Julien Coupat: «L'antiterrorisme est la forme moderne du procès en sorcellerie»

Par
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

Attention, l'url du pamphlet "L'insurrection qui vient" (donnée dans l'article) est erronée. Le pdf se trouve à http://www.lafabrique.fr/spip/IMG/pdf_Insurrection.pdf
Merci Dominique. En effet, j'avais mis l'ancien lien. C'est corrigé.
Julien Coupat "l'anti terrorisme est la forme moderne de procès en sorcellerie" C'est sûr que ça valait la peine de vivre tout ça pour arriver à un constat aussi percutant. Misère !
Misère pour qui, misère pour quoi ? Je trouve pour ma part plus qu'intéressantes les réponses de Coupat et plus qu'inquiétantes les constructions intellectuelles du juge Fragnoli .
Tout est dans le "plus" je suppose. Mais Coupat dit tout : il trouve que c'est un jeu. On s'amuse comme on peut, avec le soutien de papa. Une thérapie familiale permettrait de mettre à jour certains mécanismes à l'oeuvre, pas très ragoûtants. Voir 'des jeux et des hommes' d'E. Bern, un psychiatre des années 60. Très subversif, comme ouvrage, également.
Il faut ne pas avoir passé un seul jour en prison pour développer pareille thèse. Ni même y être entré(e) ...pour voir. Toute supposée subversion est aujourd'hui criminalisée. Ce sont les lois "anti-terroristes" qui ont suivi septembre 2001 et leurs alourdissements successifs qui permettent ce "minority report" (lire le livre de Philp K. Dick plutôt que de voir le film). Ainsi, un seul exemple: un mois après la manifestation anti OTAN de Strasbourg, l’Etat entend régler ses comptes avec une partie du mouvement anti-guerre les 5 et 12 mai prochains. Après avoir distribué des peines particulièrement lourdes - 3 à 6 mois fermes - à l’occasion des comparutions immédiates du 7 avril, la justice s’acharne sur quelques manifestants pris au hasard des contrôles, dont elle voudrait faire des boucs émissaires. Cette mascarade judiciaire a pour but essentiel d’instaurer la division au sein des opposants à l’OTAN, de dresser un rideau de fumée sur l’écrasante responsabilité du gouvernement dans les violences bien réelles qu’ont subies des milliers de manifestants délibérément agressés par la police. A l’heure où de nombreux témoignages viennent contredire les versions policières des événements (complaisamment étalées dans certains médias), alors que des pétitions de strasbourgeois révoltés par l’attitude des autorités circulent, et que des habitants du quartier du Port du Rhin « pris en otage, sacrifiés OTAN » manifestent leur colère...LE POUVOIR EMPRISONNE !
Velveth, dans cet article, c'est l'histoire de Julien Coupat, qui est racontée. Dommage qu'à la propagande réagisse une contre-propagande. Cela brouille les esprits, je trouve.
Il n'y a pas une once de propagande mais rapprochement de faits qui, pris isolémment, n'ont effectivement peu à voir sinon qu'au bout...c'est la criminalistion de l'action militante ou des idées à contre-courants.
Je crois que tout l'intérêt de ce nouvel et énième article - sans critique aucune - permet, pour la première fois, de prendre connaissance ce que dit Coupat. Et je trouve cela édifiant pour ma part. Je n'avais fait qu'observer jusqu'ici. Là, j'en sais un peu plus sur le personnage. Je le crois coupable. C'est quand même une éventualité, non ? Quelle serait votre position, dans ce cas ?
"je le crois coupable " écrivez vous, chère Peneloppe. Euh ?? vous vous basez sur quoi pour affirmer ça ? Et coupable de quoi , d'ailleurs ???
Sur quoi je me base ? Essentiellement sur le fait, qu'il reconnaît, bien obligé, de se trouver à proximité d'un lieux de sabotage, en l'occurrence, une ligne TGV, de nuit. Curieuse idée pour une ballade, non?
Sur quoi je me base ? Essentiellement sur le fait, qu'il reconnaît, bien obligé, de se trouver à proximité d'un lieux de sabotage, en l'occurrence, une ligne TGV, de nuit. Curieuse idée pour une ballade, non?
Sur quoi je me base ? Essentiellement sur le fait, qu'il reconnaît, bien obligé, de se trouver à proximité d'un lieux de sabotage, en l'occurrence, une ligne TGV, de nuit. Curieuse idée pour une ballade en amoureux, non? Les 2 commentaires au-dessus, je ne peux les effacer en 'doublon' : access denied. Désolée.
bonjour, peneloppe, pouvez vous me dire ce qui vous permet de dire ca depuis votre fauteuil? Vous avez accès au dossier ? Vous pensez pouvoir juger de la culpabilité ou non d'une personne à partir d'un simple article sur le sujet ? Ce qu'enonce Coupat me semble tout à fait clair : on est d'accord ou pas mais sa position est coherente. Notamment quand il explique que le fait de qualifier les actes qui lui sont reprochés d'actes terrorristes montre qu'on cherche à le charger. Par ailleurs, contrairement à vous, à nous, il ne donne pas sa position depuis un fauteuil confortable face à un forum internet, donc un peu de retenue serait bienvenue il me semble... Enfin, pour répondre à votre question, coupable ou non on peut visiblement s'interroger (au minimum) sur le caractère terroriste de tels actes puisqu'apparemment aucune vie n'a été mise en danger.
Mêmes questions que celles d'Armelle...
@Peneloppe Bonjour Peneloppe, Pour moi, votre réponse rejoint parfaitement les pratiques perverses du gouvernement aidé de la justice dénoncées ici et ailleurs d'une autre manière, et qui visent à interpréter tout élément de mode de vie, du quotidien, selon le seul angle du terrorisme, ce que certains appellent “reconstruire le réel” ; car vous avouerez que se trouver à cet endroit ne constitue pas une preuve matérielle suffisante, non ? Un élément de l'enquête tout au plus.
Je mets ici un lien vers un texte de Jean-Claude Paye sur ce qu'il nomme "un renversement de l'ordre de droit" et qui tente une analyse de ces processus en cours depuis le 11 septembre : : http://www.eurozine.com/articles/2009-04-08-paye-fr.html
Je rejoins johnburrow sur la cohérence de Julien Coupat, cohérence que lui même énonce clairement : "L'anti-terrorisme reproche centralement à ceux qu'il vise des intentions. Si bien que ce qui est centralement jugé, ce ne sont pas les actes, mais quelque chose que la procédure leur prête. Si l'on suit le fil des auditions, il apparaît que me sont reprochées deux dégradations qui, pour n'être pas sans conséquences, n'en demeurent pas moins mineures, en ce qu'elles mettent en danger la vie de personne. Il va de soi dans un tel cadre que toutes déclarations à la police ne pourraient n’être qu'à ma charge.” Il est évident que dans un tel processus, il vaut mieux se taire.
On peut ne pas être d’accord avec les idées et les choix de Julien Coupat sans pour autant tomber dans le piège que l’on nous tend visiblement. D’ailleurs, avant de critiquer aussi la pensée de/autour de Julien Coupat, il faudrait aussi la lire, que ce soit par exemple dans le livre ”L’Insurrection qui vient” ou dans la morte revue Tiqqun (si on peut encore la trouver !) avant de s’avancer sur celle-ci aussi promptement.
Pour ma part, il est présumé innocent et ce qui est avancé par le processus en cours ne prouve rien quant à l’accusation de terrorisme. Cette dernière discrédite complètement déjà l’affaire aux regards des faits. Ce qui m’inquiète c’est plutôt le processus de mise en accusation lui-même.
Bien cordialement.
+1, rien à ajouter.
C'est aux flics de démontrer sa culpabilité. Ceux qui se voient dans un Ministère de l'Intérieur peuvent faire leurs constructions hasardeuses, et scandaleuses.
Ma position serait d'essayer de ne pas être aussi primaire que notre président qui déclare coupable avant le jugement (Colonna). Jusqu'ici Julien Coupat est présumé innocent et je me demande si votre remarque ne peut pas ête assimilée à de la diffamation !
S'il s'avère que Coupat est innocent (ce qui semble être fort probablement le cas, plus le temps passe), et victime d'un procès en sorcellerie, ses tortionnaires lui auront gâché plusieurs mois de sa jeunesse, de sa vie (pendant qu'Elysée S.A. s'éclate à Mégève et México). Comment une telle injustice est-elle possible en République? Je suis indigné! Le fascisme, le goulag, n'a pas encore imposé sa dictature en France! Comment expliquer une telle haine des jeunes? Peut-être fait-on payer à Coupat la manifestation contre le sommet sur l’immigration des ministres de l’intérieur européens, à Vichy, le 3 novembre 2008 (formidable manifestation d'une jeunesse généreuse, s'élevant contre l'injustice et les atteintes aux droits de l'Homme). J'espère que les coupables de cette injustice (si elle s'avère) auront à rendre compte devant la Nation, et seront jugés et jetés en prison. Combien de temps tiendront-ils encore? J'espère que notre préoccupation de la vérité et du sort de Coupat, et notre solidarité le soutiendront et le réconforteront, car la procédure de plus en plus absurde (terroriste?) dont il est victime nous conduit à le penser innocent. Merci à Médiapart de cet article! (Dans le contre rendu des interrogatoires du juge d'instruction, je constate, et apprécie, que Coupat est très respectueux du Juge, et qu'il se défend très sérieusement et politiquement!)
@ stéphane Léger : "car vous avouerez que se trouver à cet endroit ne constitue pas une preuve matérielle suffisante, non ? Un élément de l'enquête tout au plus." C'est là dessus que nous divergeons. Pour moi, c'est bien davantage qu'un simple élément d'enquête, mais une preuve matérielle de son implication, de près ou de loin, dans le sabotage.
Comment aurait-il pu perpétrer son forfait pisté comme il l'était ? Pour ma part ce qu'il dit me conduit à la position inverse , je le crois innocent et , ayant quand même une petite idée de ce que peuvent être les conditions de détention , je le trouve très courageux! Des preuves ! Voilà ce qu'il manque.
Le fait d'être près d'un endroit où s'est produit un délit suffit pour être "cru" coupable par vous, peneloppe? Eh bé! Bon dieu, mais il s'agit bel et bien de sorcellerie, alors. "M'sieur le juge, il m'a regardé, et je me suis sentie mal..." Savez-vous ce qu'est une preuve matérielle? MATERIELLE. Je suis prés de quelqu'un dont on vole le portefeuille. Je suis là, donc coupable? Nous sommes en plein moyen-âge, décidément...
Bien dit, Fier Perron. Je vous invite à lire mon commentaire, tout en bas du fil. Bien à vous.
Tout est dans le "plus" je suppose. Mais Coupat dit tout : il trouve que c'est un jeu. On s'amuse comme on peut, avec le soutien de papa. Une thérapie familiale permettrait de mettre à jour certains mécanismes à l'oeuvre, pas très ragoûtants. Voir 'des jeux et des hommes' d'E. Bern, un psychiatre des années 60. Très subversif, comme ouvrage, également. 23/04/2009 12:20 Par peneloppe Je crois que tout l'intérêt de ce nouvel et énième article - sans critique aucune - permet, pour la première fois, de prendre connaissance ce que dit Coupat. Et je trouve cela édifiant pour ma part. Je n'avais fait qu'observer jusqu'ici. Là, j'en sais un peu plus sur le personnage. Je le crois coupable. (...) 23/04/2009 14:12 Par peneloppe
Diable, peneloppe, comme vous y allez ! Vous trouvez cela vraiment 'subversif' de faire appel à la psychiatrie quand il s'agit d'opposition politique ? Quant à 'croire' à la culpabilité de quelqu'un... Allez en paix mon enfant, vous êtes pardonnée puisqu'ainsi, vous donnez raison à Julien Coupat et à son évocation des procès en sorcellerie. Laissons croire les béguines, disait-on au pays de mon enfance.
@peneloppe
Le juge : On a trouvé des armes à votre domicile!
Les irlandais de Vincennes : Quelles armes ?
 
Vous disiez "preuve", peneloppe ! Vous disiez "démocratie", peneloppe ! Je suppose que vous dites aussi : "raison d'Etat" !
"Je le crois coupable" assume Peneloppe. Mais s'il est "coupable" il a mon admiration et mon soutien. Peneloppe se place du coté des sbires qui font des procès en sorcellerie. Je pense que Julien est d'accord avec Saint-Just : "Ceux qui font les révolutions à moitié se creusent un tombeau".
C'est ça, la croyitude.
Ah, bon... Coupat s'amuse ? C'est terrible, de dire cela, vous en rendez-vous seulement compte ? Quoi ! Cet homme est incarcéré depuis des mois sur un témoignage douteux et vous voudriez que, pour lui, on rouvre les QHS ? Ne trouvez-vous pas les lois Perben-Dati suffisamment odieuses comme cela ? Je trouve, moi, qu'on n'en fait pas assez pour Julien Coupat. La ronde des universitaires vent debout contre Pécresse, Darcos et Sarkozy devrait nous donner des idées. Pourquoi ne pas aller, quotidiennement, demander la libération de notre camarade Julien Coupat devant la Santé ? Je trouve cet homme très courageux. Le délire du juge, paranoïaque, sur les dates (8 novembre...) fait froid dans le dos.
Monsieur Julien Coupat est certainement une personne respectable, et je suis d'accord pour demander sa libération, qui est de droit. Est-il pour autant mon camarade ? C'est ce que j'ignore. L'épicerie rurale est une cause comme une autre, mais, pour ma part, je n'y suis pas engagé.
et que faisaient les flics à proximité d'un lieu de sabotage,, en l'occurrence, une ligne TGV, de nuit. Curieuse idée qui peut donner des idées ! voilà,j'ai le mme raisonnement que vous !
Revue Tiqqun : http://www.tiqqun.info/ Bonne lecture.
Merci ! Quel bel article sur la noblesse et l’intelligence d’un jeune homme résistant à la misérable obsession sécuritaire en cours de propagation planétaire (obsession qui fait assassiner au large de la Somalie, sous prétexte de le « sauver », un père de famille patron de voilier qui voulait juste échapper un peu à la civilisation et qui aurait bien sûr préféré sept ans de captivité auprès de brigands pêcheurs à la mort conclusive). L’Etat a de quoi trembler – et si tous les citoyens faisaient montre de la même rigueur de pensée et de la même détermination altière que Julien Coupat ! “Das Denken ist ein Mut und dann ein Übermut“ (Ludwig Hohl [1904-1980], Die Notizen [1944], II [Vom Erreichbaren und vom Unerreichbaren], 236; éd. Suhrkamp, Francfort sur le Main 1984, p. 152). Julien – coupable trop commode – est une lueur d’espoir pour l’avenir.
  • Nouveau
  • 23/04/2009 01:11
  • Par
Excellent article... Le silence d'Alliot Marie est assourdissant.
Pour être tout à fait exact, Michèle Alliot-Marie s'est exprimée dernièrement. Ainsi, le 16 avril sur France Inter:



France Inter - Michèle Alliot-Marie
envoyé par franceinter



Reprise AFP ici.

Il faudra quand meme un jour lui rappeler ses premières déclarations. A elle, à Royal, à l'UMP, à Besancenot,...
charpie, les Verts ont apporté leur soutien. Coupat ayant adopté un mode de vie écologique, enfin, dans la vie de tous les jours... Et les parents de son amie sont des amis de jeunesse de D.C. Bendit. Il ne faudrait pas récupérer ce soutien à des fins polititiciennes. Si Coupat était reconnu coupable, il serait lâché par les Verts, évidemment.
Il n'est pas question des Verts. D'autres (le PCF, Hollande, Vallini) ont réagit. Certains évitent l'affaire. Il faudrait que tous les démocrates récupèrent Coupat, c'est d'ailleurs ce que demande la famille et l'avocate. Ce n'est pas non plus qu'une question de culpabilité et d'innocence. Les premières réactions ont eu lieu quand ce débat était loin d'être tranché (les révélations de Mediapart ont depuis permis d'y voir plus clair). C 'est d'abords une question d'application des lois anti-terroriste comme l'explique très bien Julien Coupat.
Royal s'est abstenue, pour sa part, de tout commentaire, ne "connaissant pas le dossier". C'est aussi une question de culpabilité ou d'innocence. On ne peut indéfiniment éluder cette question.
Mince, plus d'éditer, depuis la mise à jour des serveurs ! Je reprends : on ne peut considérer indéfiniment que la culpabilité de Coupat est une question secondaire, au mépris du souci de vérité, en se cantonnant dans une confrontation d'idéologies. D'un côté, je vois un acharnement quant au chef accusation, mais de l'autre, une posture hypocrite.
Cette méconnaissance du dossier n'avait pas empêché Valls, son bras droit de l'époque de se féliciter de l'arrestation. J'ajoute que c'est bien la première fois que Ségolène Royal refuse de parler d'un sujet qu'elle ne connaît pas (et qui est pourtant largement commenté dans la presse). Courage fuyons ! D'où est la posture hypocrite ? En démocratie ce n'est pas aux accusés de prouver leur innocence. D'autant qu Coupat s'exprime devant le juge. J'espère que vos propos ont dépassé votre pensée.
Valls parle sous sa responsabilité. Coupat dit, par exemple, en réponse à une question : "je suis économe"; il ne dit pas qu'il reçoit de son père une pension, à 30 ans passés de 1000€/par mois. Voilà un type de réponse hypocrite, selon moi. L'ensemble de ses réparties sont du même tonneau. Et d''une arrogance consommée.
L'arrogance vaut donc aveux de culpabilité... Certains classiques mériteraient d'être relus. Je pense notamment à l'Etranger de Camus. A l'époque Valls était encore l'homme de main de Royal, le futur premier Secrétaire (on est entre les votes et le congrès de Reims) Ne limitez pas le débat à la culpabilité ou non. Ce n'est effectivement pas un débat politique, mais judiciaire. Ce qui est en jeu c'est l'arsenal anti-terroriste et son utilisation à des fins de promotion par un pouvoir qui joue alors avec nos libertés. Je trouve Alliot Marie beaucoup plus arrogante que Coupat, qui lui dort au cachot depuis bientôt six mois.
Il dort "au cachot", dites-vous ? Vous voulez dire, sur la paille humide ? Voilà qui n'est pas acceptable. Il faut lui obtenir des conditions de détention plus humaines (si on ne peut pas le rendre à sa chère épicerie rurale, ce qui serait quand même mieux).
Pour ma part je ne sais s'il est coupable. En mon for intérieur j'inclinerais à le dire "présumé innocent", mais la présomption d'innocence est une conception juridique dégénérée de cette chienne de démocratie libérale pluraliste que l'intéressé ne tient pas en grande estime.
Je serais d'accord pour le soutenir, en jumelant son cas avec celui d'autres victimes de l'arbitraire, prisonniers politiques cubains, iraniens, nord-coréens, tibétains, birmans, et beaucoup d'autres, qui vient dans des conditions carcérales à peine meilleures que les siennes.
En d'autres termes, soutenons-le, et soutenons d'abord la démocratie.
C'est un bon principe, robuste, que je partage. Surtout que je n'ai pas une âme de flic ou de détective amateur.
@peneloppe Voilà bien un commentaire tout à fait indigne, et qui n'apporte strictement rien au débat. "L'arrogance consommée ' c'est la vôtre, celle de la soi disant bien pensance . Vous foulez au pied sans aucune vergogne la présomption d'innocence, fondement de notre droit. Je ne vois pas trop ce que vous cherchez à nous démontrer , au demeurant.
Pour ce qui concerne le NPA: Communiqué du NPA : non à la justice d'exception ! 26 novembre 2008 L'agitation médiatique déclenchée par le ministère de l'Intérieur à propos des prétendus terroristes de Tarnac est retombée comme un soufflé... Pourtant, depuis, cinq de ces jeunes sont incarcérés à titre préventif pour une durée indéterminée, alors même que le dossier est vide, comme en a témoigné leur avocate, et que rien ne prouve qu'ils aient détruit ou mis hors service des caténaires de la SNCF et risqué la vie d'autrui. En revanche, à supposer même qu'il y ait eu dégradation par leur fait, la disproportion grotesque entre les moyens policiers déployés, la qualification retenue par le procureur de Paris et les faits incriminés, nous conduisent à dénoncer les pratiques de la police dans cette affaire et à exiger que les jeunes de Tarnac bénéficient de la présomption d'innocence. Cette affaire montre surtout que la législation antiterroriste de juin 2008 permet tous les dérapages en offrant la possibilité d’inculper pour " terrorisme " n’importe qui pour n’importe quoi. Ce délire répressif s'inscrit parfaitement dans la logique des fichiers Edvige, Cristina, des prélèvements d'ADN, de la généralisation des Taser, du fichier base-élèves, ... Qui peut, sérieusement parler ici de "terrorisme", si ce n'est pour prouver aux Français que les dispositifs sécuritaires mis en place par le pouvoir sont nécessaires ? Il est vrai qu'il est facile de jeter en pâture quelques jeunes contestataires et de se dédouaner de ses responsabilités... Parce que, si l'on y regarde à deux fois, qui est vraiment responsable de la dégradation du service public ferroviaire ? Le 26 novembre 2008.
L'honnêteté vous obligerait à indiquer qu'il ne s'agit bien sur pas d'un communiqué du NPA, mais du comité local du NPA de Haute Vienne. Pour accuser les jeunes de Tarnac, le NPA avait été capable de mobiliser sa star Besancenot (qui n'a rien redit sur le sujet depuis 6 mois). Pour le défendre on laisse ça à un comité local
Votre agressivité à l'égard du NPA devrait utilement se muer à l'encontre du régime sécuritaire en place. Pour votre gouverne, 5 communiqués du NPA (dont undu NPA 87, certes) ont traité de "l'affaire Coupat". En voici un autre... Communiqué du NPA. Non à la détention arbitraire de Julien Coupat ! mercredi 18 mars 2009 Pour la troisième fois, le parquet s'est opposé à la mise en liberté de Julien Coupat, présenté comme le responsable du "groupe de Tarnac". Cela fait quatre mois que la justice avait incarcéré plusieurs membres de ce groupe, présenté comme un groupe « terroriste » soupçonné de tentaives de dégradation de ligne TGV. Depuis, le mois de novembre, huit membres incarcérés ont été remis en liberté sous contrôle judiciaire. Seul, Julien Coupat reste en prison. Pourquoi ? Les services de police assurent que les présomptions sont fortes sauf que les enquêteurs ne disposent, apparemment, ni d'aveux, ni d'indices et qu'il n' y a pas eu d'arrestations en flagrant délit alors même que le groupe était, parait-il, suivi. Tout cela sent l'arbitraire et la négation des droits démocratiques de tout citoyen devant la justice. C'est pourquoi, le NPA exige la libération de Julien Coupat, otage d'une justice aux ordres. Le 17 mars 2009
Je n'avais pas vu celui ça. Dont acte. Bravo. Le NPA au niveau national n'a mis que 5 mois pour évoluer et envoyer un texte. Mais on attend encore les excuses de Besancenot, qui ne disait pas à l'époque grand chose "sur le régime sécuritaire en place".
Je préfère ne pas répondre à ces sottises alors que certains amis du NPA dorment en prison.
Cultiver les divisions infimes est grotesque en effet. D'accord avec Velveth. Et inefficace face à un appareil répressif dénoncé par la Ligue de droits de l'homme, par Amnesty international. Ce qui est signe de la gravité de la situation. Le Npa pourrait parfois réagir plus tôt peut-être. Je suis au NPA et je n'attends nulle consigne pour réagir aux injustices. L'important est une riposte unitaire à ces offensives liberticides. On distribuera les médailles de qui a réagi le plus vite et le mieux plus tard.
Charpie, comment comptez-vous ? Quatre mois, et non cinq. Mais le problème n'est pas là.
Il faut comprendre ce que dit charpie haut et fort, à savoir que les Verts y sont les plus gentils, et que tous les autres sont des enfoirés. Ce qui n'est pas très écologique, comme relationnel envers ses petits camarades. Au fait, on ne les a plus entendu depuis longtemps, peut-être même, plus de 3 mois : auraient-ils qq doutes ? Est-ce que charpie a quelques nouvelles à ce sujet ?
Et patati et patata. Y'en a des qu'ont rien de mieux à faire que taper sur la sous-chapelle concurrente... LA-MEN-TA-BLE. Et pendant ce temps-là, la démocratie régresse insidieusement chaque jour.
Je remarque juste que peu de "sous-chapelle" défendaient les habitants de Tarnac quand cela sentait le roussis. Cela bouge maintenant. La semaine dernière sur Canal plus, même Vincent Peillon et Marielle de Sarnez étaient solidaire de ses libertés. Je suis sur que Besancenot dira même personnellement un petit mot de soutien au prochain entretien. Allez, il serait même capable de s'excuser d'avoir hurlé avec les loups sécuritaires. La question des réactions de l'opposition face à ses attaques n'est pas inintéressante. Il est très bien d'écrire des livres noirs et d'organiser des Zéniths de libertés. Il est consternant de remarquer que le jour où un cas de conscience se pose certains se planquent. Le PS n'a fait qu'enfoncer Rouillan de sa semi-libération conditionnelle à sa remise au cachot. La démocratie et les principes ne devraient pourtant pas se négocier. Bayrou le hérault de l'antisarkozysme, qui raille le coup d'état permanent, est le premier à s'enfouir quand l'orage gronde. Peu restent fermes sur les principes. Le PCF (Henri Malberg y est pour beaucoup), les Verts, le NPA (malgré certains exceptions qui tiennent à sa peur panique d'être assimilé aux gauchistes) en fond normalement parti. La vrai question reste le silence du PS, qui rend impossible toute réponse unitaire efficace. Sur Tarnac il a fallu 6 mois pour dégager un timide consensus à gauche. Dommage qu'Edwy Plenel n'a pas continué sa série qui aurait pu être éclairant sur le sujet.
Charpie se trompe de cible. C'est Sarkozy, qui est à l'Elysée.
Mais qui a voté la législation anti-terroriste ? Trop facile de se rabattre sur un anti-sarkozysme simpliste.
Bravo pour cet article fouillé. En attendant je me fais un plaisir de diffuser l'insurrection qui vient à mes amis.
J'arrête la lecture de l'Insurrection qui vient, il serait temps de dormir et retrouver l'ordre du quotidien mais j'aurais pu en être l'auteur si j'en avais eu le talent. * Ce n'est pas un crime en sorcellerie dont est accusé Coupat, responsable ou non (d'ailleurs il n'y a de justice que divine!) mais un crime d'intelligence avec l'ennemi (invisible parce que global), de lèse-majesté de l'orthodoxie occidentale, d'apostasie, de transgression de l'ordre cosmique de l'Eglise, non plus vaticane, mais tout aussi totalitaire. * J'arrête là ces divagations nocturnes, elles seront peut-être intégrées à mon casier inquisitorial (je l'espère, sinon "que fait la police?"). Retour au Combat ordinaire que j'ai choisi pour ne pas non plus succomber aux délices d'une pensée nihiliste, j'ose encore opposer aux froideurs du monde quelque optimisme inaliénable. * En tout cas, si je peux critiquer ce que représente Coupat (au niveau idéologique et pratique), sa première victime est le pouvoir morbide et déconfit qui cherche encore l'aveu comme on passait à l'ordalie l'hérétique aux siècles obscurs. L'Inquisition ne fait que révéler la domination abjecte et agonisante d'un système qui se voudrait éternel. * Sombre constat pourtant. Bonne nuit!
  • Nouveau
  • 23/04/2009 06:28
  • Par
On lira avec intérêt l'article de Jean-Claude Paye (sociologue belge) intitulé : De Guantanamo à Tarnac : un renversement de l'ordre de droit à l'adresse : http://www.eurozine.com/articles/2009-04-08-paye-fr.html Je recommande particulièrement la dernière partie ("Un ordre social psychotique"). Bonne lecture !
Coupat(ble), ou pas coupat(ble) ?? That is the big question. @ +NEO-
C'est du classique, les lettres de détenus au dossier. Pas de quoi s'exciter.
Cher Beber,
Du classique? Vous avez raison. D'ailleurs, je le précise dans l'article même. N'empêche, ouvrir, saisir et coter le courrier d'un détenu reste une pratique discutable, non? Et son "classicisme" n'enlève rien à l'affaire. Bien au contraire. Bien à vous.
En fait on ne le fait pas systématiquement, seulement quand une lettre est censée avoir un intérêt pour le dossier. De toute façon un prévenu comme Julien Coupat sait évidemment que le courrier des détenus est lu. C'est vrai que parfois on tombe sur des lettres dont on trouve ridicule qu'elles figurent dans un dossier d'instruction. En tout cas je suis en désaccord avec vous sur le caractère contestable de la pratique. Autant ne pas trop faciliter la tâche de délinquants qui voudraient communiquer entre eux sur des agissements illégaux.
C'est toute la question de la prison, de la privation de libertés, du minimum vital d'intimité qu'il vous reste, ou non, une fois entre quatre murs. Pratique contestable, je persiste.
Coupat a voulu jouer au dur de dur pendant sa garde à vue (à l'époque on a dit qu'il n'était pas le seul) en se taisant, s'il n'a vraiment rien fait c'est une technique un peu ridicule. Et comme c'est un fils de grand bourgeois blanc et qu'il n'y a pas eu agression physique ils ne pouvaient pas le cogner.
Beber999 spécialistes ès clichés . "grand bourgeois blanc" : n'importe quoi.
Je ne pense pas qu'il ait "voulu jouer au dur de dur", juste qu'il suit ses idées et je n'y vois personnellement rien de ridicule... Je cite l'article : – Le policier: «Pouvez-vous nous expliquer les raisons de votre silence?» – Coupat: «Je récuse le type de procédure d'exception tant policière que judiciaire dont l'anti-terrorisme est le paravent.» Pour le reste de votre message, ça se passe de commentaires...
Beber en l'occurence met le doigt sur quelque-chose je crois. Perso j'ai toujours l'impression qu'un Coupat qui serait un peu basané ou dont le père ne serait pas un médecin éduqué et aisé, et bien ce Coupat-là n'aurait probablement pas tout ce soutien suivi de "l'intelligentsia" parisienne..?
Peut être , mais de là à aller chercher le "grand bourgeois blanc" ? Eduqué et aisé ne veut pas dire grand bourgeois. Et il n'y a pas que l'intelligentsia parisienne à soutenir Coupat. Et ce qui doit nous inquiéter c'est l'acharnement du système sarkozyste à vouloir mettre au jour un complot, non ? Là aussi me direz-vous, ça n'a rien de nouveau, à chaque pouvoir ses complots supposés. Ce qui est inadmissible, c'est la fabrication d'un ennemi de l'intérieur : jeunes, "basanés' ou non, aidants aux sans papiers, militants syndicaux, militants associatifs etc ... et encore merci à Mdp pour ces articles là !
Cher Axel J, Evidemment. C'est pourquoi je rappelle toujours que l'affaire Coupat n'est pas la première affaire des juridictions antiterroristes en France. En général on ennuie des musulmans, et les juridictions de jugement n'apprécient pas forcément (cf. affaire Chalabi). Parfois même le dossier se dégonfle dès l'instruction (libération par la chambre de l'instruction des "moudjahidin du peuple" raflés en 2003 à la demande du ministère des affaires étrangères qui voulait aider Total à obtenir un contrat en Iran). Coupat est quand même le fils de grand bourgeois caricatural. En à peine moins ridicule il me rappelle le jeune homme qui en 1968 avait emprunté le bleu de travail du chauffeur de son père pour aller sur les barricades. Avec l'arrivée de William Bourdon dans la défense le dossier se banalise, d'ailleurs (au départ il n'y avait que l'avocate habituelle des terroristes basques, ça voulait se la jouer militant révolutionnaire).
Chère Armelle Chevassu, Comment croyez-vous qu'il finançait ses clowneries ? A l'époque du bloc communiste il y avait de l'argent disponible à l'Est, mais ce n'est plus le cas. Evidemment si vous ne lisez que "Mediapart" vous ne risquez pas d'apprendre grand-chose sur le milieu social d'origine de Julien Coupat.
Cher beber,
Je vous suis à 100%: l'affaire Coupat n'est pas la première affaire des juridictions antiterroristes en France. J'ai eu l'occasion, par le passé, de traiter des autres — ailleurs. Et alors? Est-ce que parce que ce n'est pas la première affaire du genre, il ne faudrait pas en parler? Je vous ai connu plus malicieux. Sur le reste, vous continuez à attaquer ad hominem et à répétition quelqu'un dont, manifestement, vous ignorez bien des choses. C'est votre droit, mais c'est navrant. Je vous préfère quand vous vous faites plus analyste.
Boff....je me dis que je perds mon temps à vous répondre, vous êtes tellement convenu que c'en est presque rigolo .... allez, dormez sur vos certitudes, oui mille fois oui je ne lis que Médiapart :-))) que lire d'autre d'ailleurs ? à part Siné Hebdo, Politis, le Diplo, la Rili, l'Huma ...
Coin-coin ?
La bébéritude est hébétante...
Je comprends les gesticulations des avocats et les vapeurs des journalistes sur la qualification de "terrorisme", mais pour moi ça n'a pas tant d'importance que ça : de nombreuses affaires correctionnelles sont instruites en "procédure criminelle" pour faciliter le travail du juge et permettre une détention provisoire plus longue, c'est de bonne guerre. Dans l'ordonnance de clôture on requalifie et basta. Effectivement dans l'affaire Coupat on est plutôt à mon sens dans le champ des dégradations matérielles. Il faudrait des actes positifs de préparations de délits ou crimes plus sérieux pour que la procédure tienne. Pour le moment le dossier semble chalabisé, à la différence que comme il n'est pas musulman pratiquant on ne pourra pas continuer à garder Coupat en détention provisoire très longtemps.
Et si Coupat s'averrait innocent? Vous ne craignez pas la honte Ben bebber? Dans l'affaire d'Outreau, le dossier était-il chalabisé au départ ? (comme vous dites) L'intelligentia blanche? Il faut donner l'idée à Y. Sabeg... Vous vous rabougrissez de plus en plus. Le fascisme qui menace peut détruire les meilleurs coeurs....
Etant bibliothécaire, je note que 30 livres "subversifs" ont été saisis dans la petite bibliothèque de Tarnac; Je fais circuler l'info. Je constate que dans cette affaire, les livres et les idées jouent un rôle prépondérant... Bravo pour cet article (que je n'arrive pas à mettre en favori - "access denied", why ?)
Bonjour Nadine,
Vous trouverez un début de liste d'ouvrages saisis ici: http://www.liberation.fr/societe/0101563124-les-livres-de-coupat-sur-pv
  • Nouveau
  • 23/04/2009 08:26
  • Par
je suis choqué par la formulation "Julien Coupat est présenté à SON juge d’instruction". merci de méditer sur ce qui a poussé l'auteur à s'exprimer ainsi
Cher Blixi,
L'idée n'était pas, dans cette formule, de choquer quiconque. Donc, c'est bien volontiers que je «médite» sur cette expression. En fait, voyez vous, dans les affaires judiciaires, il y a parfois une forme de proximité entre les prévenus et les magistrats. Les uns disent volontiers «mon juge»; les autres «mon détenu». Idem avec les avocats. Dans «son juge», il n'y a rien d'autre — je vous l'assure — que la traduction de cette familiarité.
_
Merci pour le lien, que je fais également circuler. Ma première réaction, je l'avoue, c'est le rire. Mais ce n'est vraiment pas drôle. Il serait intéressant de connaître la liste complète de ces livres retenus comme éléments à charge. Qui est allé saisir ceux-là dans cette bibliothèque. Sur quels critères, vraisemblablement listés au préalable ?
Ce que je retiens de cet article, outre un grand sentiment de colère pour le sort fait à Julien Coupat, c'est qu'avoir cinq mille livres dont certains seraient "subversifs" (Qui en décide? Une liste est-elle publiée au JO?) est devenu un délit....Il me semblait déjà avoir compris que les universitaires et les intellectuels étaient méprisés dans ce pays mais les voilà en plus classés dangereux. Devrons-nous faire comme dans Fahrenheit 451 nous mettre chacun à apprendre un livre par coeur pour sauver la culture? On est là dans la stupidité la plus complète ou alors dans beaucoup plus grave...En attendant un homme est en prison....
L'exégèse du juge sur l' "Insurrection qui vient" est digne des grands délires des personnages de Umberto Eco dans le Pendule de Foucault.
N'oubliez pas "Bartleby" dans votre Index
Les livres subversifs par nature, par destination, ou dont le potentiel de subversivité peut se révéler à tout instant, sont innombrables. Bartleby figure en bonne place, certes, ainsi que tous les autres écrits de Herman Melville. Il faudrait faire circuler une pétition : "J'AI DES LIVRES SUBVERSIFS DANS MA BIBLIOTHEQUE. J'EN EMPRUNTE AUSSI DANS MES BIBLIOTHEQUES PREFEREES." ;-)
D'accord!
"Je préférerais ne pas"
Je suis consterné. Les bras m'en tombent. Nous sommes retournés sous l'Ancien Régime avec la pratique des lettres de cachet : "Le sceau employé n'est pas celui de la chancellerie, mais celui dit du secret ou cachet". 160 jours déjà d'enfermement totalement arbitraire = 160 jours de trop. http://www.lepost.fr/article/2009/04/23/1506805_julien-coupat-en-prison-depuis-160-jours.html
Certes, dans cette affaire, parler de terrorisme est d'un ridicule achevé, de la part de la police et de la justice !!!! Mais je me demande si ça ne va pas dans le sens de Julien Coupat, petit bonhomme prétentieux, qui se pose de ce fait en victime, quoi de mieux pour se faire valoir ? Qu'il refuse d'assumer ses idées est insupportable pour moi : pourquoi ne répond-il pas aux questions ? C'est trop facile, au prétexte que la procédure ne lui plait pas : un comble pour quelqu'un qui est "supposé" vouloir entrainer , les "autres", à subvertir la société actuelle ..... depuis Tarnac. J'ai connu des gens plus courageux .... De toutes façons, s'il n'a rien fait , qu'il le dise et réponde S'il a eu des intentions de faire, qu'il assume, sinon je le mets au niveau des zozos cagoulés qui brulent des écoles, des gymnases et attaquent les pompiers .... si possible la nuit...
Et donc, cela justifie pour vous qu'il soit au trou depuis 160 jours ? J'espère sincèrement que vous n'aurez jamais de responsabilités politiques.
  • Nouveau
  • 23/04/2009 12:02
  • Par
Simplement hallucinant... Mais ou es-ce que je vie ?
Elle est belle la justice avec Marie Blaha : juge-t-on des faits ou des attitudes déplaisantes ? Cachet ! Lettres de Cachet ! Tu porteras la Masque de Fer, mon frère...
J'ai dû mal m'exprimer....Je n'approuve absolument pas sa détention !!!! Mais je ne comprends pas son système de défense, il devrait changer d'avocat. A part ça, pourquoi parler de lettres de cachets ? Des milliers de Français ou non sont en détention provisoire depuis bien plus longtemps, en attente de leur jugement, ce dont personne ne parle !!! C'est l'application de la loi. Ou alors il faut la changer. Mais ça n'a pas l'air d'émouvoir grand monde.
La détention provisoire sans preuve de culpabilité est illégale et s'apparente à de la détention arbitraire des personnes puisqu'aucun fait reproché n'est étayé par des faits matériels mais relève de pures spéculations sur un eprésomption de culpabilité. c'est donc bien de la lettre de cachet qu'il s'agit : un simple enfermement ad nutum. "Cas de mise en détention provisoire ou de prolongation : La détention provisoire ne peut être ordonnée ou prolongée que dans les cas où la personne mise en examen : encourt une peine criminelle, se soustrait volontairement aux obligations du contrôle judiciaire, encourt une peine correctionnelle d'une durée égale ou supérieure à 3 ans d'emprisonnement. Motifs de la détention provisoire : La détention provisoire ne peut être ordonnée que si elle constitue l'unique moyen : de conserver les preuves ou indices matériels nécessaires pour la manifestation de la vérité, d'empêcher soit une pression sur les témoins ou les victimes et leur famille, soit une concertation frauduleuse entre personnes mises en examen et complices, de protéger la personne mise en examen, de garantir son maintien à la disposition de la justice, de mettre fin à l'infraction ou de prévenir son renouvellement, de mettre fin à un trouble exceptionnel ou persistant à l'ordre public provoqué par la gravité de l'infraction, les circonstances de sa commission ou de l'importance du préjudice causé".
Merci pour le suivi régulier de cette affaire inquiétante!!
Intéressant la façon dont ceux qui le "croient" coupable (Les infos, Lourdes ou Fatima ?) l'appellent avec mépris "Coupat". Cela me rappelle quand un mauvais acteur veut singer un procureur vachard. Que je sache, ce garçon n'a pas été jugé, il n'est donc juridiquement pas coupable. L'appeler Julien ou Monsieur Coupat ne rendrai pas les "croyances" moins fortes.
C'est ce que je pense depuis le début. Monsieur Julien Coupat est présumé innocent. Mais j'ose à peine le dire, car je ne suis pas sûr du tout que lui-même soit favorable à cette notion de présomption d'innocence, qui relève d'un système politique pour lequel il ne semble pas avoir une sympathie débordante (ce qui est son droit, et peut se comprendre).
Dans le cas des "inculpés de Tarnac", posséder des livres, avoir fait des études et choisi de vivre dans une petite commune corrézienne (sans même un téléphone portable, si je me rappelle bien...), avoir des idées marginales et de bonnes relations avec la population du village, tout cela été dès le départ présenté par MAM comme autant d'éléments à charge et d'indices de leur appartenance à une mouvance terroriste. Il y avait de quoi s'interroger. Par les temps qui courent, il serait sans doute plus prudent de remplacer vos livres subversifs par des romans du terroir ou les oeuvres complètes d'Anna Gavalda ;-)
  • Nouveau
  • 23/04/2009 16:58
  • Par
Ce qui me laisse le plus sceptique dans cette affaire, c'est à quel point la surveillance était étroite depuis plusieurs années. Que Julien Coupat ait été repéré par les flics à Evian en 2003 ou à Vichy il y a quelques mois est une chose, mais comment se fait-il que la police française soit au courent de ses activités en dehors du territoire ? Un exemple, lors de la garde-à-vue, le policier demande : «Avez-vous participé à une action visant à bloquer un forum à Isola San Giorgio (Italie) concernant l'organisation de l'écologie, le 15 septembre 2004?» Comment la police est-elle au courent de la participation de Coupat à une action en Italie il y a cinq ans ? Collaboration des polices européennes ? Ailleurs, il est fait mention de sa participation à des affrontements à Thessalonique (Grèce) il y a deux ans ou à Gênes en 2001. Même question ? Y a-t-il des éléments dans le dossier qui permettent de comprendre comment la police française a obtenu ces informations ? Est-ce qu'il y a un homme de la DCRI qui suivait Coupat dans ses déplacements hors de France ?
Certains flics savent tout. Même ce que vous n'avez pas fait. Suffit que certains juges le leur demandent. Sur demande du ministère. Qui a compris la demande du Prince sans rire. Bien sur, si vous êtes simplement soupçonné d'avoir détourné des millions d'euros, on en sait un peu moins. On oublie des choses. et puis on enferme pas des gens du beau monde, hein? On s'connait, pas vrai. "je te tiens, tu me tiens par la barbichette..."
Le discours sécuritaire du pouvoir n'arrive pas à masquer sa trouille sidérale.
De même que Monsieur Julien Coupat est présumé innocent, de même le pouvoir est présumé soucieux de la sécurité des citoyens et présumé résolu à défendre la société. Et les pouvoirs sont présumés sainement séparés et équilibrés. Non ?
Mais la séparation des pouvoirs est remise en cause par l'intrusion de l'Exécutif, par la justice qui doit obéir au Ministre, par l'instrumentalisation de la police à des fins privées par ce gouvernement (1500 policiers pour fliquer une ville de 35000 habitants, Chatellerault, lors de la vene du président). Nous avons bien du mérite à toujours croire en l'importance de la parole donnée, en la présomption d'innocence. Je nous en félicite, si vous le permettez.
La lutte pour la démocratie est un combat permanent. Il faut passer à la sixième république. Rejoignez le combat de Désirs d'Avenir.
Allons bon ! V'là l'Baudet qui verse carrément dans la pub pure et dure façon ACNM pour son groupuscule alternateur ultralibéral... "Approchez, approchez, mesdames z'et messieurs !" "Il est beau il est grand, il est généreux, mon désir d'avenir !" "Elle est fraîche, elle est fraîche, ma Ségo !" On est sur un journal, Melchior. Pas dans un meeting. Et il y a une charte, sur ce journal.
J'ai pas dit "Rejoignez Désirs d'Avenir", j'ai dit "Rejoignez le combat de Désirs d'Avenir". Nuance ! Qui qu'en groigne ?
Je suis d'autant plus à l'aise que, comme vous le savez, je ne vais pas voter comme eux, en juin, mais pour Europe Ecologie. Votez Europe Ecologie ! (ça, je peux ? faudrait me le dire, hein !)
Moi je sais pas pour qui vote le Baudet et ça ne m'intéresse pas. Quant au distingo entre "rejoindre" et "rejoindre le combat" la différence n'est que dans la cotisation payée ou non. Il y a bien pub. Cela dit, selon moi, on peut dire ce qu'on veut, mais il faut assumer. Et supporter les critiques.
Mais j'ai payé ma cotisation ! Enfin, celle de 2008, sur un coup de tête, un soir de fin novembre, devant le bourrage d'urnes que vous savez.
Je sais pour qui vous votez: pour le PS quoi qu'il advienne, vous nous l'avez dit. Je vous ai dit ce que j'en pensais: en faisant ainsi vous l'affaiblissez.
Moi, je préfère voter Europe Ecologie en juin, parce que s'il n'y a pas de députés écolos en nombre suffisant à Strasbourg, on n'évitera jamais la grande catastrophe finale qui se prépare, et le sort du PS sera alors le cadet de nos soucis, croyez-le bien.
Mais fermons l'apparente aise.
  • Nouveau
  • 23/04/2009 20:31
  • Par
Que c'est bon une presse de qualité!
Finalement on ne sait toujours pas grand'chose ? Pour accuser Coupat, il faut donc des jugements de valeur : grand bourgeois, jouer au dur, intellectuel en rupture de société… etc. Mais il y a quelque chose qui me chiffonne dans cette accusation de sabotage : Étant suivi, pisté et surveillé par la police depuis des mois, sinon des années, et encore le soir-même du sabotage, les voitures de police les suivent continuellement, donc : 1)- La police sait donc parfaitement si oui ou non ils ont commis un acte répréhensible ? 2)- Ils auraient bien été stupides, se voyant aussi surveillés le soir-même d'y participer ? 3)- On pourrait peut être se dire que s'il y avait autant de police le soir du sabotage, la police a mal fait son boulot, puisqu'elle n'a pas réussi à éviter le sabotage, ni à piquer les saboteurs ? Répondez à ces 3 questions avant d'accuser Coupat, ou alors accusez une police malhonnête ?
  • Nouveau
  • 23/04/2009 21:54
  • Par
Faudrait pas que ce jeune homme ait un "accident" dans sa cellule ... On ne sait jamais, il a peut-être une faiblesse cardiaque insoupçonnée ou il pourrait se cogner violemment en se révoltant ! Vous imaginez, s'il sort de prison et est innocenté ! Quelle claque pour nos fins limiers !
Julien Coupat considère que le fait que la grand'messe de je ne sais plus quoi se soit tenue à Vichy est une provocation. Je vais plus loin : c'est un acte manqué. Un aveu. Nous sommes en train de retourner sous Vichy sans l'excuse de la présence de l'occupant. La présomption d'innocence ? Vous n'y pensez pas, un anarchiste qui lit des livres subversifs ne peut pas être innocent. Il n'y a pas de preuve ? La belle affaire ! Il est anarchiste, c'est une preuve qu'il a l'intention de commettre des méfaits. On trouvera lesquels, soyez tranquille, madame Michu-peneloppe. Comment ? Marqué à la culotte par les brigades automobiles, il n'a pas pu casser du caténaire ? Mais la voilà, la preuve. Il n'a pas pu car il était pisté. DONC, s'il n'avait pas été pisté, il aurait cassé du caténaire. On est sérieux, vous savez, en matière de preuve, dans les Forces de l'Ordre. Il faut garder enfermé cet agitateur anarchiste international, par principe de précaution. Car, vous comprenez, madame Michu-peneloppe, un anarchiste qui fait des choses en Italie, en Grèce, etc. et toujours du côté des fauteurs de troubles anti Davos, anti G7, G8, G20, bref, anti ordre établi, disons le tout net, cet anarchiste est forcément coupable. De quoi ? Peu importe de quoi. Il est coupable. Comment ? Il n'y a pas eu de flagrant délit de caténairicide ? Pas de traces d'ADN? Et alors : chez lui, on a retrouvé des traces de SUB-VER-SION, madame Michu-peneloppe. Sa bibliothèque garnie de livres SUB-VER-SIFS. Et d'abord, je vous demande est-ce qu'un honnête épicier a quelques milliers de livres chez lui ? Julien Coupat est COU -PA-BLE. Il suffit de trouver de quoi et son compte et bon. Scrongneugneu ! Merci de votre collaboration, madame Michu-peneloppe.
J'acquiesce, Moël! Et des deux mains j'applaudis. Mais j'ai peur de cette sorcellerie : imaginons que Julien Coupat (donc coupable, c'est quand même pas sorcier : COUPAT ble, enfin, bon dieu!) soit libéré. Imaginons qu'il aille se promener, la nuit (la NUIT vous dis-je! Vous êtes bouché ou quoi?) du côté de... (oh non! Pas chez madame Michu, ce serait trop cruel) non, du côté de l'Elysée, plutôt... C'est qu'il serait foutu de dézinguer la bâtisse rien qu'en la regardant, le bougre! Salopiot! Salaud de jeune! Salaud d'intellectuel!
Et vous savez pas tout, Fier Perron ! Savez-vous quel livre Julien Coupat lisait avant d'être mis en lieu sûr ? Le livre le plus subversif qui soit : Harry Potter. Il y apprend tous les trucs de sorcier : comment dézinguer un caténaire à distance, comment désaccorder la guitare de Carla (qui ne s'en aperçoit pas), comment fissurer sournoisement les TS (Talonnettes Sacrée) pour que le Roi se fasse une entorse autrement plus grave que celles qu'il inflige à la démocratie. Et vous voulez qu'on relâche ce sorcier ? Au bûcher !
Je l'savais! Ce salopard a pensé à la guitare de Carlita, l'autre soir, quand elle a ... heu... chanté (?). C'est pour ça que c'était si cloche. Je propose qu'on enferme tous ces jeunes salopards! Et leur parents, qui valent pas mieux! Et leur voisins, doivent bien y être pour quelque chose, ceux-là, puisqu'ils étaient là, les fumiers! Et les voisins des voisins aussi! M'énervent, ceux-là! Et les gens des villes qu'ils ont traversé aussi, bande de fumiers, ils étaient bien là quand ils sont passé les autres, non? Et les flics qu'ils ont cotoyés, y devaient bien y être pour quelque chose, aussi. D'autant que j'en ai vu quelques uns avec des cagoules, des flics... Acré vingt-dieux de non dédiou d'bonsoêr!
C'est pour cela que les Services de Sécurité de l'Elysée ont privatisé une centaine de mètres du trottoir de la rue du Faubourg Saint-Honoré sur lequel s'ouvre le portail du Palais Présidentiel. Et puis, quand le Roi va quelque part, les gens ne peuvent plus rentrer ni sortir de chez eux. Principe de précaution oblige. Tous des anarchisses en puissance, les autochtones ! Scrongneugneu !
Ah là là J'abandonne ! Vous tenez votre cause, et le pouvoir son terroriste. Je m'en vais relire Victor Hugo, va.
Puisse t il vous inspirer ....
Je vous retourne le compliment, Armelle. Ils finiront bien par le relâcher, faute de preuves, et ce sera tant mieux pour ce brave garçon.
Bonne idée, Victor Hugo, madame Michu-peneloppe. Vous y serez en pays de connaissance. Esmeralda elle aussi était coupable. De sorcellerie. C'est du moins ce qu'ont dit ceux qui l'ont brûlée. PS - Quelle cause nous tenons d'après vous ? Aucune. Sinon celle de la simple Justice, sans préjugés, sans théorie faite à l'avance qui a besoin qu'on triture les faits pour qu'elle paraîsse valide. Sans lettre de cachet. Sans flicage systématique. C'est vrai, on la tient, notre cause. C'est tout bêtement celle de la démocratie.
Je ne pense pas que la démocratie ait grand chose à voir, ni avec les idées de Julien Coupat, ni avec les méthodes de ses accusateurs, ni avec les dénis qui s'expriment si généreusement ici. Allez, bonsoir.
"généreusement" : voilà un mot que j'aime et que n'aurait pas renié le grand Hugo que vous devez avoir rejoint. Au fait, vous pensez qu'il aurait eu votre petitesse de vue, le cher Totor ?
Je n'ai jamais prétendu ce que vous me faites dire, madame Michu-peneloppe. Quand on est incapable de réfuter l'argumentation d'autrui, on fait dire autre chose à autrui et c'est ça que l'on réfute. Classique, hélas. C'est justement parce cette affaire Coupat nous éloigne de la démocratie que l'on s'y intéresse. Bonne lecture de Victor-Hugo, madame Michu-peneloppe.
La démocratie a tout à voir avec la façon dont VOUS concevez la justice... Allez, bonjour.
@Pénéloppe. Quel dénis ? Pouvez-vous préciser s'il vous plaît ? Pénéloppe, il me semble que vous nous avez habitué à des commentaires plus étayés. J'aimerais comprendre plus précisément les raisons de votre point de vue, mais pour le moment cela me semble difficile, car je ne lis et entend que le point mais pas la vue. Merci.
VOUS ETES BIEN FRANCAIS TOUS, VOUS LES COMMENTATEURS DE CET ARTICLE / Vantards, mais couards, tous à faire le beau, l'intello de service, y compris l'auteur de l'article, mais pas un je dis bien pas un cherchez-vous, n'a émis de se joindre ou de créer un comité de soutien à Coupat, de le soutenir en se dénonçant aussi comme anarcho-autonomes car souvent garé avec sa voiture auprès de lignes ferroviaires ! Pas un ! QUE VIENNE LA COULEUR DU KEPI ET VOUS VOUS RÉFUGIEREZ DERRIERE VOS MISERABLES ALIBIS ! CIAO !
Faut pas parler si vite, mon gars, sans savoir! Il y a un bout de temps que cela a été fait. Peut-être même avant que TOI tu réagisses, grand gueulard. T'es pas français?
A Christian BR: ainsi vous vous êtes dénoncé comme "anarcho-autonome".... Or Coupat et ses amis affirment que cette mouvance "anarcho-autonome" est une invention policière. Donc vous avez rejoint un truc inventé par les flics. C'est du courage? Non. C'est en tout cas sympa d'aider les flics dans leur fichage. Quant au groupe de Tarnac, logiquement il ne saurait vous considérer comme un des leurs. Pas facile d'être logique, n'est-ce pas? Et la logique est utile en politique, à moins qu'on ne se limite à grimacer en voyant un képi;
Christian BR... BR... De quelle Brigade Répressive est-il, ce fort en gueule qui n'a pas l'air d'aimer les Français qui expriment leur désaccord avec ces méthodes de basse police ?
Je trouve qu'on est en train (dirai-je en TGV ?) de s'installer ici dans une certaine confusion. Je crois profondément que "Monsieur Julien Coupat", épicier, honorablement connu dans son village, est présumé innocent, et doit être traité comme tel.
Je le soutiens comme présumé innocent, et au nom de la démocratie dite "libérale pluraliste", pas pour autre chose, hein. Surtout s'il n'y a pas autre chose, soyons logique.
Les "anarcho-autonomes", si anarcho-autonomes il y a, mènent leur combat comme ils l'entendent, chacun son truc. Je n'ai pas l'intention de les soutenir les yeux fermés, ni de me laisser dicter par eux le contenu de mon éventuel soutien.
Je partage votre avis, avec beaucoup d'autre il me semble. Simplement, la lecture de la présomption d'innocence que fait peneloppe me semble fort dangereuse et induit, de fait, une étrange vision de la démocratie.
C'est exactement ça, cher Labul. Et si vous repassiez au bleu ?
Bel article. Je dirai même belle Rafale cher Davduff! Car tu ne manques ni de munitions ni de précision. Je suis complètement admiratif du courage de Julien Coupat, face à des conditions de détention dont la communauté internationale disait récemment que ce traitement - notamment l'impossibilité ne serait-ce que d'une pleine nuit de sommeil!- s'apparente à de la torture. Et depuis novembre... c'est épouvantable. Avec sa droiture sa culture et son acuité intellectuelle, Julien Coupat devient encore plus, si possible, suspect aux yeux de ses geoliers bas de plafond qui ne rèvent, à l'instar du pseudo intellectuel Fragnoli, que de briser cet homme . Il faut dire que les flicards anti-terroristes sont bien mal préparés à affronter quelqu'un qui pense et ne parle pas, eux qui se sont formés en corse.
Hum hum ! Voulez-vous dire que les détenus Corses parlent mais ne pensent pas ?
Le juge: «Comment expliquez-vous que le lieu où vous avez été localisé, dans la nuit du 7 au 8, ait été précisément l'endroit où une action visant à bloquer le trafic TGV a été commise?» – Coupat: « J'aurais une prescience? Je n'en sais pas plus qu'un autre... » Plus tard, à propos d’un élément annexe, Julien Coupat lâche: «Malgré mes talents avérés de voyance, je n'ai pas de solution à cette énigme.»
Humour, humour... tu nous fait bien du mal, heu... (je n'ai pas de notes de misique sur mon clavier. C'est dommage) C'est de l'humour, que fait Julien Coupat, chére peneloppe. De l'humour.
Et donc ? Dois-je vous rappeler qu'ici nous n'en sommes pas au procès ? Ce qui est dit dans le cadre de l'accusation de terrorisme, le moindre fait, même le plus banal, sera à charge. Il est évident que dans ce cadre Kafkaïen ou l'intention compte avant les faits, et selon la logique cohérente de Julien Coupat, il ironise sur la question du juge. Ce que vous oubliez de mentionner c'est la réponse plus loin à cette question relancée par le juge (p.4 de l'article) et que reprend la version de sa compagne interrogée séparément (le monde du 25/03/09). Ce qui est étrange c'est la surveillance dont il est l'objet et ce depuis 2005 si je ne me trompe pas, et comme par hasard, ce que soulève Julien Coupat avec la même ironie éclairante, la magnifique construction intellectuelle du juge sur le rapport des dates des faits et leur référence à des événements révolutionnaires passés, suivant, je le souligne, une lecture particulière du calendrier. Oui, il y a de quoi ironiser...
Dans cette affaire, c'est la procédure qui a de quoi questionner, et cette procédure rendant tout élément suspect a priori, on ne peut s'en remettre au jugement, au-delà même du principe de présomption d'innocence.
Et les faits pour lesquels il est accusé ? Vous vous rappelez des faits ? Il y aurait à voir du performatif dans cette installation bien plus qu'un acte terroriste non ? Qu'en pensez-vous ?
Non, mais j'ai bien compris, comme vous, que c'était de l'humour de la part de J. Coupat : un humour qui lui coûte cher, mais bon, c'est son choix. Mais dans ce cas, je m'étonne que vous ne considériez pas que le // de dates entre le calendrier grégorien et julien, n'en soit pas, de la part du juge ? Pourquoi pas, après tout ? Comment est-ce possible que des gens aussi intelligents que vous l'êtes, ne preniez pas un peu de recul dans cette affaire ? Dans quel but ? Quoiqu'il en soit, nous ne pouvons pas grand chose, à part s'étriper. J'ai mon opinion, vous avez la vôtre, et tant pis si je me fais traiter de Mme Michu, je trouve ça plutôt drôle. Cet article est passionnant, et si je suis en désaccord total avec les fouilles humiliantes qu'a subi J. Coupat, j'espère que ce n'est plus le cas, je peux que comprendre que le juge ne souhaite pas le relâcher trop vite. D'autant que leurs échanges semblent assouvir une certaine soif de confrontation entre ces deux là, de l'aveu même de J. Coupat. Un vrai roman. Ce que je ne comprends pas non plus, c'est la pâmoison que ses propos suscitent chez ses supporteurs. Pour ma part, je les trouve limpides : ce type veut en découdre. Pourquoi ? Pour des raisons personnelles, voilà mon avis. Il est vrai qu'il a une personnalité intéressante. A vrai dire, tout cela m'inspire une certaine compassion, à son égard, et mon premier commentaire concluait "misère !". De là à utiliser cette affaire à des fins politiciennes, ou d'expressions de frustrations par rapport au gouvernement actuel, non, et non. Trop facile, et inintéressant, voire ridicule, ou même scandaleux (comme comparer cette détention avec Guantanamo : ça va bien dans votre tête, là ?).
Puisque la tonalité se renforce, ajoutée aux intentions prêtées, je m'en arrête là.
Juste une précision, Pénéloppe, avant de m'en aller : et puis même ?!…
Vous fatiguez pas, Stéphane. peneloppe n'en démordra pas. Coupat est coupable, cela crève les yeux. Il est trop intelligent pour un vulgaire épicier. Et puis passer près du lieu d'un délit, c'est pas une preuve, ça ? Exemple : Je suis physicien. Je passe près d'un endroit ou il y a une explosion. Je suis donc l'auteur de l'explosion. Je n'aimerais pas que peneloppe soit policière, procureuse ou juge d'instruction tant qu'il y en a. Et si elle l'est, bonjour la présomption d'innocence ! Faut pas s'étonner que les prisons soient surpeuplées... PS - Eeeeh, cognez pas, m'sieur l'commissaire ! Le coup de l'explosion, c'était une blague. Dati en fait bien des blagues : quand elle sait pas répondre, elle rigole. Aïe ! Non, pas de coup de bottin ! Aïe ! Mais puisque j'vous dis... Aïe ! Non, pas le bottin ! puisque que j'vous dis que j'fais la bombe qu'autour d'un table. Comment? Aïe ! Raison d'plus pour que j'me mette à table ? Avec des marrons au menu ? Aïe !
Oui Joël, soyez certain que je prends soin de moi ! Merci ;-)
On dirait que vous en avez d'l'expérience question interrogatoire vous, hein ? Vous ne seriez pas un peu d'le coup par hasard ? mmm ? ... avec votre ami Pierre là, ça n'm'étonnerait pas !
J'avoue, Stéphane. Je suis comme Bert, dans "Marie-Poppins", capable de plonger physiquement dans le polar que je suis en train de lire. C'est pas triste ! Mais, en matière d'interrogatoire, il paraît que la réalité dépasse la fiction... PS - Un conseil, Julien, pendant qu'on t'interroge : surveille dans tous les cas tes nerfs...
Un tout petit élément de réponse: les fouilles à nu systématiques, c'est à dire à peu près cinq ou six fois lors d'un transfert prison/ tribunal, deux fois pour un parloir, aléatoirement lors des fouilles de cellule impromptues, continuent toujours... et plus important encore, si elles sont encore renforcées sur les détenus classés DPS (détenus particulièrement surveillés), les basques, les corses, les présumés islamistes, les présumés arachno-autonomes, elles existent de la même manière pour tous les prisonniers et toutes les prisonnières en France. "Fouille à nu", en langage carcéral, veut dire mise à nu, inspection de l'intérieur de la bouche, sous la langue, de l'entre-jambe ("soulève tes testicules!", "écarte les jambes"), ainsi que de l'anus ("tourne toi, accroupis toi et tousse fort trois fois", au mieux...). Et aussi, la détention préventive est très courante en France et presque toujours abusive ou en tout cas très peu étayée (imaginez dans le cas d'affaires moins médiatisées!). Je suis d'accord qu'il est dommageable d'utiliser cette affaire à des fins politicienne, mais par contre l'utiliser pour décortiquer, dénoncer et combattre la collusion patente entre les trois pouvoir "présumés séparés", c'est à dire au fond l'inanité des principes généraux du droit français, qui n'échappe plus qu'à la frange sans cesse plus étroite des gens qui "n'ont rien a se reprocher" (notamment parce que leur situation sociale et/ou leur conformisme le leur permet), est une question de salut public. Les considérations proprettes sur la "démocratie pluraliste" et "l'état de droit" feraient bien, il me semble d'aller s'aérer de temps en temps dans une salle d'audience correctionnelle pour regarder passer les comparutions immédiates (dont le refus vous mène presque systématiquement en détention provisoire...). Ce n'est pas tant contre Sarkozy qu'il faut s'insurger, je suis bien d'accord, qui n'a peut-être que le tort ou le mérite de faire découvrir à un plus grand nombre de gens la condition qui est faite à la plèbe (de quelque classe qu'elle vienne) depuis toujours, mais bien contre ce qui fait la réalité du maintien de l'ordre depuis toujours avec quelques variations de style et de tact: la brutalité et l'arrogance policière, les gardes à vue musclées, la détention préventive, les instructions à charge, les procès expéditifs, la prison éteignoir et insalubre, les humiliations dispensées par les matons, bref le monstre froid judiciaire français (qui n'a pas grand chose à envier à des contrées "moins démocratiques", tout cela sans même aborder ce qu'il y a de spécifique aux législations d'exception anti-terroristes ou autres). Ah oui, pour finir, aujourd'hui, une amie membre du comité de soutien de Paris, c'est faite arrêter au volant de sa voiture, dans Belleville, lors d'une opération coup de poing de la SDAT arme au poing (pour eux) puis menottes aux poignets (pour elle)... elle est à cette heure en garde à vue "anti-terroriste" pour avoir, je cite: "gravité autour de la ferme de Tarnac" et s'être avérée proche de certains des mis en examen de Tarnac. Je m'excuse pour ces considérations d'un "anarchiste mal dégrossi", mais je m'efforce chaque jour de ne pas devenir trop subtil... Bonne nuit. Benjamin
Bonjour Benjamin, le rapport d'Amnesty est éloquent, et depuis longtemps, sur les conditions de détention en France. Si cela peut vous faire plaisir, je vous raconte une petite anecdote. J'ai rencontré le w end dernier une jeune femme, toute la famille a voté S., famille hyper bourge, pour situer, en gros. Par parenthèse, elle est dégoûtée du personnage, enfin, toujours est-il que son jeune frère se passionne pour J. Coupat, le soutient, et en 'bassine' sa famille. Il est devenu un héros pour l'ensemble de la jeunesse, semble t-il donc.
@ Benjamin épicier : Bien d'accord, si toutes ces affaires un peu médiatisées pouvaient au moins, et enfin, éclairer sur le "comportement" de la justice ordinaire... La rubrique "Coup de Barre" du Cnard Enchaîné est hélas parlante sur ce point. Audiences en flagrantes insuffisances. Quant à la "justice" dite anti-terroriste... L'exemple que vous donnez montre une nouvelle fois la disproportion entre les suspicions et les moyens que cette "justice" d'exception emploie, et on peut au moins se demander, pourquoi cette violence-là?
  • Nouveau
  • 24/04/2009 11:42
  • Par
Peu après l'explosion de l'usine AZF à Toulouse (21 septembre 2001), un groupe secret a revendiqué toute une série de sabotages matériels très bien conçus et pensés, contre la SNCF. Jamais pris, resté mystérieux et impuni. Puis le temps de la Guerre d'Iraq est arrivé, et alors que le consensus national se faisait pour soutenir les positions de Chirac et Villepin à l'ONU, ce groupe secret "AZF", que la police n'avait jamais pu épingler, a communiqué qu'il arrêtait d'attaquer la SNCF, par souci de ne pas ajouter à la confusion à propos du nouveau phénomène de chasse aux terroristes généré par l'Amérique de Bush.
Je ne me souviens plus exactement si le "groupe AZF" avait annoncé sa "dissolution" pendant la guerre d'Iraq ou après, mais le principe lui, était bien celui-là.
C'est tout. Juste une remarque comme ça en passant.
La présomption d'innocence avant tout, bien entendu, et le respect de la loi, par tous même les flics, Coupat ou un autre, bien entendu aussi, n'empêche, moi si j'étais flic, je ferais le rapprochement avec ce fameux "groupe AZF", même si c'était pour ensuite conclure à une fausse intuition.
  • Nouveau
  • 24/04/2009 12:07
  • Par
Quelques réflexions en vrac... Je constate, avec plaisir, qu'il n'y a jamais eu autant de participation, ici, sur un fil concernant Julien Coupat. En France, jusqu'à preuve du contraire, on est toujours en démocratie[sic, very sick] ; donc il y a la présomption d'innocence. Ne pas répondre des accusations, en l'état gratuites puisqu'il n'y a pas de preuves, est faire montre de courage, surtout quand on constate que le peu qu'a dit Julien Coupat, même sous la forme ironique, est retourné contre lui... même ici ! aussi quand on connait (ou qu'on s'informe sur) les conditions de détention en France. Les raisons du mutisme de la plupart des organisations politiques vient probablement de l'autocensure qu'elles s'imposent quand une affaire est en cours de jugement. Après 161 jours (si le compte est bon) d'incarcération, ce silence est assourdissant. Julien Coupat vient d'un milieu aisé, ce qui lui retirerait de la crédibilité ; la belle affaire ! Si ce n'était pas le cas, les autres accusés du 11 novembre auraient-ils été libérés ? Des explications, des informations, des actions et une pétition sur le site https://www.soutien11novembre.org/... Combien de personnes dans la même situation, en France, attendent d'être jugées ?
Notons bien que la présomption d'innocence vaut aussi pour le trader de la Société Générale, ou pour le prof de Droit accusé de crime parfait, et même pour Douch !
Notons aussi que Kerviel est sorti de prison et que le prof de droit a comparu libre. Coupat, en revanche, est toujours embastillé.
Oui, et c'est cela qu'il faut dénoncer. Cependant sa libération de la détention provisoire ne signifierait pas son innocence, nous sommes bien d'accord ? Seulement la reconnaissance de la présomption.
C'est ça que je dénonce, oui, c'est cela, Baudet. OK aussi sur la reconnaissance de la présomption et rien que cela. Ne pas faire subir la préventive ne signifie pas innocenter. Coupat coupable ou innocent, je n'en sais rien. Madame Michu-peneloppe qui n'a pas plus d'éléments que vous et moi, Madame Michu-pénéloppe, elle, elle SAIT : Coupat est coupable. Mais je dénonce la faiblesse des arguments de l'accusation, appuyés par ladite madame Michu pénéloppe, en substance : ce curieux épicier est intelligent, joue au Robin des Bois, nargue le juge d'instruction, lit beaucoup de livres forcément subversifs puisque c'est lui qui les lit (et qui figurent aussi dans la bibliothèque de gens comme il faut, et alors, ils ne sont pas subversifs), et baguenaudait du côté de caténaires étroitement surveillé par une armada d'argousins motorisés. Fiction orwellienne : je suis physicien "nucléaire". Il y a un attentat à la source radioactive déposée dans la guitare de Carla. Je bosse au "Canard", journal satirico subversif, et je suis musico, capable de distinguer une guitare d'une flûte à champagne. C'est clair : je suis coupable. Julien Coupat semble surtout un théoricien. C'est à l'accusation de prouver qu'il est une graine de brigadiste rouge tendance bande à Baader. Et en attendant, il n'y a aucune raison de l'enfermer, c'est antidémocratique, et cette lettre de cachet donne des arguments au théoricien qu'est Coupat.
Pour l'instant, il n'a pas été condamné, et ne le sera probablement pas, sauf s'il "craque" et qu'il se met "à table", ce qu'il n'a visiblement pas l'intention de faire. Il y a un gros rapport de forces en jeu, car, je le maintiens, J. Coupat n'est pas un enfant de choeur. Il montre un certain courage, peut-être. Mais peut-être pas. Impossible de le savoir, à cette heure. Ce qui est sûr, c'est qu'il n'est pas étranger à ces sabotages, et qu'il le nie. Soyons heureux qu'il ne soit pas torturé, et remémorons nous des pratiques pas si lointaines, je pense à l'Algérie. Et ne demandons pas à J. Coupat de donner satisfaction à quelques fanatiques en quête de héros. Ce qui me mettrait très en colère !
Je m'interroge : d'où tenez-vous que il n'est pas étranger à ces sabotages ? un scoop que vous nous cacheriez ? Quant aux fanatiques en quêtes de héros, peut-être ne s'agit-il que d'un Héraut, car il est un des rares à être défendu dans le cadre de la politique/justice d'exception anti-terroriste, ce qui lui laisse une [petite] possibilité d'être entendu, indirectement d'ailleurs...
D'un autre côté, ce ne serait pas la première fois qu'un héros serait fabriqué par les "masses" sur des bases douteuses voire paradoxales. C'est même une sorte de règle générale des héros, si j'ai bien suivi par exemple l'histoire personnelle de Che Guevara ou, dans un autre domaine, celle du Commandant Cousteau, héros de la vulgarisation de l'écologie qui aura tant fait pour la sensibilisation des masses? "La fin justifie les moyens"? L'égo et l'idolâtrie font la base du héros?
Dites, ça va durer longtemps, ce petit jeu, avec cette question, qui revient tous les 4 ou 5 commentaires, à laquelle j'ai déjà répondu ? Et dont je n'ai pas inventé la réponse ? Si vous continuez à soutenir que la présence de J. Coupat, qu'il reconnaît, la nuit des sabotages, à proximité de lignes TGV sur laquelle ont eu lieu ces sabotages, est le pur fruit du hasard d'une ballade en amoureux, que voulez vous que je vous réponde à nouveau ? Rien, mais ce que je peux faire, c'est faire un copier coller à chaque fois ? C'est une farce ? Oui, hélas, d'irresponsables imbéciles, et j'en aurai terminé avec ma participation sur ce fil : ça suffit comme ça !
Holà, quelle envolée, comparer Julien Coupat au Ché... tout de même ;o) L'opacité de cette affaire induit des prises de position, semble-t-il, politiques. Cela est renforcé par l'impression que le reproche principal qui est fait aux inculpés du 11 novembre est leur mode de vie, lié à une position politique dérangeante car pas "normale". Il me semble aussi percevoir chez beaucoup de français, au contact avec une presse poujadiste, des réflexions du genre "il n'y a pas de fumée sans feu !" ; autrement dit médisez, médisez, il en restera toujours quelques chose ! Sa culpabilité me semble assez improbable étant donné la surveillance dont il se savait l'objet... à ne pas négliger (svp). On verra bien... mais que fait la police ?
@peneloppe Merci pour les insultes ; ça fait bien avancer le débat... dommage ! Si la question revient, c'est que vous n'avez avancé aucun argument étayant votre réquisitoire à charge. Et si tout simplement la police attendait une occasion de faire accuser ce groupe ? qu'en pensez- vous (je suis poli ; je n'ai pas dit "quand pensez-vous") ? ne serait-ce que pour justifier tous ces mois de surveillance...
Ceux qui ont participé à ces sabotages sont des irresponsables imbéciles. Qui insultent les citoyens. Oui. "Si la question revient ... Aucun argument" : ah, bon, sans blague ? Et vous, que pensez vous de cette présence fortuite ? Oui, je sais que c'est fortuit. Je vous laisse entre vous, qui avez compris que c'est fortuit, et que la police est méchante, forcément méchante, et que Coupat est gentil, forcément gentil. Et si brillant et intelligent, et en plus, il ne vit pas comme tout le monde, et c'est pour ça que la police l'embête ! Comme c'est passionnant ! Un peu répétitif, mais cela ne semble pas vous gêner, bien au contraire. Continuez comme ça, si vous ne craignez pas de vous abrutir. Mais je peux critiquer, eh oui, cette attitude. C'est comme ça.
L'"affaire Julien Coupat" est symptomatique de cette justice en trompe-l'oeil qui est en train de se banaliser : on est coupable si on prête son téléphone portable à des étrangers en situation irrégulière - assimilé à un passeur... On valorise le statut de victime, quitte à fausser l'objectivité de la justice. On songe à interdire le port de la cagoule - et pourquoi pas de la capuche, et du bonnet péruvien, et du parapluie, et du bandana - dans les manifs. Bref, dormez en paix sur vos deux oreilles, braves gens, l'Etat vous protège, y compris contre les cellules invisibles et leurs chefs, ces fils à papa qui ne veulent pas utiliser leurs portables et qui collectionnent, au lieu de Marc Lévy, les livres subversifs ! Quand, dans un interrogatoire, les questions sont orientées (la construction des coïncidences de dates, digne du meilleur Agatha Christie !), biaisées et que - de toute façon - elles se retourneront contre vous, se taire est plutôt un acte de dignité, une simple forme de protestation. Et pas d'ego surdimensionné. De ce côté-là, on connaît un certain nombre de bavards impénitents. Je crois aussi que ce qui exaspère certains, c'est l'humour de Julien Coupat, un humour qui a résisté à des mois de prison, alors qu'on aurait sans doute aimé le voir craquer...
Nous sommes tous d'accord pour dire que Monsieur Julien Coupat est présumé innocent et que la place d'un présumé innocent n'est pas en détention provisoire, sauf exception dûment justifiée.
Il appartient donc à ses défenseurs d'utiliser tous moyens de droit pour obtenir sa libération en attendant non-lieu ou procès.
Ils peuvent s'aider du soutien de l'opinion publique (qui serait certes plus facile à mobiliser amplement si l'intéressé consentait à proclamer hautement qu'il se désolidarise absolument des saboteurs - ou, au contraire, que sans y avoir participé il approuve le sabotage).
Dans l'un et l'autre cas il aurait droit à mon estime. Mais cette façon de ne pas clairement se prononcer est malsaine. Heureusement, l'estime d'un partisan de la démocratie dite " libérale pluraliste", il n'en a que faire.
Il y a la dénonciation du montage policier de MAM. C'est sur les comités de soutien; c'est sur Mediapart, Libération, Le Monde, Charlie Hebdo, Politis, etc... Puis il y a ici et là, sur des blogs, des interventions pour trouver judicieux de saboter un caténaire, comme si ces caténaires ne se brisaient pas tout seuls spontanément. Et là, c'est autre chose. C'est bête et infra-politique, c'est du moins mon avis. Mais ce n'est toujours pas du terrorisme. Puis Coupat dit ne pas avoir écrit "l'insurrection qui vient", mais ses admirateurs (sur des blogs encore) semblent l'approuver pour la haute tenue de cet ouvrage qu'ils lui attribuent.... Ouvrage qui me semble d'un idéalisme échevelé et plus poétique que politique, considérant le capitalisme déjà mort, ce qui montre un caractère enjoué et joueur. Mais ce livre n'est pas un grand livre politique, si je puis me permettre. Et certainement pas un livre "terroriste". Toujours pas de terrorisme en vue, donc. Libérez Coupat. Que les flics, leur chef, leur Ministre s'excusent. Voire la princesse du Poitou, ça égaierait. Peut-être Coupat parlera-t-il plus précisément de politique lorsqu'il sera libre. Parler avec des policiers et des juges n'éveille pas la conscience critique. C'est en liberté que nous pouvons juger de nos désaccords.
La seule question qui vaille, si l'on se préoccupe un tant soit peu du respect des libertés individuelles et si l'on est à même d'éprouver un peu d'empathie à l'endroit d'un jeune homme dont l'espace vital est réduit depuis plusieurs mois à quelques m² est qu'est-ce qui justifie aujourd'hui la détention provisoire imposée à Julien Coupat ? Au fur et à mesure que la baudruche de Tarnac se dégonfle cette longue privation de liberté, et les mesures d'exception qui l'accompagnent, servent elles à autre chose qu'à masquer l'embarras des enquêteurs et des politiques qui ont cherché à instrumentaliser cette affaire ? Et, au final, le pouvoir n'a t'il pas contribué, à force de cynisme et/ou de maladresse, à offrir à Julien Coupat et à ses idées révolutionnaires (l'insurrection qui vient me paraît très inspirée de la Technique du coup d'Etat de Malaparte) une notoriété que des tirages jusque là confidentiels ne lui auraient jamais permis d'espérer ?
Vous avez raison sauf pour ce qui est de "masquer l'indigence de l'enquête". Ce que je crois, moi, c'est que la publicité faite à Coupat et à ce texte "L'Insurrection qui Vient", c'est une provocation calculée (c'est-à-dire savamment laissée venir toute seule, tant on sait qu'un complot par contre serait vite déjoué), qui servira dans le cadre de la réélection de $arkozy comme "président de crise".
Comme Bush, ce genre de personnage a besoin d'une crise pour espérer exister comme il veut, car sinon il est ridicule et rejeté. Pour Bush, ce fut la guerre d'Iraq: "Je suis un wartime-president". Pour $arko, ce sera(it), "je suis le président de la crise sociale": Son calcul: qu'il reste assez de millions de gens pour s'effrayer des manifs, casseurs et autres "anarchistes" qui ne seront jamais assez nombreux pour vraiment retourner la situation du pays, mais ouvriront les portes de toutes les répressions et tous les abus sécuritaires.
Et dans cet esprit, avec Melchior-Griset-Labûche ou Peneloppe par exemple, je crois que Coupat joue le jeu de $arkozy: il joue le pire car il jouit du rôle de "héros révolutionnaire".
Elucubrations de ma part? Et bien je l'espère...
je ne vois pas bien ce qu'il peut y avoir de jouissif à jouer le rôle de "héros révolutionnaire"...en dehors des dites périodes révolutionnaires cela vous conduit immanquablement dans un cul-de-basse-fosse! Retirés à Tarnac, je ne pense pas que Julien Coupat et ses acolytes rêvaient de voir un jour leurs noms figurer en bonne place dans les récits martyrologiques de l'ultra-gauche... Que le pouvoir en place ait besoin de croquemitaines pour justifier ses multiples dérives autoritaires, là en revanche cela me paraît indubitable. Mais on sait ce qu'il advient parfois à force de manipuler d'un peu trop près des explosifs...
je ne vois pas bien ce qu'il peut y avoir de jouissif à jouer le rôle de "héros révolutionnaire"...en dehors des dites périodes révolutionnaires cela vous conduit immanquablement dans un cul-de-basse-fosse! Retirés à Tarnac, je ne pense pas que Julien Coupat et ses acolytes rêvaient de voir un jour leurs noms figurer en bonne place dans les récits martyrologiques de l'ultra-gauche... Que le pouvoir en place ait besoin de croquemitaines pour justifier ses multiples dérives autoritaires, là en revanche cela me paraît indubitable. Mais on sait ce qu'il advient parfois à force de manipuler d'un peu trop près des explosifs...
Si tant est que Juju soit coupable de ce dont on l'accuse, et ce pourquoi il est actuellement seulement présumé innocent, dans quelle mesure la société Française actuelle pourrait elle être en partie responsable de l'apparation de ce type de phénomène ?? S'en exonèrera-t-elle ?? ou saura-t-elle le reconnaître pour une fois ?? Par ailleurs, est-ce que d'autres Juju apparaîtront de plus en plus dans ce type de société radicalisée et divisée ?? (on se souvient d'ailleurs que le premier insulteur pécheur - mais que de son métier - du président était déjà un Julien, petit salut à lui au passage). @ +NEO-
Qu'est-ce que Julien Dray vient faire là-dedans ? De quoi est-il accusé ? On l'a mis en cabane, lui aussi ? On ne me dit rien, à moi !
mmddrr de mmddrr !!! non Melchior je ne parlais pas du ventripotent collectionneur d'onéreuses montres Suisses et amateurs de poker menteur qu'est Julien Dray, mais d'un marin pécheur dont le prénom est également Julien, alias "Juju" sur toutes les vidéos Youtube et Délitmotion et qui fut le premier homme à insulter publiquement notre président lors d'un de ses déplacements à son port de pêche. Vous ne vous souvenez donc pas il en bafouillait le Tartarin, tout entouré de ses nombreux Body Gards. @ +NEO-
Et il est en prison ? Et on ne demande pas sa libération ?
Et il est en prison ? Et on ne demande pas sa libération ?
Et il est en prison ? Et on ne demande pas sa libération ?
Et il est en prison ? Et on ne demande pas sa libération ?
Et il est en prison ? Et on ne demande pas sa libération ?
Ben tu peux le faire toi-même, Baudet ! Et sans bégayer. Allez, tous en choeur : Li-bé-rez JU-LIEN ! Li-bé-rez JU-LIEN ! Li-bé-rez JU-LIEN ! Li-bé-rez JU-LIEN ! Li-bé-rez JU-LIEN ! Li-bé-rez JU-LIEN ! Sans le nom de famille, comme ça on fait d'une pierre deux coups. PS - Sauf erreur, le Julien dont parle Melchior n'est pas en préventive, il purge une peine. Inique, certes, mais il a été jugé, lui. Pas Coupat. C'est toute la différence. PS - La compagne de Coupat encoure les mêmes peines comme complice. Elle, on l'a libérée. Alors pourquoi pas Coupat ?
à Axel J.
Je ne pense nullement que Courpat "joue le jeu de Sarkozy". Que Sarkozy l'utilise, c'est un autre problème. Ils ne sont pas du tout dans la connivence.
Il n'en reste pas moins vrai que si la gauche de la gauche est orientée un quart de tour "à gauche" de la gauche, la gauche de la gauche de la gauche un quart de tour "à gauche" de la précédente, et la gauche Courpat encore un quart de tour "à gauche" de la dernière susdite, alors la gauche Courpat se retrouve sur les positions de... eh oui. Trois quarts de tour à gauche équivalent à... exactement. Je ne vous le fais pas dire.
Cher Melchior, c'est clair comme du Dati...à vous donner le tourni. :-)
Vous avez manifestement le tournis, cher monsieur, à force de trouver insupportable qu'on puisse avoir des opinions plus radicales que vos molles pensées. On l'a compris depuis longtemps, à votre gauche ce n'est qu'enfer ou néant. Magnifique intolérance.
“Je ne pense nullement que Coupat joue le jeu de Sarkozy”
Pas volontairement, bien sûr que non. Mais c'est ce genre de personne qui fait un coupable idéal car au lieu de clamer son innocence, il "fait le malin". Beaucoup plus facile pour douter de lui, pour tenter de monter tout le système contre lui, ou tout au moins pour instaurer des standards de plus en plus sécuritaires et répressifs, que si on devait organiser un complot où Coupat serait complice: ça, en effet ça ne tiendrait pas la moindre enquête journalistique un peu sérieuse.
Si Coupat est innocent, qu'il le dise, puisque tout le monde est déjà acquis au volet "il n'a rien à faire au trou sans preuves". Maintenant, si Coupat fait le malin pour sauver sa santé mentale car il croit être très piégé façon roman d'espionnage, là son sort est en effet terrible...
A qui c'est que vous causez, vous, d'abord ? à Jacques T ou à moi ? Il n'y a personne à ma gauche, je ne le permettrais pas. Quant à vos opinions radicales-socialistes, vous pouvez vous les garder. Votre apostrophe est incongrue et saugrenue ! (NB. Si votre reproche s'adresse à Jacques T, alors je vous approuve vivement de cette appréciation si juste que vous portez avec tant d'à-propos).
  • Nouveau
  • 24/04/2009 18:33
  • Par
Les flics qui pistaient Julien Coupat et sa compagne Yildune Lévy ont tout simplement été aussi maladroits que les gendarmes chargés par le préfet Bonnet d'incendier la paillotte "Chez Francis" en Corse. Qui se trouvait dans les environs la nuit du sabotage du caténaire : ces fameux pandores et le jeune couple, celui-ci pisté et espionné par ceux-là. Troublante, non, l'absence totale de preuve matérielle ? Et bizarre que seule Peneloppe s'en réclame ! Où était-elle cette nuit-là ? Je me sens des ailes de Sherlock Holmes...!
C'est vrai, ça, epsilon ! Ce ne serait pas la première fois que des flics jouent les provos. Pisté comme il l'était, on voit mal comment Coupat aurait pu matériellement perpétrer son forfait. En revanche, les pandores n'étaient pas pistés par Coupat. Ils ont donc pu matériellement faire le coup. Cela s'est vu, des flics qui planquent de la drogue dans les bagages d'un type qu'ils veulent mettre à l'ombre... Les anarchistes même théoriciens filent la parano aux argousins. Alors quand ils en tiennent un, ils ne le lâchent plus. Même s'ils n'ont aucune charge matérielle contre lui. Mais pénéloppe sait qu'il est coupable. Alors tout va bien dans la meilleure des démocraties. Cela dit si peneloppe se présente à une quelconque élection, je déconseille formellement de voter pour cette personne aux certitudes tellement cimentées au corps et à la conception si particulière de la justice objective et sereine.
Hypothèse "Epsilon" intéressante. Continuons alors dans le polar-fiction. (1). Quoi de mieux que de choisir un endroit où le héros pressenti par l'équipe de com de NotPrésid (1) est effectivement passé? Ensuite je combinerais bien avec l'hypothèse d'Axel sur le héros. Héros involontaire dans ce cas. Mais qui n'aurait pas été choisi au hasard par le casting... Reste le problème d el'absence de preuves matérielles. A quoi l'imputer, alors ?
(1) Toute ressemblance avec des histoires ou des personnages existants est entièrement imputable à une enfance placée sous le signe du Canard Enchaîné, décrivantforce barbouzeries gaulliennes et diverse, jamais élucidées par notre """justice""".
Fantie, vous avez des lectures subversives, le mercredi ! Attention à madame Michu !
On s'amuse, on s'amuse, et pendant ce temps-là un malheureux innocent croupit en prison. Vous n'avez pas honte ?
Je suis persuadé que Julien Coupat appréciera mieux notre humour, mâtiné ouvertement de notre réel soutien, que vos haussements d'épaules vertueux.
Qui vous dit que mes z'haussements d'épaules sont vertueux ? Et vous croyez que Julien Coupat, tout à son combat de tous les instants pour l'épicerie révolutionnaire (car derrière les barreaux, il reste un épicier révolutionnaire), a le temps de lire Mediapart ?
Fais pas semblant, Baudet ! Personne n'a dit qu'il était innocent. On dit qu'on n'en sait rien, et qu'en l'absence de chefs d'accusation sérieux et factuels, sa détention est un déni de démocratie.
Attention, Guignabaudet, votre épicier vous lit! Et votre mépris récurrent pour les épiciers pourrait vous valoir une note épicée, pour votre prochaine fournée de foin. A propos, toujours en bagnole?
Moi je dis qu'il est présumé innocent. Et je m'en tiens là. Par ailleurs si c'est une victime (de l'arbitraire sarkomamien) il faut savoir qu'il n'y a pas de victimes innocentes, comme on dit chez les terroristes.
Où avez vous pris que je méprise les épiciers ? Surtout les épiciers révolutionnaires, il n'y en a pas tellement. Toujours en carriole à âne, quandil le faut. Le TGV n'est pas trop sûr, m'a-t-on dit.
Sont-ce les rêves au luçionaires, alors, que vous mépriseriez? J'ai cru voir quelque part sur ce fil à fil que vous hoquetiez bas.
Que de découvertes sur ce fil ! D'abord celle qui est si sûre de la culpabilité de Julien Coupat qu'on se demande bien si elle n'était pas elle-même dans le coup. Puis celui qui avoue connaître la formule des bombes. Enfin le baudet qui en sait tant sur le terrorisme que c'en est louche. . Eh ! Joel Martin ! notre cartomancien ! vous ne verriez pas une escouade de pandores s'apprêter à vous mettre tous au panier ?
Je vois... Je vois peneloppe qui m'a piqué ma boule de cristal (sa boule n'était pas formelle, contrepet) et qui maintenant l'a bricolée pour qu'elle lui dise que Coupat est coupable, alors qu'à moi, elle (pas peneloppe, ma boule) me disait qu'elle n'en savait rien (ma boule ET peneloppe). Je vois le Baudet qui défend du bout des lèvres ou plutôt du clavier la présomption d'innocence, mais qui confond le cas d'un Julien Coupat retenu sans charges en préventive et celui d'un autre Julien en prison parce qu'il purge une peine (inique). Il faut peu de délits pour allonger la peine (contrepet). Je vois un pouvoir aux abois faire feu de tout bois pour agiter le spectre de l'Anarchie. Je vois une escouade de pandores veiller en permanence sur tout ce qui s'écrit sur le Net et en particulier ici. Médiapartistes mes soeurs, les pandores scrutent votre cas sans le moindre humour. Médiapartistes mes frères, notre cas aussi est bien vilain. PS - Bon, ça nous fait quatre contrepets. Moël Jartin
Oui, quelquefois Melchior fait comme l'Histoire, il bégaie (ou le site le fait bégayer). Quand je bégaie, ça égaie. Bon, quand est-ce qu'on réclame que notre épicier soit rendu à l'épicerie libre et non faussée ? Le premier mai ? Avec en parallèle le slogan: "Deux ans, ça suffit, retire-toi, Sarko !"
Houla, houla, houla! (hop!) Attention avec les contreprouts, Moël et Chardon! Tu vas la hérisser! (La boule, pas la poule). Quant au pouvoir, il est aux abois, certes, mais le car à vannes passe, pendant que la caravane lasse (l'UMPiste). Et nos flics de France ne sont pas tous dénués d'humour (j'en vois un qui rigole) Mon tonton en fut, flic, et pas toujours en fût. Alors? Combien de contre-rots, frérot? Amitiés au Princenrire... Nicolas, si tu nous lit ... (Placer là un geste à la Michel Drucker, un dimanche soir)
Alors là, le Baudet se mord la queue (quelle souplesse !) Admirez la pirouette rhétorique : "il faut savoir qu'il n'y a pas de victimes innocentes, comme on dit chez les terroristes." Traduit de la langue asinienne de bois : "Les terroristes affirment qu'il n'y a pas de victimes innocents. Or Julien Coupat est victime de l'arbitraire, donc, d'après les terroristes eux-mêmes, il n'est pas innocent, donc il est coupable". Mais alors... S'il est coupable, il n'est pas une victime de l'arbitraire. Or puisqu'une victime ne peut être innocente, si Coupat n'est pas une victime (forcément non innocente puisqu'il n'y a pas de victimes innocentes), c'est qu'il est innocent. Donc s'il est coupable, c'est qu'il et innocent. Le Baudet semble modérément virtuose de la logique binaire... A moins qu'il ne reprenne à son compte les thèses terroristes, ce qui rendrait de la cohérence à son aphorisme, mais risquerait de le rendre à son tour la proie de l'arbitraire. Je ne pense pas que ce soit son désir d'avenir...
http://www.rtl.fr/fiche/4070075/des-elements-compromettent-les-tarnac-dans-les-sabotages-de-la-sncf.html
Vous êtes trop drôle, peneloppe! Je suis allé voir le site au bout du lien... RTL! Les mêmes qui ont fait le coup du pseudo-caillassage du bus UMP... La station de radio d'Elkabbach, le copain de Nicolas... Et qui, dites nous tout, a fait parler l'ordinateur? Hmm? Qui?
Je suis tombée là-dessus : il y a également un petit "sonore" de l'avocat Bourdon de la jeune fille. C'est juste un lien, je n'ai aucun commentaire à faire. Je commence à me passionner pour cette affaire, mais je n'irais pas jusqu'à lire Tiqqun, ni l'Insurrection qui vient. Peut-être cette "trouvaille" est-elle montée, c'est possible. Me Bourdon ne semble pas mettre son existence en doute, mais peut-être ne peut-il se permettre de le faire, tout en en pensant pas moins, je ne sais pas ...
Rien de plus que nous ne savions déjà avec votre info vieille d'un mois, à savoir la confusion entre des écrits et des actes. A ce train-là, nos prisons devraient regorger d'écrivains et d'artistes en tous genres. Sans preuve de quelque acte terroriste que ce soit, le pouvoir judiciaire devrait s'en tenir uniquement à la mise en cause du "Comité invisible" pour ses seuls écrits, si délit avéré, devant une cour de justice ordinaire et non d'exception. . Vos opinions me font froid dans le dos.
Je ne connaissais pas cette 'vieille info', qui ne figure pas dans l'article. "Vos opinions me font froid dans le dos". Et les vôtres donc ! J'en frissonne d'horreur !
Chère Peneloppe,
l'info en question figure bien, d'une certaine façon, dans l'article. Le lien "les avocats passent à l'offensive" et dans le corps de mon article et dans le "lire aussi" y renvoient...
Bien à vous
http://www.mediapart.fr/journal/france/030409/tarnac-la-defense-passe-a-l-offensive
Excusez moi, cher David. J'ai lu hier soir un article du Monde contenant les mêmes extraits d'interrogatoire, et indique que, si le disque dur de la jeune amie de J. Coupat contenait des explications de fabrication d'explosifs, la procédure tombait dans le registre anti-terrorisme. N'ai pas encore retrouvé le lien vers l'article.
Cela prouve quoi, de la doc sur des explosifs ? Les détails techniques du projet Manhattan (fabrication des premières bombes A) sont disponibles sur la Toile. Tout le monde peut en prendre connaissance. Nous sommes donc tous des anarchistes autonomes qui voulons faire sauter la planète.
"mais je n'irais pas jusqu'à lire Tiqqun, ni l'Insurrection qui vient." C'est un tort à mon avis. Car c'est bien dans ces chemins de traverses aux allures de situations poétiques qu'on peut à mon avis saisir un minimum la posture de Julien Coupat.
Je précise une chose pénnéloppe, au-delà de la prise de position, ce qui m'intéresse c'est de comprendre, et dans ce cas, sans jugement a priori.
tout à fait d'accord , la doc sur les explosifs ne prouve rien : par exemple , j'ai un certain nombre de livres de cuisine , hé bien je peux vous assurer que je n'en ai JAMAIS réalisé une seule recette !
Bonjour stéphane, j'ai tort de ne pas lire ce livre, vous avez raison. Quoiqu'il en soit, J. Coupat nie l'avoir écrit, donc, si vous le lisez, cela n'aura peut-être rien à voir avec l'affaire Tarnac', il faut le savoir. http://www.lemonde.fr/societe/article/2009/03/25/ce-que-contient-le-dossier-d-instruction-de-l-affaire-tarnac_1172333_3224.html
Excellent, Christine !
Ce serait encore meilleur si Christine nous mitonnait une bombe glacée !
Rappelez-vous que je vous ai proposé auparavant (plus haut) de lire les écrits de/autour de Julien Coupat. À l'époque de Tiqqun, déjà le propos était d'écrire en collectif sans prétention à une quelconque propriété d'auteur. Là encore (je prends mes précautions maintenant), que l'on soit d'accord ou pas d'accord avec le principe, qu'on le trouve ridicule ou non, le fait existe et fait sens. Il y aurait là aussi une logique au dénis dont vous parlez et dont j'avais pris connaissance. Ce que je vous propose en fait c'est de sortir un moment des faits véhiculés par la procédure judiciaire clownesque et l'emballement médiatique, pour regarder directement ce qui circule comme pensée et production textuelle de/autour de Julien Coupat. Je pense qu'on peut y trouver un sens et une cohérence à sa posture actuelle, car c'est cette dernière qui vous interroge avant tout si j'ai bien compris, non ?
Cordialement.
Bon, qu'est-ce qu'on fait pour Coupat et tous les autres prisonniers politiques injustement détenus, aujourd'hui ?
On les inscrit d'office à "Désirs d'Avenir".
mmddrr de mmddrr !!! C'est la meilleure celle là, Bravo Joel !!! @ +NEO-
Et on demande poliment à Ségoléne de s'excuser publiquement au nom de tous les français?
@ Joel Martin Cette officine étant ce qu'elle est, c'est devenu une plaisanterie courante de s'en réclamer dans mon entourage et Julien Coupat, non dépourvu d'humour apprécierait certainement votre proposition. Vous êtes un génie de la prémonition.
Joël est un peu sorcier. Il est capable de faire virer un feu du rouge au vert rien qu'en le regardant... Mais, chut! Ne le dites pas à madame Michu, elle serait capable de le dénoncer... "Si, si, je vous le dis, il est coupable! Il était là, à côté du feu rouge!"
Vous croyez pas si bien dire, Fier Perron. Elle aurait raison, madame Michu ! Car si je fonce vers un feu rouge à 290.000 km/s, le feu me paraîtra vert par effet Doppler. Mais les flics sont honnêtes et pas bêtes. Ils m'exonèreraient de la prune pour franchissement de feu rouge, mais m'en colleraient une autre autrement salée pour excès de vitesse. Que madame Michu, témoin, confirmerait.
Madame Michu (paix à son âme) témoin que rien du tout, oui. A moins que ça passe sur RTL.
Bon, je ne peux pas prendre le TGV, et maintenant y a des fous qui foncent sur la route presque à la vitesse de la lumière. La vie devient difficile, en carriole à âne.
Surtout si tu croises madame Michu au volant d'un panier à salade plein d'anarcho-autonomes qui voulaient juste prendre le train...
Je signale aussi un autre cas d'injustice judiciaire et étatique, un peu plus loin , en Inde : une vie est en jeu, celle du docteur Binayak Sen. Echéance, demain. http://www.mediapart.fr/club/blog/pascale-lemoigne/220409/le-docteur-binayak-sen-craint-pour-sa-vie Un peu équivalent à l'affaire Salman Rushdie, finalement. Une variante, pour se débarasser d'un opposant . Dans un pays soi-disant démocratique, on peut aussi faire mourir légalement un défenseur des libertés.
Mais que font tous ces grands defenseurs des libertés? les Lang,les BHL? les PS les PC les NPA même pas là ... Alors quoi? trois poids six mesures ? c'est totalement inadmissible de regarder passer cette atteinte aux droits fondamentaux sans réagir, ni à fortiori appeler à réagir.. Il y va juste bêtement de la défense d'un minimum démocratique! Ah j'oubliais ce cher Bayrou en chevalier blanc, qu'attend-t-il donc? Que Julien Coupat se transforme en Soeur Sourire?
Mais que font tous ces grands defenseurs des libertés? les Lang,les BHL? les PS les PC les NPA même pas là ... Alors quoi? trois poids six mesures ? c'est totalement inadmissible de regarder passer cette atteinte aux droits fondamentaux sans réagir, ni à fortiori appeler à réagir.. Il y va juste bêtement de la défense d'un minimum démocratique! Ah j'oubliais ce cher Bayrou en chevalier blanc, qu'attend-t-il donc? Que Julien Coupat se transforme en Soeur Sourire?
-----------------------------
Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale