Le PS aux prises avec ses mots

Un peu de vert, pas trop de rouge, et tout un camaïeu de roses et de gris : le tableau que présente le projet de déclaration de principes qui sera soumis en juin à la Convention nationale du Parti socialiste semble vouloir surtout ménager toutes les sensibilités du PS. Sans qu'il y ait une formulation claire de son implication dans le système économique actuel.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Les socialistes ont plus besoin d'un écrivain que de théoriciens, s'ils veulent que leur «déclaration de principes» trouve son public, au-delà des militants qui doivent l'adopter lors d'une Convention nationale en juin. Le projet, qui vient d'être dévoilé, ne brille ni par sa concision, ni par son style. A tout prendre, la déclaration précédente, trois fois moins longue, était bien mieux tournée.
Mais si le texte rendu public lundi se distingue par son côté bourratif, c'est bien sûr, et avant tout, pour des raisons politiques. Tout se passe comme si l'on avait repris la déclaration antérieure et que les uns et les autres avaient voulu y apporter leur touche en la badigeonnant abondamment de vert pour être dans l'air du temps, en gommant les rouges trop vifs pour chasser les derniers vieux démons et en jouant sur les roses et les gris pour ménager l'avenir. On croit deviner qui tenait ici ou là le pinceau : les hollandais pour le parti «réformiste», les fabiusiens pour l'adjectif «écologique», les straus-kahniens pour «l'investissement productif», les ségolénistes pour la «démocratie participative», etc.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

Santé — Enquête
par Caroline Coq-Chodorge
Gouvernement — Enquête
par Joseph Confavreux et Ellen Salvi
Violences sexuelles — Enquête
par Constance Vilanova
Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

France
Le documentaire « Media Crash » de retour sur Mediapart
Après quelque 150 projections-débats dans des cinémas partout en France, « Media Crash » est désormais disponible sur Mediapart, avec des bonus. Le film a suscité l’inquiétude des dizaines de milliers de spectateurs qui l’ont déjà vu, face à la mainmise sur l’information de quelques propriétaires milliardaires, aux censures qu’il révèle et à la fin annoncée de la redevance.
par Valentine Oberti et Luc Hermann (Premières lignes)
Numérique
Les publicitaires font main basse sur les données des élèves partout dans le monde
Human Rights Watch a analysé durant deux ans 164 outils numériques destinés aux élèves de 49 pays durant la pandémie afin qu’ils puissent continuer à suivre leurs cours. 89 % « surveillaient les enfants, secrètement et sans le consentement de leurs parents ».
par Jérôme Hourdeaux
Littérature
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant
Politique — Analyse
Le « parachutage », révélateur des dilemmes de la représentation
Les élections législatives fourmillent de cas de « parachutages ». Volontiers dénoncés, sont-ils si choquants ? La pratique, parfois assumée, n’a pas toujours été mal vue par le passé. Si elle reste sulfureuse, c’est à cause des failles de la représentation dont elle est le symptôme. 
par Fabien Escalona et Ilyes Ramdani