En Seine-Saint-Denis, les JO partent à la conquête de l’Est

Par

Un foyer de travailleurs isolés, une résidence sociale étudiante et une école de kiné doivent être démolis. Une école de Saint-Denis va subir les impacts d’un échangeur autoroutier. Le paysage urbain va être bouleversé en vue des JO. Mais pour l'instant, peu de monde s'en soucie.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), au 82, rue Saint-Denis, sur un parterre de gazon, se dressent des immeubles rose et blanc. Ils abritent depuis 1982 des chambres collectives et individuelles louées par des travailleur·e·s étranger·e·s venus travailler en France sans leur famille. Jusqu’à trois cents personnes peuvent y résider. Certain·e·s y vivent depuis trente-sept ans, selon un habitant.