Loi «climat»: les pauvres et la planète attendront

Par

Trois semaines de débats à l’Assemblée autour du projet de loi « climat » ont abouti à un texte très loin d’être à la hauteur de l’urgence climatique. Alors que nous entrons dans la décennie fatidique pour limiter le réchauffement planétaire, le gouvernement porte, en actant cette loi, une lourde responsabilité historique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Un champ de ruines. Telle est l’impression que donne la loi « climat » après les trois semaines de débat en séance publique qui se sont clôturées samedi dernier. La réjouissante expérience de démocratie délibérative que fut la Convention citoyenne pour le climat semble aujourd’hui bien lointaine tant ses propositions ont été annihilées, réduites voire dévoyées.