Ghanim Al-Saad, le Qatari qui fait tache sur la photo

Par

Ghanem ben Saad al-Saad, puissant patron débarqué en 2012 du fonds souverain Qatari Diar, est cité par la justice française dans l'affaire Qatar-Veolia et en Suisse dans le scandale de la Fifa. Il était pourtant l'un des invités de marque d'un colloque organisé en janvier à Paris, en présence de François Hollande, Laurent Fabius et Jack Lang.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il y a des hasards qui transforment les événements en symboles. Le 7 janvier 2015, l’attentat contre Charlie Hebdo endeuillait la France et bouleversait le monde. Coïncidence : une semaine plus tard, l’Institut du monde arabe (IMA), présidé par Jack Lang, hébergeait un colloque prévu de longue date, intitulé « Renouveaux du monde arabe » et placé « sous le haut patronage » de François Hollande. Une tribune idéale pour le président de la République, qui y voit l’occasion de délivrer un message fort devant soixante-dix patrons, politiques, intellectuels et acteurs de la société civile venus de tout le monde arabe. « Les musulmans […] sont les premières victimes du fanatisme », lance-t-il à la tribune le 15 janvier, lors de la cérémonie d’ouverture, flanqué du ministre des affaires étrangères, Laurent Fabius.