Toulouse, Bordeaux, Montpellier: les facs contre la sélection

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Sans le vouloir, Frédérique Vidal, la ministre de l’enseignement supérieur, a peut-être enclenché le durcissement d’un mouvement de protestation contre sa loi d’accès à l’enseignement supérieur. L’université de Toulouse-Jean-Jaurès (ex-Le Mirail), souvent à la pointe de la contestation, est bloquée depuis trois mois. Les raisons de ce blocage sont multiples, mais les étudiants et les personnels en grève entendent contester ainsi la loi d’accès à l’enseignement supérieur. Celle-ci introduit une forme de sélection, avec notamment la mise en place d’attendus, soit de compétences requises pour postuler à telle ou telle filière.