le même discours mensonge maison : "avant tout était facile on pouvait se syndiquer, pas de risque,..."pour eux peu-être dans leur parcours personnel, mais ils étendent leur vécu personnel en tendance générale c'est un raccourci intellectuel qui explique leur spécifité : réactions épidermiques aux pratiques et opinions "libertaires"

dans les années 50, on envoyait les chars contre les mineurs, dans les années 60 les grèves étaient très dures (petits salaires, absence de mensualisation, abscence de barèmes conventionnels, absence de cotisation sociale chômage...) les conditions de vies très mauvaises, insalubrités, maladies du plomb, ...l'amiante, les accidents de travail, le travail encore massif des adultes de moins de 21 ans...

dans les années 70, gros retour des patrons (le coup de force d'Amaury contre le syndicat parisien du Livre, salaires ne sont plus payés du jour au lendemain pendant 1 ans, et le gouvernement qui aide le magnat de la presse à acheter en belgique des rotatives...) beaucoup de travailleurs âgés cumulaient encore pension petits jobs, les petits boulots étaient encore légions car ni le CDD ni le partiel n'étaient l'objet d'un encadrement légal et conventionnel

non vraiment la question n'est pas là, elle est que le syndicalisme n'a tout simplement plus de plan concret plus de classe révolutionnaire,

les libertaires,!, philippo et la philo et ils préconisent quoi les libertaires !?, vous incarnez qui , ou quoi?!philippo! la classe ! je m'incarne classe option plan b? elle est où the question, il propose quoi la classe libertaire?!

take my hand!?    raconte -moi ton vécu, j'ai de la salive artificielle, Clin d'œil

On le disait déjà à nos grands-parents: Saint Nicolas vous conduit au Ciel, mais Saint Dicat vous conduit en Enfer.

Ce commentaire a été dépublié par la rédaction de Mediapart.

je ne crois pas qu'à aucun moment il ait été facile de se syndiquer à la CGT !!!

meme dans la fonction publique, cela a toujours entrainé licenciement, brimades, placardisation et retard dans la carrière, et c'est d'ailleurs exprimé dans quelques uns des interview de l'article.

Pour que les gens se syndiquent, il faudrait évidemment qu'ils croient aux syndicats. Or outre le fait que les syndicats ne sont plus en mesure d'empêcher le gouvernement de toucher à la retraite, aux délocalisations, aux licenciements, aux réformes de l'école...on peut légitimement s'interroger sur l'intérêt de ceux-ci.

Les Français ont encore à l'esprit l'époque où un toussotement syndical remettait le gouvernement dans le droit chemin. Temps révolus. Or quelle stratégie ? Quels nouveaux moyens d'action ? Aucun !

Nombreux sont les militants à comprendre qu'il serait temps qu'un ordre syndical mondial ou ne serait-ce qu'européen, se mette en place. C'est en cours, mais c'est long et semé d'embûches, de reflux et d'inquiétudes muettes.

Voyez ici:

 

http://www.etuc.org/fr

 

 

Pour que les gens se syndiquent il faudrait qu'ils croient aux syndicats.

Vous avez l'air de croire que la perte d'influence des syndicats est due à leur échec à peser sur le débat public.Celà est en partie vrai.Mais deux autres facteurs pèsent lourd :

Les gens,en général,sont des consommateurs. J'ai pu le vérifier dans le milieu associatif.Adhérer à une association sportive pour beaucoup c'est comme payer un abonnement à un club de gym à but lucratif! Leur chèque leur donne droit à une prestation,il ne leur traverse même pas l'esprit qu'une association repose sur le dévouement d'une poignée de bénévoles. C'est pareil dans le monde du travail:on ne pousse la porte d'une permanence syndicale que lorsque l'on est dans la mouise...

Les grandes centrales syndicales sont en grande partie responsables de la baisse de leur nombre d'adhérents. Trop longtemps,elle ne se sont préoccupé que de leur clientèle naturelle,fonctionnaires et grandes entreprises.En étant mauvaise langue,j'ajouterais avec les avantages que ce type d'entreprise procure (comités d'entreprise,etc)...

Elles ont complètement négligé les PME et PMI!

C'est flagrant en Corse.Le secteur public est hypertrophié.Les entreprises de plus de 50 salariés y sont fort rares.Le Syndicat des Travailleurs Corses(STC) a été le seul à se préoccuper des salariés des petites entreprises.Ce syndicat a remporté les 2 conseils prud'hommaux et est largement en tête des élections récentes.Le travail de terrain paye toujours!

Ces, je connais et je sais, de l'intérieur de mon syndicat, de quoi je parle. Peu veulent réellement y adhérer. Par ailleurs, le travail de terrain...c'est vrai mais contradictoire me semble-t-il avec l'individualisme consommateur des individus. Et quand bien même ! Pourquoi adhére- t-on à un syndicat ? Par idéologie ? Tant mieux! Pour être défendu par moins cher qu'une assurance juridique ? Tant mieux ! Autrement dit si les syndicats veulent exister, il faut qu'ils se battent sur tous les terrains. Mais s'ils perdent à répétition, les gens auront vite fait leurs comptes.

Ceci étant nous sommes d'accord au fond.

il serait temps , ne serait-ce,pour que, légitimement, les français, droit chemin, quel programme, vous cotisez combien,vous! par mois, ?!

je ne sais pas, la dernière discussion que j'ai eue avec le chef de bande ,cadre précis, "et le table d'infos, devant la caf, autorisée ou pas dans le r^glement, t'as eu le temps de poser the question or no? yes, i thing, j'ai encore zappé, mais tu fais quoi, !? avec tous les textes du congrès, toutes mes heures ne suffisent pas ,plus! les formations, pareil! et y'a machin qui , machine qui , je demande et on met la gomme! ,ok, !!!!, tu viendras à l'exécutoire , ou pas, en avri!l!??,  j'ai un truc à faire sujet transports , un trus à faire là, plus ,là, t'as vu le planning,!!! oui,)!( ton appareil électronique, c'est pas marie-guite qui te l'a offert, au-moins! avoue!)!( non, très utile , ! lui!,le calendrier!, en Rassemblement déjà! , on se mail , ensuite, action! ", ils ont un taf ces délégués,!, chaud !!! pourquoi pas plus payés !? parce que! c'est la loi!

l'objectif , simple!, apprendre aux salariés comment lire une feuille de salaire, pour commencer, informer , causer, simple! , répondre aux questions si questions,(!) simple, sûr que sur le lieu de travail, lire les infos, pas le temps, plus le temps, même pas un espace temps , pour parler des simples infos, donc, trouver d'autres espaces ,simple! on cherche, éventuellement , on tente, après ,simple! on évalue, ensuite , on repense, après , ...simple!

j'ai tout de même constaté que des jeunes se sentaient "concernés", après, ....!

  • Nouveau
  • 22/03/2013 19:01
  • Par

ça alors, c'est tjs le cordonnier le + mal chaussé. 

Pourquoi ces syndiqués CGT acceptent la discrimination alors que leur centrale est outillée pour la faire cesser et vite ! qu'ils contactent céans leur spécialiste = François Clerc, CGT évidemment, spécialiste de la discrimination. 

La CGT est aujourd'hui la seule centrale syndicale qui défende clairement les intérêts des salariés. gageons que la féminisation et le rajeunissement renforce encore la lutte en faveur de ces deux catégories particulièrement malmenées.

est-ce que la femme et le jeune sont-elles sont-ils des termes pertinents en terme d'activités économiques? Ces catégories n'ont rien de spécifiques, être femme ou être jeune ? Du moment qu'on est salarié, pourquoi renvoyer à une caractéristique biologique des personnes qui appartiennent à un ensemble plus abstrait

est-ce que l'on parle de citoyen femme discriminée ou de citoyen jeune discriminé non on parle de limites démocratiques...il faut placer le débat à un niveau au-dessus et cesser de répondre aux intérêts des travailleurs des producteurs par des revendications spécifiques

pas le seul syndicat, début d'année , laquelle !?,je ne sais plus à  force! pas celle-là , en tout cas, les syndicats étaient invités à réunir leurs énergies pour étudier l'efficacité , opportunités , fil de l'actu, et se fédérer, à savoir , que c'est tellement simple de bosser ensemble, que si tu connais pas , sais pas qui et qui et qui fait quoi, eh, bien , tu te polis le squelette, et   tu vaques ...!

 

simple!

  • Nouveau
  • 22/03/2013 22:56
  • Par

Comment oublier la cégète du Beatle de Montreuil (B. Thibault) et du social traître Chereque de la Ceufeudeuteu, qui ont, en toute complicité avec Sarkozy, validé la loi Fillon sur la représentativité syndicale et condamné  à disparaître des l'organisation qui bien que minoritaires, constituaient le poil à gratter des grandes églises et à tout le moins l'expression de la diversité démocratique.

N'oublions pas non plus qu'ils ont oublié l'exigence symétrique de représentativité patronale qui aurait renvoyé le medef et son infame morue de Parisot ce qu'ils sont : moins de 10 % donc non représentatifs des employeurs français !

jazz  and soul , funky, "exigence symétrique!? , " rien compris! désolée !Clin d'œil

je ne vois pas à quoi peuvent servir des syndicats dissidents, sauf à diviser les salariés. Ce sont des alliés du patronat.

  • Nouveau
  • 23/03/2013 14:27
  • Par

Meme dans les pays ou une large majorite des travailleurs est syndiquee,  combat syndical parait futile. Le droit du travail n'y est pas plus respecte et les travailleurs ont plus peur du chomage que de courage pour prendre en main leur destin, a ce stade qui peut les blamer?

Les differents gouvernements europeens ont admirablement reussi a creer une zone de non-democratie, on nous fait croire que des Arnaud Lagardere meritent leurs revenus et que la dictature des heritiers est ce qui assure la stabilite du monde, pourtant avec des millions de chomeurs l'Europe a beaucoup de gens qui pourraient justement travailler a ameliorer les choses, une petite taxe de 25% sur les indemnites des politiciens prelevee a la source assurerait leur assurerait un salaire. Ils essaient toujours de nous dire que seuls ceux qui sont deja en place sont capables de faire le travail, mais pourquoi les croire?

  • Nouveau
  • 23/03/2013 14:27
  • Par

oups!

 

Le problème majeur du syndicalisme en France, c'est que pour recruter il faut être lucide, les syndicats se placent en position de rupture ce qui rend l'adhésion bien difficile.

Sur le temps de travail, ou les retraites, la défense de bastions et d'"avantages acquis" (qui doivent d'ailleurs l'être pour toujours) obère la crédibilité.

Le constat de la syndicalisation, si l'on écarte EDF,GDF,SNCF,RATP, la fonction publique et l'automobile ramène cette syndicalisation vers le 0 absolu.

Il faudrait presque une autre CGT ne travaillant que sur cette friche, la où les travailleurs ont tout de même des approches très différentes de la vie professionnelle.

 

" CGT: les militants cherchent comment réveiller le syndicalisme "

En disparaissant et en  laissant la place a de vrais syndicats dont l'activité soit la défense des salariés et non pas la structuration d'une opposition politique Marxiste .

8% de syndiqués...y compris  les fonctionnaires...!!!

92 % qui n'y croient pas. Ca tombe bien..Un dirait un résultat électoral Communiste...

pourquoi les ouvriers ou techniciens se syndiquent de moins en moins

ils ne veulent pas se faire dénigrés par d'autres colègues , ils ont peurs d'être mis de côté par la hiérarchie,un syndicaliste est mal vu dans l'opinion publique même  pour un syndiqué , il y a comme une honte à être syndiqué ou militant(et les médias font bien leur travail),

une évidence , c'est dans les entreprises à fort taux de syndicalisation que progresse le droit , la sécurité et les avantages sociaux

??????????????

Moi je crois qu'un syndicaliste , un vrai , c'est ce que l'Humanisme fait de mieux .

Défendre ses potes et faire évoluer la société .

Ce qui tue le Syndicalisme , c'est la Politique ...

  • Nouveau
  • 26/03/2013 12:02
  • Par

La rivalité des syndicats entre eux, leur division idéologique font que : "Se diviser s'est permettre à l'autre de régner". Alors pourquoi le MEDF aurait-il des craintes devant les syndicats qui représentent si peu de salariés? Les organisations syndicales ne débattent pas entre elles, elles se "battent" par une sorte de marathon de celle qui aura la plus forte représentativité.

J'avais déjà, il y a quelques jours, dépeint un petit historique (que je n'ai pas retrouvée, mais bon!!!) de mon vécu d'entreprise et je confirme qu'à mon humble avis tant qu'existera cette multiplication des organisations syndicales, les pouvoirs politiques et patronales ont de beaux jours devant eux.

Retraité mais souvent anxieux de l'avenir pour mes enfants et petits-enfants.

Bonjour !Avez-vous pensé écologie ? Là il y a du bouleau !

Il est sorti hier chez EDILIVRE titré : INTROSPECTION. Ci-dessous la quatrième de couverture.

Ne soyons pas coupable de ne pas penser au futur !

Nous avons l'impérieux devoir de laisser en héritage une terre vivable.

Comment faire ?

Les recherches fondamentales et les recherches appliquées sagement, sont impératives !

L'espèce humaine est prédatrice ! La nature et l'humanité sont en danger ! 

La terre nous appartient-elle ?

Avions-nous le droit de nous approprier la pechblende pour aboutir à une probable tragédie?

Est-ce irréversible ?

Il est impératif et urgent pour nous et le futur de notre planète, de mener une action réfléchie, intelligente et énergique, contre le nucléaire et ses multiples et insidieuses maladies, qui s'ajoutent, aux maladies induites par les multiples et insidieuses pollutions diverses.

Un autrement s'impose. Soyons Européens exemplaires dans le monde !

Il faut créer un destin!

Il y a du travail pour les futurologues !

 

Emblavons le bon grain                              Raymond Chermat

 

 

 

 

 

 

 

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.
Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale

Sauf mention, toutes les personnes citées ont été rencontrées mercredi et jeudi lors du congrès à Toulouse.