La France insoumise, un mouvement prophète

Par
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

Si FI était passé aux présidentiels, on aurait a faire une nouvelle constitution, c'est ce qui se rapproche le plus.

Si, si, si. Mais, mais, mais.

ce n'est ni l'un ni l'autre, c'est la conjonction des deux pour le grand soir vous repasserez quand 50% des gens s'entassent en vacances et 98%mangent à leur faim.Nous avons la S.S., la retraite,les 35 h des contrats de travail obtenu par nos ainés.La gauche doit prendre une autre forme.Il faut donc inventer et les insoumis ont ouvert le chemin et je reste socialiste

Cédric est un agneau Jean-Luc un loup

quatre siècles plus tard l'autorité de La Fontaine n'a pas pris une ride Ô miroir patient du temps tu es plus brillant que torse en nage

En voilà une qui a quitté le NPA pour la FI. Normal : elle a une tête et elle réfléchit !

Cuba c'est d'abord le triomphe du nationalisme hispanique version cubaine, sur le nationalisme Etat-Unien. Castro était d'abord un aspirant autocrate nationaliste. Franco l'admirait.

L'Espagne franquiste fut visité trois fois par le Che Guevara (le pape de l'internationale des idiots utiles) 

Raison pour laquelle ce nationaliste anti-hispanique nommé Trump, reviens sur l'ouverture faite par Obama.  

Mao aussi était d'abord un nationaliste.

comme Staline.
Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

Cuba, Nicaragua, Grenade, on a vu le résultat.

Quand JLM retroussera ses manches pour aller traire les vaches, j'y verrai un exemple, mais pas avant.

Je serais moins restrictif sur les exemples de révolution sociale en Amérique : vous en recensez trois, mais je prétends que vous omettez la plus créative et l'une des plus durables, qui reste la révolution zapatiste au Chiapas, dont Le Monde diplomatique célèbre à juste titre les 40 ans ce mois-ci... François Cusset y témoigne du succès de ce modèle, qui se propose de changer le monde sans prendre le pouvoir, à l'instar de ce qui s'élabore sur les ZAD... Conforme aux principes énoncés il y plus de 50 ans par les Situationnistes (et au Chiapas fort compatible avec les traditions indiennes), ce projet est toujours assez largement relayé en Europe, par des écrits tels ceux du Comité invisible, dont les lecteurs de Mediapart ne sont pas toujours friands, compte-tenu de leur addiction à l'idée même de pouvoir, fût-il insoumis... mais il s'avère viscéralement lié aux plus concrètes, aux plus ambitieuses et aux plus exaltantes expériences modernes, très loin de toutes les tambouilles politiciennes, même lorsqu'elles s'élaboreraient avec un petit air plus ou moins faussement dégoûté...

"puisqu’il n’était pas même à la hauteur de celui de Mitterrand en 1981"

Peut-être bien, mais depuis 81 ? S’il faut remonter à 81 pour trouver un programme à la hauteur de l’Avenir en Commun, c’est déjà pas mal, non ?

Le mot "matheux" n'est certes pas une insulte, il n'a rien de méprisant. D'autre part, Villani est un bon mathématicien, qui a trouvé un théorème difficile et intéressant, mais ce n'est pas un génie des maths, loin de là. 

Certes "matheux" n'est pas une insulte, je suis d'accord avec vous sur ce point ...

Mais selon vous avoir été Lauréat de la Médaille Fields ne ferait pas de lui un mathématicien hors-pair sans compter les autres matheux l'ayant reçue bien-sûr ? Vous dites qu'il ne serait pas une génies des maths ... et ajoutez "loin de là" ... Convenez que ce "loin de là" a une connotation extrêmement péjorative .... Non ? 

Deux matheux, aussi bons que lui quoique moins spectaculaires, partageaient la médaille... il y a de l'hystérie chez villani, cela n'est pas une insulte au matheux...

Le problème, c'est que L'avenir en commun a marqué une régression sociale, économique et politique par rapport à L'humain d'abord et que cela s'est vu, notamment sur sa gauche (comme c'est étrange !), sans que cela n'ait d'ailleurs jamais été publiquement justifié... Il ne lui aura fallu que 5 ans de non-pouvoir pour parvenir à ce recul et vous voudriez qu'on lui fasse absolument confiance dans l'exercice du pouvoir lui-même ? Vous semblez vous satisfaire de peu...

Ha si tout le monde s'indigne qu'elle ne crie pas "Vive la France" quand on lui ordonne.

Enfin tout le monde... au moins la droite.

Commentons déjà le titre... sans mème une ponctuation  "La France insoumise, un mouvement prophète"  : Ouaf ! Ouaf !

 

Pour s'y retrouver... ajoutons une petite typologie de la "gauche française"

La "gauche simplette" ou/et gauchistisée avatar très provisoirement successfull du bon vieux gauchisme soixante-huit (très) tard, (provisoirement car pour de très obscures raisons d'ego "révolutionnaire" surdimensionné, 2 gauchistes = 2 courants, ratio inchangé depuis... 68), dégoulinante de romantisme révolutionnaire nostalgique, qui s'estime majoritairement (à quelques croupions près) très correctement représentée par... un vrai sénateur ex-socialiste, de "gauche" donc... Un révolutionnaire d'opérette... (Demandez le programme !)... mixte hautement improbable et néanmoins faisandé de Jaurès/Hugo/Zola... un mutant... finissant... Chacun son truc...

La "gauche" socialiste (?) à "sensibilité" celle sur laquelle tout a été dit... qui ne se départit jamais de son gout prononcé et de son talent certain pour le "pragmatisme" * (depuis les pleins pouvoirs à Pétain... au moins) la "caviar", celle qui fait sourire... tant elle émeut... par son inconsistance (Ah ! Flamby... Quel étendard !)

La "gauche" socialiste à "convictions-enfin-presque", dument comptabilisée, les 2 253 000 "veautants Hamon", "frondo ma non troppo", disciplinés presque malgré eux (Pragmatisme * quand tu nous tiens !), qui errent, désormais... bien seuls... et qui risquent ainsi de rater... la marche... avant de se ressaisir... Socialiste un jour...

La gauche communiste, laminée certes, mais debout, encore... Celle qui sait quoi faire et qui, pour cette raison, non sans raison donc, fait encore et toujours, peur, véritablement peur, à l'entre soi de la classe sociale dominante donc aussi aux socialistes de "gauche" et, plus curieusement, ... aux gauchistisés de la gauche simplette.

* Nouvelle entrée 2017 au Larousse : Politique / Société PRAGMATISME : Justification morale applicable à tout type de retournement de veste, en tous sens et en tous lieux (ex: Je suis un socialiste de "gauche" convaincu, mais "en marche"; je suis un républicain de "droite" mais "je marche"... car nous sommes pra-gma-ti-ques... SYN : Dégueulasse, putassier CONT : Engagement citoyen, conviction politique

 

Sauf que même les conquêtes révolutionnaires sont remises en question, tout autant que celle des urnes. Donc, un point partout.
je ne suis pas didacticien, mais mécanicien retraité.

Ah, pendant que j'y pense, pourquoi Trotsky avait-il théorisé l'idée de la révolution  permanente? Ne serait-ce pas parce qu'il avait conscience que rien ne dure, et qu'il faut sans cesse être sur le qui-vive?

Alors je me dis que tous les combats se valent, les un appuyant les autres. Les urnes en votant FI pour l'urgence des réformes à court et moyen terme.
Et les organisations révolutionnaires pour empêcher l'endormissement des élus grâce à la mobilisation populaire.

La France a plus souvent la medaille de Fields que la coupe Davis  ! 

 Illusions électorales et colère sociale : les deux mamelles du succès de Mélenchon

Visiblement, il semblerait que cela soit les deux mamelles du sucés du sieur Macron ! :-)

Mais bon, tant que l'on pourra "s'en prendre" aux insoumis, maintenant au vilain M

odem, etc ... La "vente" pourra continuer le plus tranquillement du monde ;-)

Disons surtout qu’il devrait en finir avec ce type de mépris. D’autant que l’autre avait des billes à lui opposer.

"Le problème, c'est que L'avenir en commun a marqué une régression sociale, économique et politique par rapport à L'humain d'abord"

J’ai eu le ressenti exactement contraire en lisant L'avenir en commun, notamment sur les question de la propriété des moyens de production,  du droit au travail, et des traités européens, mais je peux me tromper.

Je lirai donc votre lien avec intérêt.

Edit : pas convaincu ...

 

"Nous avons la S.S., la retraite,les 35 h des contrats de travail obtenu par nos ainés."Pas pour longtemps,camarade Macronien!

Mais enfin écoutez les 30 secondes qui précédent la vidéo qui tourne! Il l'inclue dans les braves gens potentiels! Matheux ou intellectuel n'est pas une insulte pour Mélenchon. Bompard est un matheux, "une tête" pour Mélenchon. Il admire ceux qui ont un vrai savoir et les écoute.

Ces journalistes donnent des hauts le cœur. Ils ont la suffisance des beaufs à l'heure de l'apéro

Vous avez passé sous silence 1981 et la mise en œuvre des 110 propositions, presque toutes effectives, et dont il reste aujourd’hui"hui encore des avancées malgré les coups de boutoir redoublés. Est ce volontaire votre oubli??

Et vous vous proposez quoi??

"Mao aussi était d'abord un nationaliste.

comme Staline." 

Non ! des.. "prophètes" ... foot-in-mouth

( "Nul n'est prophète en son pays ".. dit la maxime ? Si ! les apôtres du ridicule "socialisme dans un seul pays " ... cool )

 ...............................................................................................................................

p.s. ( ..Vade retro, satanas..!tongue-out )

Sur "le socialisme dans un seul pays " :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Socialisme_dans_un_seul_pays

Résultat de recherche d'images pour "La Marque jaune" 

( ..c'est mieux que le Grand PHI , non ? )

Parler contrat de travail pour quelqu'un qui n'a jamais travaillé et qui n'en a donc signé me parait assez cocasse.

JP N

Euh... Je ne suis pas sûr que Staline ait été un prophète, mais en tout cas il n'était pas un nationaliste géorgien (malgré le culte paradoxal qu'on lui voue encore à Tbilissi): le Caucase paie encore aujourd'hui en Abkhazie, en Ossétie, en Tchétchénie et dans le Haut-Karabakh le charcutage territorial auquel a procédé Staline par défiance envers les différents nationalismes locaux.

"Cuba c'est d'abord le triomphe du nationalisme hispanique version cubaine"

Faudra en parler à un certain José Marti, inspirateur de la révolution cubaine de 1959.
La proximité que vous faites entre Franco et les révolutionnaires cubains est de très mauvais goût en plus d'être mensongère... Même si ce que vous avancez est vrai (voyage du Che en Espagne...), le rapprochement avec le pouvoir franquiste que vous effectuez est quelque peu brutal. Un peu de nuance ne nuit pas.

http://blogs.elpais.com/historias/2014/06/franco-y-fidel-enemigos-cordiales.html

M comme Merde ?

Vous pensez que c'est en accord avec la Charte votre sigle, en êtes-vous certain ?

Faites attention, hein !

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

Certains d'entre-vous ont oublié, semble-t-il, que Moralès, en Bolivie, a réussi, sans effusion de sang, à prendre le pouvoir par les urnes, en s'appuyant sur les exploités (essentiellement les cocaleros) et en instaurant un véritable système d'éducation populaire.

Alors, oui, gagner, pour le peuple, le pouvoir par les urnes, c'est faisable et même souhaitable.

Dans le contexte actuel, nous serons pieds et poings liés par un système autoritaire qui ne dit pas son nom, par un Etat d'urgence permanent et élargi, par les lois antisociales qui vont s'empiler durant les prochains mois, par les discours nauséabonds de la quasi totalité des médias tuant dans l’œuf tout espoir (TINA !!!)... Bref, l'unique solution pour sortir par le haut, c'était "L'avenir en commun"... et c'est bien pour cela que les oligarques, les nantis qui pilotent tout ont organisé sa ridiculisation et tout fait pour diaboliser à la fois son leader et ceux qui adhéraient à ses idées... tout en faisant de la Marine, un personnage tout à fait fréquentable ! 

Mais, rassurez-vous, certaines graines ont été semées, qui ne demandent qu'à éclore et à pousser. Le pouvoir des idées est en marche et ceux qui sont conscientisés appartiennent à une élite instruite à laquelle l'actuel système ne laisse aucun espoir de vivre correctement. En pareil cas, il est tout à fait envisageable que ce soient ceux-là qui prennent le relais, dans la tradition des Lumières... Vivons et espérons ! Croyons en nos idées et en ce qu'elles portent comme forces dynamiques et "prophétiques" comme le titre l'auteur de cet article.

Accord tacite avec le FN? Vous venez de prouver l'existence de l'infini. Mais je vous laisse deviner de quoi...
Le prix Nobel d'économie n'existe pas. C'est une usurpation. Il y a un prix de la banque de Suède qui se fait passer pour un Nobel. Il s'agit de faire croire aux naïfs que l'économie est une science là où elle se contente de dire des conneries ou de produire de la doctrine.
Cuba et bien d'autres pays que vous citez ne sont pas exemplaires car les USA ont constamment pipé les dés. Cela n'aurait jamais été parfait ou satisfaisant. Mais, pour Cuba un embargo depuis des décennies, pour l'Amérique latine des putshs Made in CIA, ne permettent pas une analyse non faussée de la situation...

Meuh non !

M comme Mélenchon.. pour les siècles des siècles ! 

(.. c'est quand-même plus entraînant que le "Phi" bleu Sainte-Vierge ! )

Ce n'est pas exactement une usurpation. C'est effectivement le prix de la Banque de Suède, mais il est géré par la fondation Nobel, et attribué en suivant les règles des prix Nobel. Il a été créé en mémoire d'Alfred Nobel, et est surnommé "prix Nobel d'économie".

On peut effectivement considérer qu'il vise à faire croire que l'économie est une science dure. Il est d'ailleurs décerné par l'Académie royale des sciences de Suède, comme les prix de physique et de chimie.

Il n'existe pas de prix Nobel d’économie, c'est seulement un prix d’économie remis par l’académie des nobels ce qui n'est pas la même chose, quand à l’économie; ce n'est pas de la science c'est de l'idéologie.

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

"-la Sécu ou le statut des fonctionnaires sont aussi le résultat d’un rapport de force, la bourgeoisie cédant beaucoup pour faciliter la tâche assignée au PCF par Staline de ne pas mettre en cause le régime capitaliste."

C'est pas un peu délirant tout çà!!!

Il me semble qu'en 1789 la bourgeoisie a arraché le pouvoir à l'aristocratie. Elle a même eu besoin de passer par l'Empire de Napoléon 1er pour le consolider. La Restauration n'a pu ramener l'État monarchique à sa situation antérieure. L'opération a été tentée sous Charles X, elle a échoué et avec Louis-Philippe la monarchie est devenue de fait une monarchie constitutionnelle après les journées de juillet 1830.

RMC- BFM est une émission populiste et "les Grandes Gueules" ne s'en cachent pas en choisissant un titre éminemment populiste.

L'intention des animateurs est de faire de l'audimat dans une chaîne de "Publicité Continue" , et l'ambiance de café entre deux vins y est pour beaucoup, on ne laisse pas l'intervenant mener son propos jusqu'au bout, on l'interrompt tout le temps, on pratique les attaques personnelles sans droit de réponse, et le brouhaha est permanent, sans respect des auditeurs, et sans respect de soi-même.

Ce n'est pas du Journalisme, c'est du militantisme conformiste de la Pensée Unique "mainstream", je me sens sali et humilié par de tels comportements, dans mon idée, Journaliste c'était le respect de l'Information, le respect des gens, une déontologie.

VIVE l' INFORMATION, ce n'est pas là qu'on risque de la trouver.

 

Il y un truc un peu ancien qui s'appelle la dialectique qui peut encore être utile dans les raisonnements et en l'occurrence dans les relations entre luttes institutionnelles et luttes populaires revendicatives. Bien sur ce n'est pas le programme du front Populaire qui a permis ces avancées qui ont été conquises mais la lutte sociale sur le terrain mais c'est la victoire électorale qui a été le déclencheur des luttes sociales qui  ont permis ces conquêtes

 

Tout à fait!

effort difficile et jamais achevé (l'hisqoire ne connaît pas de stop)

indécrottable JMB!

L'histoire fourmille d'expériences "uniques" c'est à dire qui ne s'étaient jamais produites auparavant et ce fut l'une des raisons de leur succès! jean marc B, cessez de croire que l'histoire ne fait que se répéter inmanquablement et admettez, ne serait-ce qu'une fois, que l'on ne peut toujours tout prédire, savoir, maitriser, car c'est hélas souvent avec de tels préceptes que leurs dirigeants ont conduit la classe ouvrière et la paysannerie à sa perte! vous comparez et confondez et mélangez tout car cela arrange votre pseudo démonstration entre  des situations qui ne sont pas comparables et des intérêts capitalistes différents en terme d'urgence et de ressources ayant une incidence sur l'économie mondiale, les conquêtes sociales en France, l'avènement du fascisme en Espagne ( Franco écrase certes le peuple, mais  avec et entre autres l'aide des armes founies par l'URSS, le "père du communisme" et le soutien des pays fascistes ou concilliant , le Chili, grève des camionneurs organisée par la CIA)

Jean marc B, ne cherchez pas plus loin les raisons de l'insuccès de votre parti le NPA, vos analyses sont désuètes, surranées, orientées, sectaires . ouvrez les yeux car vous me semblez êtres un individu sincère et il est dommage de persister dans une voie qui ne mène nul part sauf le peuple à son anéantissement par la réaction quand des leaders "révolutionnaires" seront comme toujours bien à l'abri , par exemple en Suisse, comme toujours....

je lui vois un plus grand avenir qu'à Jean Pierre Noualsmile

et revoilà les " descamisados"... du nouveau de chez nouveau.. comme votre pseudo..

Certes mais cela s'est beaucoup accéléré les dernières semaines au vu de sa monté dans les sondages il a commencer à faire peur aux anti-démocrates ( FHAINE LR PS MODEM)

"..le cordon sanitaire des Insoumis avec le PS dont je ne veux plus entendre parler."

!!!

Elle veut plus en entendre parler du PS, la brave dame, Na..!  Alors... laughing

( elle préfère entendre des voix, sans doute.. comme l'autre, Jeanne, la prophétesse préférée de "l'autre prophète", apparu miraculeusement lui aussi dans cette campagne, le Divin Emmanuel... )

 

les urnes ne sont que cendres. Comment y mettre le feu ?

au beurre noir ! en collant des marrons au pouvoir !

je propose de rebaptiser les abstentionnistes les absents stationnaires, comme ils ne peuvent être renvoyés à une idéologie, par exemple l'individualisme, et encore moins à un mouvement ou un parti

sujet de bac social

les rapports sociaux d'exploitation des masses et d'oppression des peuples étant donnés, comme éternels, autrement dit zigzaguant dans le vide politique, de manière éclectique, au son du grand dzim boum boum, et se combinant pour créer des objets compatibles avec le vieux rêve du pays réel qui vient d'accéder à la légalité républicaine à partir de laquelle il espère développer un Nouvelle Action Française

définir la position du Mis-Sous-Nerf

en déterminer les valeurs A/R d'attraction et de répulsion

et anticiper au mieux les lieux spatio-temporels de la liquidation du vieux-monde

Puisse t-on être délivrés des 2 allumés Mélenchon et Ruffin !

Jean-Luuuuuuuuuuuc © x Jean-Luuuuuuuuuuuc © x

"Mis-sous-Un"

Excellente trouvaille.

C'est de vous ?  

Merci pour ce moment laughing

Allez prenez votre mal en patience, ils sont là pour 5 ans et c'est EXTRA

Quant à vous!Vous êtes complètement éteint...

Amusant !

@ Annick Valibouze

Idem.

Comme vous : Point 1 & Point 2.

La F.I c'est ce qui était hier encore minoritaire et qui tend au majoritaire + la défense de l'Infini.

wink

photo-melenchon-souriant-macron-hurleur

Je dirais les choses autrement : Les intérêts privés ont toujours été là, ils n’ont fait que migrer de partis existants devenus obsolètes à leurs besoins vers une personne capable de réunir en une seule formation les quelques bonnes volontés toutes dévouées à leur cause des deux anciennes structures et d’aller à la victoire... Ce qui s’est effectivement passé !

Non ?

"MdP fait le minimum syndical pour plaire à son lectorat le plus bavard"

Jamais content ?

***

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

mais non c'est France-Inter !

Impossible, une analyse de ce type, déjà par le besoin d’avoir la distributions des votes, ne peut se faire qu’après coup.

L'essentiel du billet ne concerne pas vraiment la sociologie du vote LFI, (20lignes sur deux pages), laquelle était déjà largement cernée par les multiples sondages préélectoraux. Étude public sénat du 23 avril 2017  (voir aussi liens dans l'article)

Adieux sans regrets.

Vous avez donc raison, bravo !

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

Votre dernier paragraphe est d'une curiosité psychanalytique hilarante.

vous avez dit marxiste autoritaire ?

Il est de Science-Po Grenoble ? Merde alors, moi aussi. Si j'avais su j'aurais rien écrit.

Et à part ça, ça va mon Fafa ?

Votre dernier paragraphe est d'une curiosité psychanalytique hilarante.

Vous me flattez, on m'a déjà traité de connard mélenchophobe, mais je suis fier d'exciter votre curiosité à un tel niveau. Est-ce que vous aimez si je vous dit que, d'une certaine façon, Mélenchon représente pour moi le Laïos à tuer (ceci dit sans enfler des chevilles). Appollon, retiens tes flèches !

Ne me remerciez pas

Bien à vous.

acculturer : il ne s'agit pas d'un alpha privatif.

Quand je dis ne venez pas nous gaver, je ne parle pas du journaliste...

Le PC ne s'est jamais engagé à rompre les alliances municipales, ni avant ni après la création du FdG. Il n' y a de trahison que dans votre imagination et votre probable désir de toujours rendre les communistes coupables de quelque chose. En ressassant ce procès en trahison, vous sabotez l'unité d'action des communistes et de la FI, indispensable dans les luttes qui s'annoncent. Les militants de la FI avec qui j'ai eu l'occasion de discuter (avec plaisir et intérêt) pendant la période électorale ne tiennent pas votre discours insultant et ultra-sectaire.

l'exemple de l'Allemagne en effet permet de développer de façon simple et pertinente les catégories conceptuelles de looser/winner appartenant à la pensée libérale compatible avec le niveau intellectuel de ses défenseurs patentés, qui de facto ont inscrit poilus et juifs au rang des perdants de la guerre mondialisée. C'était déjà un grand pas de l'Humanité en direction de la lune. Par chance, l'exemple allemand donne à voir un cas intéressant de looser-winner. Ce pourquoi il faut substituer le - au /. Tout donc n'est pas perdu pour ceux qui perdent. Poilus et juifs peuvent espérer la résurrection. Voilà qui illustre sans aucun doute une façon de voir plus simple efficace et performante que celle du vieux romanticiste Mélenchon appelant à un nouveau complot contre les industrieux ?

Quant au reste la place de l'Allemagne en France, nul doute aussi qu'elle y soit prépondérante. A tel point qu'elle y est référente et garante des politiques compatibles avec le monde tel qu'il est va, vers l'abîme de 2008 et la catastrophe inexplicable, puisque ces politiques auraient un avenir imprévisible. Mais où l'Allemagne et sa mère Thérésa occuperaient une place de choix dans ce monde de compétition, ici poilus et juifs sont vus comme des sportifs de haut niveau, à égalité avec elle-même. C'est assez pour expliquer l’irrésistible attrait que l'Allemagne provoque auprès des politiciens français, républicains et socialistes, pour ne pas les nommer. Si, en effet, la France ne les retenait pas, eux qui rêvent de réunifier le haut et le bas, à coups de CICE et autres pactes de responsabilité seraient candidats à la députation au  Bundestag. N'en doutons pas ! Ne pensent-ils pas déjà en allemand convaincu de la supériorité de leur système ? Oui ! En Allemagne on fait comme tout le monde partout dans le monde, mais on le fait comme personne.

Mais stoppons-là, avec ce couple du tonnerre et sa Junon dominatrice ! Vous supposant germaniste, je vous propose, pour compléter votre tableau d'y porter dans une seconde colonne, à gauche ou à droite, je vous laisse le choix, la prose allemande vis-à-vis de la Grèce. Après quoi nous jugerons du nationalisme des uns et des autres.

"Le PC ne s'est jamais engagé à rompre les alliances municipales"  .

merci de votre franchise ...

Il est là l’essoufflement. Du moment où le PCF fricote avec le PS, le Fronde de gauche n’est plus la promesse qu’il se targuait d’être, ses électeurs, par petites touches, sans détournent donc.

+++++

Je ne vous permets pas de m'insulter. J'ai le droit de dire ce que je pense du PCF. Nous ne sommes pas un URSS durant l'épuration là. J'ai le droit de m'exprimer sur les agissements inacceptables des cadres du PCF pour qui semble-t-il la fin justifie les moyens.

Les électeurs ont-ils le droit de s'exprimer sans risquer le goulag ?

Je ne suis ni une militante FI, ni dans FI. J'ai voté jlm pour la première fois en 2017. Si FI est assez naïfs pour se lier avec le PCF qui ne pense qu'à ses intérêts (je parle des cadres), et après les trahisons FdG, renoulevées lors de ces législatives (voir plus bas, et PC Peu qui lâche FI à peine élu), la France va se manger des Macrons pendant longtemps.


Quand le PCF a utilisé unilatéralement à Paris le logo FdG, je ne votais pas FdG  (j'étais à Nouvelle Donne que j'ai quitté depuis). Tout en étant à ND, avec plusieurs amis, nous furent scandalisés par la trahison du PCF vis-à-vis de ses partenaires.

En 2017, c'est le pompon. Le candidat PCF de la 9 ième circ. de Paris (Paris XIII ième), M. Aqua, un collègue de mon Université, a distribué dans les Bals un trac 4 pages sur papier glacé avec 1/ le logo du FdG qui n'existe plus puisque le PCF l'a tué 2/ En parlant de Mélenchon 2/ Avec la photo de Mélenchon. Le trac FI était tout petit, un recto verso sur une demie page sur un papier modeste. Cela s'est reproduit à plusieurs endroits en France.

Je connais des électeurs qui ont été trompés et/ou déboussolés par cette communication vicieuse du PCF ; certains ne savent pas lire ; donc la photo de JLM fut décisive dans leur choix. Le PCF a nui à la fois à la FI et à des électeurs en laissant croire que Mélenchon les soutenait.


Si un collectif d'électeurs se rassemble pour porter plainte contre ces agissements visant à les tromper, je m'associerais à eux.

Merci, je suis plutôt franc, en effet Ce qui me surprend c'est que vous semblez découvrir que le Parti de gauche et le Parti communiste ont toujours eu cette divergence stratégique. Depuis la création du Front de gauche. Je parlais plus haut d'alliance municipales, sur des programmes qui protègent les populations, même un peu, et que les gens concernés souhaitent en général. Je parlais en particulier de nombreuses municipalités petites et moyennes, parfois conquises sur la droite aux élections antérieures, où la campagne électorale se joue sur l'école, la politique culturelle, l'aide sociale, les équipements sportifs le logement, les associations etc.. Je ne parle pas comme fait semblant de le croire un intervenant un peu excité plus haut "d'alliance avec le PS de Hollande et Valls" ni même de "fricoter avec le PS" comme le dit l'intervenant ci-dessous. Si on ne comprends pas ces choses là, si on ne comprends pas qu'il faut rassembler tout ce qui bouge contre la politique libérale conduite  par la droite et par Hollande et Valls, bref si on ne comprends pas ce qu'on a en face, on ne fera pas le millième de n'importe lequel de nos beaux programmes, que ce soit celui de la FI ou celui du PC. Même en gagnant une élection. Et le rassemblement se construit dans le respect des autres, ça ne se fait pas en leur criant : Tous derrière moi et disciplinés!

Allons , et dans les grandes villes aussi ? à paris ?

Discuter avec des socialistes qui certes localement font un poil attention a gérer au mieux la pénurie , mais qui "en même temps"  plébiscitent cette même pénurie en votant à 70% pour la motion pro hollande après quatre ans d'austérité et de virage à droite ? 

Quémander au ps de garder 10 municipalités et les aider à garder les 100 dont ce même ps vous a virer ces trente dernières années ?  c'est leur servir de caution locale de gauche pendant qu'ils dérivaient largement à droite au national . Les gens ont globalement bien plus perdu avec cette politique nationale que les quelques gymnases que vous croyez  avoir soutiré localement au ps ... 

et puis c'est partir perdant ,c'est partir du principe qu'on est  toujours derrière le ps , ou croire qu'on va réussir à le tirer vers la gauche .. alors que ça fait trente ans qu'on essaie de le tirer gentiment vers la gauche et qu'il part toujours un peu plus à chaque fois vers la droite  ...

 

et pour les alliances : aux régionales et aux européennes (faites par régions aussi) mélenchon via le pg à l'époque avait proposé une alliance nationale de toute la gauche , de nd jusqu'au pc en passant par eelv ... eelv et le pc ont préferé des alliances variables , et finalement illisible .

donc le rassemblement ça se construit dans le respect des autres effectivement , et donc pas en collant pendant la présidentielle des affiche "adherez au pc" ou des affiches avec dejà les candidats communistes désignés pour les legislatives alors qu'on est dans la présidentielle .

et pas non plus avec des textes pour "éclairer" le vote des adhérents après le vote de refus de la direction qui insulte largement mélenchon : Rappelons que le pc n'hésitait pas dans la même période à traiter mélenchon de "nationaliste populiste" : vous trouverez ici un texte du pc ( et ma réponse et celle d'autres) . Ce texte est  significatif de son agressivité envers mélenchon : "sa logique est radicalement opposée à ce pourquoi nous combattons." "populiste" , " nationaliste" , truquant les propos de mélenchon sur les travailleurs détachés ,  , faisant leur lenglet de base ces communistes là nous ressortent programme de mélenchon=programme de lepen , mentant bétement sur la proposition d'augmenter le smic du programme de fi , faisant preuve au passage d'un européisme et d'un mondialisme d'une naiveté confondante en taxant de "démagogie populiste"  l'idée de démondialisation  ..

et pas non plus ,  juste après avoir dit ces gentillesses ,  en demandant 50% des circo alors qu'on pèse 4 fois moins que son partenaire .

le respect , effectivement .

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

le PCF a t il ou non appelé à voter Mélenchon ? Peut être fallait-il que sur ces tracts le nom de Mélenchon n'apparaisse  pas ? Sa photo non plus ? De toutes façons ce n'est pas parce que votre matériel de campagne est plus sophistiqué que votre élection est assurée. On a vu les résultats... Prenez vous les gens pour des imbéciles, ils ont choisi en connaissance de cause. Ceci dit je vous engage à porter plainte. Mais gare au ridicule...

qu'est-ce que signifie cet orthographe de unité en unitay ?

FI reste "modeste et fragile"!? comment faire participer dans FI une partie de presque 60% abstentionnistes? En tout cas pourquoi  bcp de ceux-là n'ont pas voté FI? Je suppose que M. Mélenchon et ses dirigeants se posent la question.

existe-t-il des partis qui ne finissent pas par dériver à droite, surtout quand leurs soi-disant "amis" ou "alliés" leur donne un petit bout d'illusion de  pouvoir ?

Le PSU dans ses premières années s'est beaucoup appuyé sur la CFDT créée en 1964, Rocard en était l'emblématique dirigeant et l'on constate que la centrale syndicale a suivi le même chemin que l'homme politique, passant de l'autogestion au néo-libéralisme.

Je pense que c'est ce qui est dit quand il est fait référence à l'attitude du PC dans les années 20 en faisant un parallèle ...

à condition de penser qu'il suffit d'une déclaration ou d'un appel pour faire venir les citoyens aux urnes afin de réconcilier l'inconciliable, ça c'est de la vieille politique politicienne qu'ils rejettent

je crois que c'est la victoire finale au second tour et donc l'obtention d'un député qui est compté par fargeau ; et non pas seulement une présence symbolique au second tour .

Bonjour Avellino.

C'est exactement ça, si on parle d'Unité, c'est pour gagner et non se contenter de participer : L'adage de Pierre de Coubertin n'est guère utile si on est en mesure de gagner. Je constate juste qu'à part François Ruffin et Régis Juanico (relatif quand même), le reste n'a pas eu les résultats escomptés.

 

+1

Plus que le ou les partis contestés, c'est plutôt la manière de "servir" l'idéologie néo-libérale qui est contestée, donc cela concerne aussi bien LR que le PS, le MODEM étant simplement une force d'appoint pour arriver au pouvoir ! Quid du score de Macron au premier tour sans les voix du MODEM ?

Que fut le parcours des cadres du psu mis en exemple par l'auteur?Quand à  " l'écosocialisme "de la fi ,au delà des phrases creuses,collant à la mode ambiante,la coquille reste vide.

Les fondateurs du PSU, ont eu l'immense mérite de rompre avec la SFIO sur la question de l'Algérie. Ses militants ont participé, avec quelques orges révolutionnaires, au déclenchement et à l'animation de Mai 68. Par la suite les secteurs les plus militants ont rejoint les orgas révolutionnaires, notamment LC (qui a précédé la LCR), et mais. Le reste a dérivé par plusieurs chemins vers la politique politicienne. On sent déjà de telles prémisses dans certains groupes FI. C'est un bon signe.

Coquille vide? vous avez parcouru le programme en diagonale?

  • Nouveau
  • 22/06/2017 21:21
  • Par

Si le texte de Ravenel (et les citations qui en sont faites) sont d'un grand intérêt, je suis moins sûr que le rapprochement établi entre le PSU et la F.I soit d'une grande pertinence - sauf , peut-être, en ce qui concerne les raisons de l'échec du premier, et donc la possibilité du même destin pour la seconde. Quand Ravenel écrit : " Après la faillite de la gauche au gouvernement, toute la gauche, ..., n’était plus légitime à prétendre au changement de l’ordre existant, parce qu’elle n’avait plus la capacité théorique ni la force sociale pour le mener à bien ", sa réflexion s'applique parfaitement à la situation actuelle. Sauf qu'à l'époque, ce qui faisait essentiellement la force théorique et d'entraînement du PSU dont (pardon de la précision), j'ai été un modeste militant, c'était, d'une part la constatation lucide que les dogmes de la gauche "orthodoxe" (dans ses diverses incarnations de partis) n'avaient plus aucune prise sur la réalité du monde réel et qu'il fallait donc trouver d'autres réponses, et d'autre part la conviction que seule la voie réformiste (avec toutes ses insuffisances et ses insatisfactions) permettait de sauvegarder à la fois le progressisme social et la démocratie libérale. Rappeler cette banale "remise à plat" suffit à faire mesurer la différence de ce projet avec celui de la F.I, qui n'a d'autre nouveauté dans sa besace que le "populisme de gauche"  dont on voit partout les résultats catastrophiques, ne fait aucun effort pour comprendre pourquoi "l'imaginaire capitaliste" s'est imposé mondialement, qui enfin se gargarise de mot comme "l'éco-socialisme" sans être capable d'en définir exactement les contours et surtout d'en décrire ( et accepter ) les exigences. Alors oui, la FI est peut-être un parti prophète, mais dont la prophétie ne s'adresse actuellement quà ceux qui sont déjà convertis, et n'a aucun moyen, comme vient une nouvelle fois de le montrer les dernières séquences électorales, d'attirer à lui une majorité . Car comme l'a dit ( en substance, et il y a déjà un certain temps) Rosanvallon "on peut toujours affirmer le peuple veut ceci, le peuple pense cela, mais jamais 49 ne feront plus que 51". 

"se gargarise de mot comme "l'éco-socialisme" sans être capable d'en définir exactement les contours "et surtout d'en décrire ( et accepter les exigences)."

Très juste, et c'est un des crève-coeur. Le mot éco-socialisme a été assimilé très tard par JLM, 5 ans après la LCR..., dans son bouquin "l'Ere du peuple". Mais, pour des raisons d'opportunisme de politicien, il a exigé de le sortir de son programme "L'Avenir dans ma main", tout comme d'ailleurs le mot socialisme...Détails ici:

JLM2017: Sauver la planète sans la soustraire au capital?

JLM2017: Chut(e) sur l’écosocialisme

la "réalité du monde réel" allait-elle pour vous avec une situation confortable dans un parti dérivant à droite ?

Votre mémoire n'est pas en cause : mais en 68, le PSU ( fondé près de dix ans avant) avait déjà bien évolué et était effectivement tiraillé entre des tendances diverses, où, par exemple,  les anciens du PSA et de l'UGS n'étaient pas vraiment d'accord avec de nouveaux venus plus "radicaux". Et la "révolution autogestionnaire", c'était précisément le refus de la "révolution tout court" celle prônée à l'époque par les Mao ( spontex ou pas !) LCR et autres... Nostalgies d'anciens combattants...

ils-puent

Les premiers commentaires me donnent, pour une fois, l'envie de lire l'article !

 

Allons-y donc   ;)

+++++

smile

Si seulement ...

Je doute malheureusement. Les travaux de chercheurs sont orientés et sélectionnés pour leur unanimisme. 

Sur l'international il n'y a ni pluralité ni recul dans l'analyse.

Je fais derechef une copie de votre réponse au haineux.smile

Pareil, copie de votre réponse au haineuxlaughing

Autres mouvements en Amérique latine ? Chavez ? Maduro ?

 

"Mais il faudra que le fond ait encore plus d'importance que le ton". J'adore le "encore" !

Le fond:

https://avenirencommun.fr/

+1

C'est ça, et bien la forme n'y est pas, sauf pour la 4eme circonscription des Bouches-du-Rhone.

Quant à Chavez, si l'on parle tant de lui, au détriment d'autres tentatives "socialistes" plus recommandables en Amérique latine, c'est bien grâce à Mélenchon et entendre à nouveau Danielle Simmonet, début avril 2017 sur France Culture, expliquant doctement l'exagération négative des médias à propos de la situation au Venezuela, voilà le fond... à géométrie variable.

 

Le refus de l'euphémisation ? Très fort !

"Le ton a autant d'importance que le fond.."

En effet, le ton indique, entre autres, le genre de considération que tu accordes à ton interlocuteur. Tu lui fais la leçon, tu l'infantilises, tu pérore, tu le snobe en utilisant des mots qui ne font pas partie de ses références... ou bien tu lui accordes attention et respect en lui laissant un espace de réflexion.

Le fond peut être complètement décrédibilisé par un ton inadéquat.

Bien vu !!!

Décrédibilisé certainement pas... et le ton est proportionnel à celui reçu. quant à la "considération de l'interlocuteur",  c'est son propos qui est visé. La plupart du temps ici on ne le connaît pas. Dans la rue, dans le réel, le ton a aussi son importance... un an et demi de campagne partout apprennent aussi à manier le ton quand il faut, mais toujours avec le fond.

Je ne crois pas que le ton des salons mondains soit toujours efficace, surtout face à des calomnies répétées et usées. 

Mais JLM, Corbière, Coquerel etc se revendiquent du populisme...!

@Canotier44

Si vous ne soignez pas vos liens afin de les rendre immédiatement cliquables, ceux-ci ne servent à rien.

Pensez-y !

L' Avenir en Commun :

https://laec.fr/

@ MarthinH

Oui, c'est incroyablement fou ce silence médiatique sur le Mexique :

(Sources) - Amnesty International :

" FÉMINICIDE AU MEXIQUE / Ciudad Juárez, la ville qui tue les femmes " :

https://jeunes.amnesty.be/jeunes/nos-campagnes/les-droits-sexuels-et-reproductifs/a-voir-a-lire/thematique/article/feminicide-au-mexique

 

 

+ 620 000 !

  • Nouveau
  • 22/06/2017 21:42
  • Par

Ouais, c'est ça, prophète tendance gourou, et surtout vociférante, pour satisfaire les gens. André Chassaigne ne s'y est pas trompé.

D'un côté au PCF les "lobbystes" comme Chassaigne barons locaux, et de l'autre la stérilité politique des cadres principaux, entre les deux des militants remarquables qu'il convient de libérer.

***

C'est vrai que Mélenchon, avec 11000 voix sur 60000 inscrits, et 64% d'abstention, soit largement plus que la moyenne nationale, est déjà au pouvoir.

Chassaigne n'est qu'à la tête du groupe parlementaire PCF, ce n'est pas le problème. Ah mais oui, je comprends, il faut libérer les militants remarquables malgré eux !

Si vous le dites...  En tout cas, vos éléments de langage sont supers. Pour le reste, pas beaucoup de fond non plus. Quant aux résultats du PCF en détails, autant consulter les résultats de Macron, Le Pen, et Fillon.

Il me semble que les militants de base ont commencé à prendre des libertés, puisque ce sont eux qui ont décidé, contre l'avis de leurs dirigeants, de ne pas présenter de candidat aux présidentielles.

Productiviste, nucléariste, sécuritaire... Chassaigne peut encore s'appuyer sur son passé, mais quel avenir (à gauche*) pour des gens comme lui?

*Je parle de la gauche selon Ruffin.

Merci ! Un vrai insoumis pour faire preuve de tant d'originalité !

Le travail de Chassaigne en commission parlementaire, par exemple à l'occasion de la loi El Khomry, est resté objectivement sérieux et tenace dans sa défense d'une certaine conception du droit du travail (que beaucoup partagent ici). Son avenir personnel qui ne m'intéresse pas, contrairement à ce qui a été compris plus haut, soulève naturellement la question plus générale de celui du PCF, lequel n'est pas plus, par essence j'entends, plus productiviste ou moins favorable à l'écologie que ne l'est un récent prophète converti à cette dernière. 

le pcf a toujours eu grosso modo la même politique  concernant le nucléaire, assez caricaturé par ailleurs. On peut avoir des divergences ? C'est admis ?

Chassaigne n'est pas au pouvoir, Mélenchon non plus. Chassaigne a été élu avec 63 % des voix

Laissez les communistes décider eux mêmes de leur avenir, ils n'ont pas besoin d'une croisade pour les "libérer". Ce qu'on peut lire quand même..!!??

Donner à un mot un sens qu'il n'a pas est d'une grande malhonnêteté intellectuelle ! Il vous a sans doute échappé que les partis sociaux-démocrates créés à la fin du XIXème siècle sont aussi classés comme "mobilisateurs" ou "prophètes" ?

FI se caricature toute seule, comme une grande.

Heureusement que MARTINH est là !

G Filoche a crié Champagne en 89 pour la mort du stalinisme (confirmée  en 91) en pensant à l'avenir que cette fin ouvrait !

Aujourd'hui on peut dire aussi Champagne pour la morte du PS (sa division) et les perspectives que cela ouvre pour une gauche de gauche !

Le cycle ouvert en 81 (et même avant 81), avec le "baiser qui tue" de F Mitterrand à G Marchais,  avec un couple PS - PCF (et vert parfois) ou c'est un PS tjr plus néolibéral qui donne le ton, s'épuise et on voit monter la FI autant que les EM (ou LREM) Reste à ce que les premiers "insoumis" gagnent contre les seconds !

  • Nouveau
  • 22/06/2017 22:18
  • Par

Prophète ? Pffff... non, ringard !

 

Ringard? pourquoi?

Merci pour ce commentaire. Ces fils sont souvent pollués par des insultes qui n apportent rien.

+ 620 000 !

Bravo !

Celui ci était intéressant, au moment ou MDP c'était "haro sur le populisme", mais il m'a échappé, va savoir pourquoi?

Il y a des énormités dans ce qui est cité du livre de Ravenel : la "pureté léniniste", c'est à se taper le derrière par terre, en restant poli. Quant à l'implosion de 1989, elle n'a rien strictement rien de je ne sais quelle défaite historique du mouvement ouvrier ou apparenté (même à la LCR, on s'est senti orphelin, misère), c'est plutôt la marque de l'imprégnation du stalinisme (capitalisme d'État, monstre social-historique ayant connu plusieurs phases ou tout ce que vous voudrez) dans les têtes de gauche. Le vrai décrochage s'est opéré en Occident dix ans plus tôt, en quelques années qui ont été puissamment refoulées depuis et qui s'appellent en rafale : le Goulag sur les tables, les Khmers rouges plus vrais que leur légende et l'amusante petite guerre sino-vietnamienne, avec comme cerise sur le gâteau l'invasion soviétique de l'Afghanistan et l'ouverture de l'immense réserve de main-d'œuvre chinoise au capitalisme déjà mondialisé.

Quant à la FI, je suis fort dubitatif sur l'interclassisme proclamé. On peut le reconnaître en ce qui concerne le résultat électoral du 23 avril. Mais approuver une plate-forme (sans l'avoir lue) par un clic n'engage pas à grand chose, et la réalité politique centrale de la FI me semble constituée du bon vieux matériau de toujours, depuis des décennies : des couches instruites, intellectualisées, ne trouvant pas dans une société à nouveau bloquée à triple tour – avec notamment le bizuthage des jeunes générations dénoncé par L. Chauvel depuis des lustres, renforcée par l'exclusion de type raciste – les voies d'une quelconque reconnaissance. Macron fait le pari de déverrouiller ce système, mais il a autant de chances d'y parvenir qu'un poisson d'enfourcher un vélo. La FI pourra donc jouer quelque temps à remplacer le PS (qui, entièrement tournée vers les nouvelles couches salariées CSP + , n'a plus rien à voir, depuis des décennies, avec ce qui s'est appelé mouvement ouvrier) et le Pcf, dont les piteuses affiches visant à tromper leur monde aux dernières élections ("Avec les Insoumis", "Front de gauche" et tutti quanti) montrent qu'il restera stalinien jusqu'à son dernier souffle. Elle pourra même chercher à épauler les jacqueries qui s'annoncent. Mais jouer le "peuple" contre "le 1 %" en restant dans un moule souverainiste risque fort soit de voir  beaucoup d'énergie se dissiper dans le sable, soit de voir cette énergie faire résurgence sous une autre forme, peu souhaitable et peu souhaitée. 

"les micros partis NPA et LO font entendre la voix des travailleurs, sauf aux travailleurs qui ne les entendent pas"

Encore une chimère inspirée par le réformisme. Les militants révolutionnaires, avec des hauts et des bas, travaillent à reconstruire le projet d'émancipation et ses organisations, contre les illusions réformistes et ses serviteurs. Les travailleurs ne se soulèveront pour une révolution que dans une crise terrible - garantie assez vite - et à condition que le projet et les organisations revos soient suffisamment fortes. Patience et détermination.

J'ai juste écrit une petite analyse assez impressionniste, je ne donne aucun conseil et vous avez parfaitement le droit d'avoir bon espoir.

" Patience et détermination."

 

 

Patience surtout, depuis le temps que nous est promis le "grand soir"

J'ai apprécié. J'y ai juste trouvé une note un peu fataliste, j'ai voulu redresser un peu.

Bien à vous, Christian

@ M.Tessier

J'ai apprécié votre texte...mais j'ai tiqué à " souverainiste "...

Il faudra m'expliquer la hantise que vous avez de ce mot.

Expliquez -le d'abord si vous le voulez bien afin qu'il n'y ait aucun malentendu au delà de nos oppositions potentielles.

Merci Chistiana.

+ 620 000 !

Ne vous inquiétez pas, MDP ne va plus "hurler avec les loups de l'oligarchie": maintenant qu'ils ont contribué avec tant d'autres à la mise en place de macron, ils vont redevenir "d'opposition". Pardon: "d'opposition indépendante" !  

@ Lonesome cowboy

Vous avez des nouvelles de Barbara Romagnan ?

l'avenir radieux du menchevik Mélenchon qui croit qu'il pourra longtemps pleurer autant sur le versaillais policier blessé que le militant écolo mort alors même que la défaisance programmée de notre système de protection sociale amène à la confrontation. Il n'est pas porteur d'une prophétie mais d'une utopie réactionnaire au sens strict.

De quoi Fi tire-t-il ses racines de l'idée qu'ont peut avoir un capitalisme bourgeois conscient des ses obligations, partisan de réformes sociales et qui lave plus blanc que blanc en matière d'écologie, bref une utopie négatrice de la lutte entre les dirigeants grande industrie adossée à la finance mondialisée dont l’intérêt commun est la baisse de coûts et la hausse des bénéfice et des dividendes contre un peuple de travailleurs paupérisés et précarisés par cette politique, allons messieurs, un peu de tenu, un peu de respect, la grand-mère réactionnaire qui veut revenir au bon temps mythique des trente glorieuses devant la meute de journalistes dont le problème serait l'éducation plutôt que l'environnement de jungle dans lequel déjà nous survivons, bonjour chez vous surtout, un garde chiourme de plus.

?????

Mélenchon le Menchevique ...........................laughing

ô ben vous, on peut vous appeler Hibernatus sans problème !

Vous faites avancer le shmilblick même si vos vues ne me sont pas étrangères. Et le danger de la fascisation du mouvement révolutionnaire lui-même, vous y avez réfléchi depuis 1989 ?

Jean-Luc Mélenchon aujourd'hui à l'Assemblée nationale s'insurge devant la présence du drapeau européen : les masques tombent, celui qui , pendant les élections, jurait ses grands dieux qu'il n'avait rien contre le projet européen, mais honnissait seulement ses dysfonctionnements auxquels il entendait remédier, a laissé entendre sa rage anti-européenne et son nationalisme, qui fait de lui le digne héritier des Déat et Doriot de sombre mémoire : c'était assurément la première et dernière fois que ma voix se sera portée sur un hypocrite, ultime avatar d'une France jacobine et refermée sur elle-même qui n'a produit que ruine et appauvrissement du pays et de ses régions.

Le drapeau européen dépasse largement par sa symbolique la réalité institutionnelle de l'Union européenne : pour beaucoup d'Européens, il représente avant tout une aspiration à vivre ensemble harmonieusement, à l'inverse du monde recroquevillé symbolisé par l'attachement au drapeau national. L'Union Européenne a ces dernières années trahi l'idéal de fraternité qui fonde l'idée européenne, mais l'échec actuel de la construction européenne n'implique pas qu'il faille cracher sur l'idéal européen.

Merci pour cette précision salutaire, qui ne témoigne, une fois encore, que du comportement  déplacé de Mélenchon. Heureusement pour lui, ses coreligionnaires, lors de la visite de l'hémicycle, Danièle Obono en tête, restaient en extase à l'écoute de toutes ses saillies (non sans quelque perplexité, par instant, il est vrai).

Je partage le même rejet du détournement des institutions européennes que vous, mais je n'en suis pas moins profondément attaché à la poursuite du projet européen, même si la réforme de l'Europe actuelle s'avère des plus ardue, et ce n'est pas en poussant des cris d'orfraie devant le drapeau européen à l'Assemblée Nationale qu'on encouragera ce même projet européen : l'aversion que JLM a laissé paraître  ce jour-là me semble typique de la sensibilité des défenseurs de la République de Robespierre, Une et indivisible, une attitude en tout cas cohérente avec le refus marqué dans le passé d'une reconnaissance de la dignité des langues régionales : cf. refus de la ratification de la Charte européenne des langues régionales : http://www.jean-luc-melenchon.fr/2015/06/04/charte-des-langues-regionales-et-minoritaires/    : frilosité devant le projet européen et le projet régionaliste vont de pair.

Bref, le profil de JLM ressemble en tous points à celui de J. P. Chevènement (le rapprochement avec Déat et Doriot était sans doute un peu forcé), notre ancien ministre de l'Education Nationale obsédé par le tricolore : drôle de façon de penser l'avenir ! Faudra pas compter à l'avenir sur les partisans de la construction européenne et du mouvement régionaliste (ça fait beaucoup de monde) pour continuer de nourrir les troupes du nouveau prophète : on m'y a pris une fois, il n'y aura pas de deuxième (le vote blanc a de beaux jours devant lui, je crois).

Je respecte votre point de vue que je trouve tout à fait honnête. Néanmoins, j'analyse les "choses" différemment. Si j'accompagne LFI, c'est parce que je partage sur bien des plans, le programme que je trouve sensé noblement car il propose de vrais chemins d'avenir. Je ne m'attarde pas sur les postures des uns et des autres, quelques comiques qu'elles puissent être. Par ailleurs, si l'on en revient plus précisément à JLM, sa remarque sur le drapeau européen ne signifie pas un rejet de l'Europe telle que vous - et moi et tant d'autres - l'appelez de vos voeux. Mais, il est vrai que  nous sommes plongés dans une société de spectacle à laquelle, seuls les "saints" et peut-être certains "philosophes" résistent; sa séduction, en effet,  est bien grande mais le jeu est dangereux puisqu'il conduit souvent à des interprétations fausses ou du moins biaisées.

Et au-delà de ce propos, il y a encore une fois, un programme, une multitude diverse qui a le souci des autres et de soi avec les autres. L'oubliez-vous, cette énergie, cette parole, cette volonté.. ?

Quant aux langues régionales, bien sûr qu'il faut les préserver et les faire vivre; elles enrichissent le monde par leur manière de l'ordonner singulièrement comme toute langue, tout idiome. Il est cependant dommage parfois ici ou ailleurs, que l'on s'en soit servi - et qu'on s'en serve encore - à d'autres fins que vitalement culturelles et sociales, pour des fermetures, des revendications identitaires sombres, de rejet de l'autre etc. Il faut fermement éviter l'instrumentalisation politique de cette sauvegarde et c'est valable pour d'autres éléments de culture... et je ne crois que JLM soit une sombre brute obtuse qui revendiquerait de retirer des droits à certains, lui qui - avec LFI -  tente au contraire d'ouvrir au commun, des horizons plus lumineux dans une Europe solidaire et bienveillante. Il faut bien peu connaître l'homme et son éthique pour le croire mais les mots, les ragots, les présupposés, les allusions circulent et laissent leurs empreintes.

Merci pour cette belle réponse, plutôt convaincante. J'aime beaucoup votre évocation de cette société-spectacle à laquelle la rhétorique de nos tribuns peut être tentée de sacrifier. Mais il faut tout de même faire attention à ce que ces gestes et à ces mots empruntés à l'abondance oratoire n'encourage pas des comportements tout autres que ceux espérés par l'orateur. Pour les langues régionales, même si certains ont pu exploiter ce problème en étant inspirés par des idéologies de repli sur soi, il ne s'est agi là que d'une petite minorité, comme vous en trouverez sur tous les sujets. Ma région, la Bretagne, s'est emparée de ce dossier avec passion pour sauver une culture que près d'un siècle de répression linguistique avait gravement compromise ; elle le fait en restant parfaitement ouverte (peut-être est-ce un effet de son ouverture à la mer) au monde extérieur, et se sent à la fois française et européenne et au-delà. Étant par mes origines également italien (de naissance) et gallois (par alliance), je puis vous assurer que vu d'Italie, ou de n'importe quelle région celtique de Grande Bretagne, régions où le bilinguisme est une option offerte à qui le veut (mais nullement contraignante), on a du mal à comprendre les frilosités françaises, que j'interprète pour ma part comme un reste de réflexe jacobin.

ref, le profil de JLM ressemble en tous points à celui de J. P. Chevènement

ben non car quand chevenement a proposé à mélenchon une alliance de tous les souverainistes avec dupond aignan , mélenchon lui a répondu "non , tu te trompe , je ne suis pas souverainiste en soi , mes propositions de retour à l'état français ne sont pas mue par le nationalisme ou pour un souverainisme pour le souverainisme , mais seulement par la nécessité d'utiliser des outils efficaces contre les dumpings et le néo libéralisme .. et aller fricoter avec dupônd aignan qui est très de droite est une erreur , le confusionnisme amener justement à la confusion et ce sera donc inefficace voire contreproductif pour la gauche anti libérale ..."

et on peut dire que , encore là , il a eu raison . particulièrement pour dupond aignan .

@ Bernard Mineo

N'importe Nawak !

La présence du drapeau Européen à l'Assemblée nationale est visiblement anti-constitutionnelle et n'a été voté par personne, donc si vous voulez qu'il y reste,faites au moins voter les député-e-s sur cette question.

Que nos député-e-s le fassent en toute conscience.

Pourquoi devrions-nous supporter sans vote le signe de l'hégémonie allemande de la CDU sur notre gouvernement sans que les élu-e-s du peuple aient été au préalable consulté.

Vous délirez encore à haute voix vous, mais visiblement vous êtes prêt à jeter votre liberté pour un rêve mythique que d'aucun appelle " Europe " ce qui n'est qu'un marché commercial.

Vous confondez trop l' Union Européenne avec le rêve de Victor Hugo.

Réveillez-vous !

Il est bien évident que le député Jean-Luc Mélenchon rappelait les principes heureux de la démocratie.

Les élu-e-s du peuple votent en toute conscience et ils n'ont pas à se soumettre à des pouvoirs non élus.

Pffff ! Il est tout de même incroyable de rappeler le B.A BA de toute démocratie représentative en attendant mieux, la démocratie participative.

Allô Bernard ?

@ Avellino

 Bien vu ! Retour à l'envoyeur.laughing

Doriot était un européen - nazi - convaincu.

@ Bernard Minéo

Le drapeau européen ....le symbole d'une vie harmonieuse ???

Ah, oui, à ce stade, ce n'est plus être à côté de la plaque, c'est être franchement ignare sur la question contemporaine.

Vous devriez vous entretenir avec M. Panagiotis Grigoriou, cela vous éveillerait un peu sur la question en cours de traitement :

Site de l'Historien et Ethnologue Grec Panagiotis Grigoriou :

Greek Crisis :

http://www.greekcrisis.fr/

Bonne lecture.

 

J'ai écrit "aspiration à une vie harmonieuse" et non pas "symbole d'une vie harmonieuse" : c'est vraiment pas la même chose ! relisez bien avant de monter sur vos grands chevaux ! le fait d'être attaché à la construction européenne ne signifie pas qu'on applaudisse à la politique actuelle de l'Union européenne : c'est ce que j'écris aussi dans une des réponses faites plus haut : c'est facile de déformer le point de vue des autres, surtout quand on a pas vraiment envie d'écouter  ! Quant à la présence du drapeau européen dans l'hémicycle de l'Assemblée Nationale, je vous rappelle que la France fait partie intégrante de l'Union Européenne, qu'il y est donc parfaitement à sa place et qu'il permet de rappeler un cadre géopolitique qui, à l'évidence, dépasse l'étroitesse d'esprit de certains.

B.Minéo.

La présence du drapeau européen a été imposé aux député-e-s sans vote préalable.

Sa présence est donc anticonstitutionnelle.

Que les député-es votent sa présence ou pas, ce serait la moindre des choses.

L'Europe n'est pas l'Union Européenne.

L'imaginaire qui aspirait à la juste collaboration des nations européennes n'a plus rien à voir avec la dictature économique néolibérale actuelle.

Il est là l'os que beaucoup ne veulent pas voir.

Pour moi la France Insoumise est vouée à l'échec, car en fait elle ne propose pas d'alternative au modèle de l'économie capitaliste mondialisée qui aujourd'hui domine sur tous les continents.

FI souhaite redéfinir la distribution des richesses qui sont d'après elle monopolisées par les oligarchies, mais a aucun moment ne dit comment créer ces mêmes richesses. 

Le PSU avait quant à lui proposé en son temps le modèle auto-gestionnaire comme alternative au capitalisme du XXème siècle et au bolchevisme. Sans succès cependant. Tous ces modèles s'inscrivaient dans un contexte où le productivisme n'était pas challengé.

L'abandon préconisé par FI des traités mondiaux va refermer la France sur elle même et donc engendrer de graves difficultés qui vont principalement impacter les classes les plus défavorisées. 

Au-delà de ces erreurs stratégiques, FI a un lourd handicap pour crédibiliser son programme c'est Jean-Luc Mélenchon, certes un redoutable débatteur, mais malheureusement aveuglé par son ego, ne laissant la place à personne d'autre. Ses saillies verbales enfoncent peu à peu l'homme politique dans un discrédit total.

prophète... de l'apocalypse ?

"ben si il le dit : relance neo keynesienne avec grand travaux de la transition énergétique et écologique ."

Et un grand plan pour faire bosser les flemmards et leur faire poser des éoliennes, quand les bourgeois, les riches et les patrons auront été totalement ponctionnés ! C'est simple la vie.

relance neo keynesienne avec grand travaux de la transition énergétique et écologique .

Par principe une relance même dirigée vers la transition écologique n'est pas une révolution du modèle économique mais une injection de l'argent public directe (investissement d'infrastructure) ou indirecte (incitation fiscale). Dans ce cas on va alimenter ces programmes par la dette et on compte toujours sur le système capitaliste pour assurer la création de richesse. 

 

les traités mondiaux actuels exposent la france à tous les dumpings , ce qui engendre déjà de grave difficultés...

Le commerce international bénéficie aussi à la France j'ai moi même passé une grande partie de ma carrière à travailler à l'export de ma société et contribué à faire tourner pas mal d'usines en France. Normalement le dumping est reconnu comme une pratique illégale. On peut regretter que notre pays et l'Europe soient naïfs dans le domaine (comme l'a dit ce jour Macron à Bruxelles) et on doit exiger des mesures contraignantes contre les pratiques de dumping.  Mais croire que l'abandon du commerce international et le repli sur soi va bénéficier aux travailleurs français est illusoire, voir une imposture.

 

 

JLM JLM

Versé au dossier  wink

Jean-Luc Mélenchon fait ses premières armes en politique à Lons-le-Saunier, en mai 1968. À cette époque il n’est que lycéen — en première littéraire — mais c’est lui, racontent ses anciens camarades de classe, qui va importer les évènements parisiens dans son Jura d’adoption.

C’est lors de cette première expérience politique qu’il va réaliser son indiscutable talent d’orateur et se familiariser avec la pensée d’extrême gauche et notamment Karl Marx qui devient son livre de chevet en terminale. Il passe son bac en 1969 et s’inscrit à la faculté des lettres de l’université de Besançon pour y étudier la philosophie.

Sitôt inscrit, le jeune Mélenchon se rapproche de lUNEF et déserte les amphis pour se consacrer au militantisme. Il parviendra quand même à obtenir sa licence en 1972 mais ne poussera pas ses études plus loin : la même année, il entre formellement en politique en rejoignant l’Organisation Communiste Internationaliste (OCI), une organisation trotskyste de tendance lambertiste qui est alors à son apogée.

LA POLITIQUE À PLEIN TEMPS

Désormais connu sous le pseudonyme de Santerre, et encore officiellement étudiant, Jean-Luc Mélenchon se consacre à plein temps à ses activités politiques.

C’est en 1974, avec la naissance de sa fille alors qu’il n’a que 22 ans, que la réalité va le rattraper. Il a désormais charge de famille et le job de surveillante de son épouse ne suffit plus : il va désormais devoir gagner sa vie. Au premier trimestre, il est correcteur pour l’imprimerie Néo-Typo puis, dans la foulée, travaille quelques mois dans l’usine de l’horloger Maty. C’est-à-dire que, sans qu’on ait de dates plus précises, l’intégralité de l’expérience ouvrière de Jean-Luc Mélenchon tient dans une année. Il revendiquera plus tard avoir également travaillé dans une station-service « à la sortie de la ville » sans qu’on en sache plus à ce propos.

Toujours est-il qu’à partir du premier trimestre 1975, Jean-Luc Mélenchon décroche un poste de pion au lycée technique de Mouchard. Il est embauché en tant que surveillant mais c’est à cette occasion — sans doute grâce à son diplôme de philosophie — qu’il sera amené à donner quelques cours de français à une classe de 23 élèves en qualité de professeur auxiliaire. Voilà pour le passé de professeur de français de M. Mélenchon : ça n’a duré que le temps d’un remplacement d’un an — l’année scolaire 1975-76 — et ça n’a concerné qu’une seule classe.

LE PASSAGE AU PARTI SOCIALISTE

C’est durant l’été 1976 qu’il déménage pour Montaigu, un petit village à côté de Lons-le-Saunier. Fraîchement radié de l’OCI, Jean-Luc Mélenchon décide de rejoindre les « sociaux-traîtres » et s’encarte au Parti Socialiste où il reprend ses activités de militantisme politique. Las, son contrat de surveillant n’étant pas renouvelé, il doit à nouveau chercher du travail. En octobre 1976, il se fait embaucher comme pigiste aux Dépêches du Jura ou il officiera sous le pseudonyme de Jean-Louis Mula (JLM).

La liste de l’Union des gauches remporte les municipales de Lons-le-Saunier en mars 1977 mais le PCF y est majoritaire. Afin de préparer les législatives de 1978 et de contrer l’influence communiste, Jean-Luc Mélenchon convainc la toute petite fédération PS du Jura de lancer son propre journal — La Tribune du Jura — dont il devient directeur, journaliste (Jean-Louis Mula) et même dessinateur (Moz). Le premier numéro sort en novembre 1977, le sixième et dernier parait en avril 1978 : il a donc dirigé une feuille de chou politique pendant 5 mois.

DESSINATEUR DANS UN JOURNAL CATHO

Mais le mois suivant, en mai 1978, on retrouve Moz dans un canard local lequel se trouve être — de façon assez amusante — un hebdomadaire catholique (La Croix jurassienne). Jean-Luc Mélenchon y publiera quelques strips en trois cases, les actualités indiennes, avant de briguer un poste vacant à la rédaction. Las, sa candidature ne sera finalement pas retenue pour des motifs de divergence idéologique et notre futur tribun se retrouve encore une fois sans ressource.

C’est à ce moment, fin 1978, qu’il se fait embaucher par Claude Germon, le maire de Massy, qui en fait son directeur de cabinet et le lance en politique. Se remémorant cette époque, ledit Germon qui aura, il est vrai, quelques raisons de regretter son choix, a une réflexion quelque peu lapidaire :

Très vite je me suis rendu compte que c’est un garçon qui n’a jamais eu de métier.

Quoiqu’il en soit, la carrière politique de Jean-Luc Mélenchon, elle, est désormais bien lancée.

https://www.contrepoints.org/2017/06/23/292846-melenchon-grand-defenseur-travailleurs-na-jamais-de-vrai-boulot?utm_source=Newsletter+Contrepoints&utm_campaign=e5d3310941-Newsletter_auto_Mailchimp&utm_medium=email&utm_term=0_865f2d37b0-e5d3310941-113552021&mc_cid=e5d3310941&mc_eid=9457d1fce2

 

"faire bosser les flemmards" ?

Comme chacun sait, il n'y a que "les bourgeois, les riches et les patrons" qui travaillent dur !

@ Adrien Scole

Ouffffffff !

Je suis parvenu à vous lire jusqu'au bout, c'était un peu difficile mais j'ai réussi à retrouver les termes déjà largement développés hier par Lancetre et bien d'autres encore avec chez vous, il est vrai, un vocabulaire un petit peu plus " macroniste " et tout à fait entendu :

1/ "Voué à l'échec "

2/ " There is no alternative "

3/ " PSU sans succès cependant "

4/ " Productivisme challengé "

5/ "abandon des traités ........mondiaux (!) "

( rien que ça ! Je ne sais pas où vous êtes allé cherché tout ça ?)

6/ " va refermé la France "

7/ "engendré de graves difficultés "

8/ " impacté les classes défavorisées "

( Car tout le monde sait que ce n'est pas déjà le cas, aujourd'hui, hein ! )

9/ " Au delà de ces erreurs stratégiques "

10/ " F.I lourd handicap "

11/ " Jean-Luc Mélenchon malheureusement aveuglé par son égo "

( Bon, celle là, on l'a connait déjà tellement elle est éculée...)

12 / " Saillies verbales "....( ouf !)....

13 / Qui l'enfoncent.... (hum, hum) .... peu à peu ....dans un discrédit TOTAL (!)

Fermez le ban.

Parfait !

Après relecture de votre message et le repérage pointilleux des termes utilisés, vous avez tout bon !

Bravo !

Je suis donc  en mesure de vous offrir le brevet d'aptitude à servir servilement auprès des sympathisants de  la CDU -  Sachant que ce document est authentiquement paraphé par ce bon docteur Schäuble, je sais que vous en serez honoré et tout à fait content.

Merci Adrien Scole.

 

Tout d'abord je vous remercie d'avoir passé du temps à analyser minutieusement mon commentaire. 

Est-ce que je me suis inspiré des propos du bon docteur Schaüble? Cela me semble difficile car je ne les ai jamais consultés.

Peut-être me direz vous que j'ai été influencé indirectement par les mainstream medias qui distillent ses idées? 

A vrai dire je ne connais pas ses positions avec précison et cela ne m'intéresse pas vraiment. De plus je doute qu'il se soit exprimé sur le PSU ou JL Mélenchon par exemple!

Donc je ne me rendrai pas à la remise du brevet d'aptitude que vous m'accordez si généreusement, car je n'ai aucune intention de servir servilement la CDU smile

Plus sérieusement, j'ai voulu dans mon commentaire apporter mon ressenti sur la ligne politique de la France Insoumise. 

Mes propos sont basés sur mon vécu du militant gauchiste de Mai 68 (un nuit debout qui a vraiment entrainé les gens) , du sympathisant du PSU de Rocard, de l'espoir mis en l'élection de Mitterrand...cela s'est fracassé avec l'effondrement du mur de Berlin.

Alors la révolution démocratique promise par les Insoumis n'est qu'une promesse vouée à l'échec et ce ne sont pas les envolés démagogiques de Mélenchon fort bien mise en scène qui me rassurent. Il joue bien la comédie, ça je le reconnais, les Insoumis qui le vénèrent vont vite déchanter.

 

allez , on y retourne ..

Démagogique ? une politique keynesienne , donc pas d'extrème gauche , mais qui ne soit pas trop naives face aux dumpings ??  ...

@ Adrien Scole

Merci à vous d'avoir goûté à mon humour sans acrimonie. C'est appréciable.

Pour le reste, que voulez-vous que je vous dise... en premier lieu je salue le militant gauchiste de 68, c'est un juste préalable, il me semble...après...que voulez-vous, nous ne pouvons visiblement pas nous entendre car vous voyez là des comédiens là où je vois de vrais militants politiques. Il suffit de lire les nombreux ouvrages de la personne en question pour s'apercevoir qu'il n'est en rien l'homme que vous décrivez.

En vérité, il ne faudrait plus s'arrêter à la chute du Mur de Berlin et poursuivre votre réflexion à l'aune de Wikileaks et de Snowden. De Seattle et de Gêne 2001...jusqu'au peuple Grec ruiné par la France et l'Allemagne.

Daesh est le contraire de 68. C'est le nouveau fascisme. Et les grandes puissances comme hier avec le petit caporal haineux à moustache, s'en servent pour avancer leurs pions. Alors quoi ? Baisser les bras, prendre de vrais militants pour des objets parlants de la société du spectacle, avoir à ce point l'esprit brouillé ou l'imaginaire blasé qu'on ne sait plus reconnaitre l'ami de l'ennemi?

Si vous n'appréciez pas le verbe haut de M.Mélenchon, regardez plutôt les vidéos de Jacques Généreux et lisez ses ouvrages, ce sera déjà un premier pas.

Salutations & Fraternité.

 

 

Pouvez-vous imaginer un instant que bon nombre d'électeurs sont insensibles aux prises de position des médias en faveur de tel ou tel candidat ? Qu'ils gardent leur liberté de pensée et de choix sans être influencés par lesdits médias ? On peut toujours argumenter que les Français sont des veaux, mais ceux-ci ont prèféré rester à l'étable lors des législatives. En ce sens, tous les partis, et y compris la FI, sont en situation d'échec. JLM est un excellent tribun, certes,  mais il a un ego qui lui nuit fortement, l'agressivité verbale naturelle qui est réapparue après la Présidentielle a contribué, à mon sens, à une perte de voix, pas besoin de lire Médiapart pour faire ce constat.

 

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.
Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

OUI, pourquoi seulement maintenant cet article?

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.
  • Nouveau
  • 23/06/2017 07:33
  • Par

Bonne analyse. Il aurait suffit d'un peu de bon sens au premier tour pour qu'un vrai processus de démocratisation puisse être lancé. Mais nous sommes vraiment maintenant dans le "tout change pour que rien ne change", dans le "conflit d'intérêt permanent", dans la "démocrature", et surtout, plus que jamais, dans l'asservissement à la politique néo-colonialiste de la "coalition".

Pour Escalona Hamon n ' existe plus!!!!!

Hallucinant. .....

A t il oublié qu' au début de la campagne officielle Hamon était largement devant Mélenchon et ce,parce que son projet était plus en phase avec l ' évolution de notre société 

Ce qui l ' a plombé est évidemment le PS

Mais une fois que l ' hypothèque PS sera levée les Insoumis ne pourront plus progresser et leur politique spectacle n ' y fera rien....

 

 

L'écriture minuscule de votre post est-elle le reflet de vos doutes sur le fonds ? smile

Benoit Hamon :

" Emmanuel Macron a été aidé par des grandes puissances d’argent" :

" Dans une récente interview pour Les Inrocks, l'ancien ministre de l'Education nationale a fait le bilan de ses défaites électorales égratignant au passage le chef de l'Etat. "Macron a réussi une triple synthèse : Il a unifié politiquement la vieille et la nouvelle bourgeoisie, les sociaux-libéraux et les conservateurs, la haute fonction publique et le monde de la finance. La France qui va bien a décidé de gouverner pour elle-même", a-t-il lâché.  "

Article :

http://www.planet.fr/legislatives-pour-benoit-hamon-emmanuel-macron-fait-lunite-de-la-bourgeoisie-autour-de-ses-propres-interets.1374948.657000.html

smile Oui, les paroles de Claverie JF 2014 font vraiment froid dans le dos...

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.
Espérons que FI va remué ce palais où il n'y avait que des dormeurs et que dans l'hémicycle ont aura des débats comme ont les aimes Le monde entier nous envis sur notre social faisons confiance à FI et PCF pour les défendre

Tout à fait d'accord avec vous à propos de cet article bling bling ne cachant pas une démonstration mal construite, avec un côté téléologique bien pénible (une mention pour le petit paragraphe intercalé sur les Zapatistes et le Chiapas !).

Quant aux chiffres de Mélenchon aux législativex, on vous rétorquera (c'est déjà fait) que s'ils sont si modestes, c'est qu'il s'est parachuté, pardon, courageusement confronté au suffrage des gens, dans une circonscription "populaire".

"prophète" pas sérieux...

Si le titre de l'article ne vous convient pas c est que ça doit être un très bon article

"La place occupée par Melenchon dans le débat public ne doit pas faire illusion : elle s'explique principalement par l'argent dont dispose son mouvement"

ben justement non , en 2012 en laissant le pc prendre 80% des circo et en laissant le reste à se partager entre ensemble et et le pg , mélenchon et son mouvement a tout fait sans argent jusqu'à maintenant .

  • Nouveau
  • 23/06/2017 10:09
  • Par

les trolls aussi ont droit de prendre leur retraite... allez plutôt rager sur l'Obs sous un article de Sylvain Courage, vous y serez à comme à la maison.

Mon activité sur Mdp est ici : https://blogs.mediapart.fr/b-girard-0/blog

On attend toujours de découvrir celle des courageux anonymes en service commandé auprès de Melenchon.

Votre dernier post, vraiment utile, est une alerte de plus sur les logiques de cette société: le profit vs la Vie (les enfants particulièrement).

Si votre blog est aussi alléchant que vos coms, on va s'y ruer tous!

@ B.Girard

Personnellement, j'irai vous lire, comptez sur moi ! laughing

laughing Heureusement que vous êtes là, Athenax.

  • Nouveau
  • 23/06/2017 10:13
  • Par

le titre ronflant et le verbiage pedant de la premiere page ont eu raison de ma patience.

je pensais devoir de socioligie, mais Science-po semble-t-il. Il est temps de fermer ces ecoles et d'envoyer les bêtes a concours faire leur apprentissage de la vie su les chaines de montage a l'usine, ils pourront gagner autant qu'a Polytechnique mais comprendre enfin la vie de la population dont ils se pretendent les élites.

La culture du chef a un défaut,toute une organisation est facilement discreditée parce qu'on trouve un défaut au chef. Ou sont les partis sur mesure crée par Giscard, Chirac, Sarkozy?

Pourquoi nous parler de Melenchon? Il n'est pas la France Insoumise et ses électeurs a lui tout seul, pourquoi ne pas donner la parole a ceux qui soutiennent et participent? Comme beaucoup ils souhaitent une démocratie plus participative en Europe ou les promesses sont des engagements à tenir et ceux qui les font sont responsables devant leurs electeurs. N'est ce pas plus interessant que la personalité, les amours et l'âge du capitaine? Surtout que c'est important pour dénigrer Melenchon mais frise l'insulte si on le mentione pour Macron?

 

Tout à fait d'accord, on aimerait entendre les élus par exemple.

Comme celle qui "nique la France", ce qui me paraît un programme digne d'être débattu sur la place publique, ou celui qui écrit à Macron "vous êtes haï" 3 fois dans la même phrase.

Si c'est cela être prophétique, alors il n'est permis de ne douter de rien.

Pour information, Macron tiendra ses engagements, et même au delà, car les nouveaux élus ont bien l'intention de pousser dans ce sens, ils ont déjà d'ailleurs évoqué des amendements à la loi sur la confiance, estimant, comme leurs électeurs dont je suis, que le projet actuel n'était pas suffisant.

Si vous souhaitez une démocratie participative, je vous invite à rejoindre la République en Marche, nous sommes actuellement en train de bâtir le mouvement, et justement nous faisons participer les citoyens. 

Bienvenue dans un mouvement nouveau et bienveillant!

 

Mouvement bienveillant, mon cul, certainement pas pour les laissés pour compte du libéralisme économique où le marché fait sa loi.

La proximité des deux vocables dit assez à quel niveau se situe votre pensée.

@ Naville

Vous avez tout à fait raison, pourquoi ne pas tendre le micro par exemple à cette jeune Insoumise, Madame Sophie Rauszer ?

 

@ Albaicin 21

Restez poli, ça vous ira mieux...

Et bien si, bien sûr ! Pourquoi à votre avis nous agissons ?

Vous croyez qu'on roule pour le Cac 40 ?

insoumise-image-sophie-rauszer

Merci Ravenel ; Ravenel la rapporte ainsi à « la défaite mondiale du mouvement ouvrier : une défaite sociale, politique et, peut-être surtout, culturelle. Le triomphe de l’imaginaire capitaliste a été tel que, dans les couches sociales les plus victimes du système, on n’arrivait plus à s’interroger sur la nécessité et donc sur la possibilité d’une alternative à l’économie de profit. […] Après la faillite de la gauche au gouvernement, toute la gauche, PSU compris, n’était plus légitime à prétendre au changement de l’ordre existant, parce qu’elle n’avait plus la capacité théorique ni la force sociale pour le mener à bien ».

Voilà ce qu'il faut construire... Une pensée puissante, agile et simple. Aussi simple que la définition du capitalisme "enrichit toi". Deux mots pas plus pour la conservation des inégalités. Quel sont les deux mots, les deux évidences de la gauche aujourd'hui ? Quand on aura la réponse, on aura les solutions. 

Y a du boulot...

 Article optimiste. 

Il y manque un élément (de mon point de vue) . Le charisme du  "leader" qui saura cristalliser le mouvement de rénovation et de progrès. 

C'est toujours la rencontre d'un courant de la population avec un leader, qui aboutit à un mouvement majoritaire, susceptible de faire évoluer la société d'un pays.

Et il y a beaucoup à dire sur cet attachant atrabilaire de Meluche, pour qui j'ai voté sans y croire, tant il suscite la méfiance chez beaucoup de ceux qui votent à gauche.

JLM a ouvert la voie, il faut (de mon point de vue) qu'un(e) autre leader émerge pour prendre le relais. 

 

 

Peut être que l'ère des leaders providentiels est en train de disparaître, et que Mélenchon en est un des derniers... hologrammes, conscient à la fois de son utilité présente et de sa nécessaire disparition.

Pourquoi faudrait-il à tout prix "un chef, un pays, un peuple", on sait où ça peut mener.

C'est une façon très élégante de dire que Mélenchon est un peu dépassé, et par un ses électeurs, cela prend tout son sel.

Il faudrait peut-être lui dire stop, avant qu'il devienne pathétique, à force de s'attaquer à des gens qu'il croit faibles et de se faire bâcher méchamment.

Qui s'y colle?

Salut Toni... 

L'objectif n'est pas d'avoir un leader..mais des leaders, des théoriciens, des "ingénieurs" politiques, capables à la fois de combattre l'ordre établi, mais aussi de construire l'entrée dans celui que nous voulons et construisons. 

La consigne qui fut pour tous et qui reste, "prenez l'initiative", est significative de ce mouvement. 

Mais ce qui l'est encore plus, c'est la mutualisation des savoirs, des savoirs faire, qui fait vivre le mouvement. 

Nous avons besoin de faire nombre, que chacun des Insoumis soit en mesure de porter le programme et d'en proposer l'actualisation ou la déclinaison locale. 

A ceci une raison fondamentale. Le régime actuel s'appuie sur technostructure qu'il faudra remplacer. Or nous avons besoin de notre ingénierie, ancrée dans le concret, dans les besoins de la population, dans ses attentes, pour prendre l'opposée de ce pouvoir. 

Notre stratégie n'est pas seulement une prise de pouvoir pour au final faire la même chose que les autres... Elle consiste bien à transformer profondément les caractères principaux, de cette société de marché. L'Avenir en Commun, est le programme... Cette ingénierie politique le moment venu sera en charge d'une feuille de route précise. 

Je suis d'accord sur le principe, nonobstant, je persiste à dire qu'il faut une tête de gondole plus consensuelle. Même si moi même issu de la tradition ni dieu ni maître anti-stal,  n'accorde qu'une confiance très relative au grands leaders.

Le succès relatif de Meluch, au premier tour des présidentielles, tiens quand même pas mal au manque de charisme du breton,  et au talent oratoire de cet andalou francisé, qui est incontestablement un maestro . Mais les idées de Hamon, valent qu'on en tienne compte, j'aurais aimé un Melenchon plus calme, défendant les idées ecolo-libértaires d'Hamon. en rupture avec le vieux PS, comme de la tradition stal, ce stalinisme récurrent, marque de fabrique de la gauche française du vingtième siècle. Qu'on sent poindre chez Meluch.

Cet attachant atrabilaire, ne passe pas auprès de beaucoup, de beaucoup trop aux convictions de gauche. 

la preuve sur ce forum.
Aboyer, c'est la méthode qu' employait Marchais et celle de Mr Melenchon.

Allons allons, vous savez bien que Mélenchon a plusieurs méthodes. Il ne fait pas qu'aboyer. Il tonne, tempête, vitupère, râle, peste, déblatère, fulmine, fustige, invective, éructe, hurle, vomit, fouette, réprimande, condamne, stigmatise, vocifère, s'emporte, se déchaîne, explose. Il lui arrive même de gueuler, de mordre. C'est que l'homme a bien des cordes à son arc. S'il est humain.

CAUSE TOUJOURS

smile Clap, clap ,clap, clap, clap !

  • Nouveau
  • 23/06/2017 11:03
  • Par

C'est le petit coup de godille à gauche pour assurer les ventes du week-end.

Le prochain article  sera sur la République en Marche.

Après une vision de la prophétie insoumise, j'ose un titre  

"La République En Marche, un mouvement d'élus?"

Sacré Edwy, il a tout compris de la presse indépendante.

La FI s'est surtout l'image d'une poignée de professionnels de la politique autour d'un leader qui se veut charismatique.. pas grand chose a en tirer en effet, sauf à une refondation véritablement démocratique..

+1

Vous avez oublié "autoproclamé", pour le leader. Très important, ça.

le prophète Mélenchon va t il donner aux pauvres son patrimoine et demander à ne recevoir comme salaire de député le SMIC.

ce serait un geste fort de sa part !

Messie mais si ?innocent

9 millions de pauvres  a partager avec le patrimoine de Méluche ?

Vous ne devez pas connaitre les revenus du CACA 40

Vous ne vous trompez pas de cible ?

Je ne suis pas comme le prophète je suis pour la multiplications des "Pains" sur....... pour certains

Il serait bien ML de Tours, que vous commenciez par vous-même, ce serait assez normal je trouve, puisque vous vous faites ici le chantre de la démagogie la plus fétide.

Et demandez  aussi tant que vous y êtes à votre ami, l'ancien directeur d'Areva, Monsieur Edouard Phillippe de le faire aussi, ce sera ainsi le début d'une longue liste de donateurs qui sauront vous emboiter le pas.

Sans JLM, FI n'est rien. C'est la gauche comme je l'aime, plus pyramidale que le pire du libéral

C'est sans doute la raison pour laquelle vous avez "voté" valls, lepen ou macron !

Et bien pour tout vous dire, je vote toujours ecolo, et là c t Hamon. Pour la simple et bonne raison que le reste (les problèmes de pauvres, de riches, de code du travail,  etc...) me parait affreusement secondaire/ephémère.

Ah ! Et vous êtes heureux de votre "vote" ? Ça va ?

et vous êtes content d'avoir eu le pen au second tour ?

et vous êtes content de l'accord jadot hamon ? combien de député eelv avez vous eu avec cet "accord" ? vous n'avez pas l'impression que le ps s'est moqué de vous (et de hamon) ? ..

 

les problèmes de pauvres, de riches, de code du travail, etc...) me parait affreusement secondaire/ephémère ... ha ouais d'accord .... ciao ...

@ Rangervert

Mon pauvre ami ! Vous devez peu croire en vous-même pour envoyer des mauvais sorts à ce point là vis à vis de la France Insoumise.

J'ai personnellement bien aimé l'expression de M.Escalona car celle-ci est audacieuse et a dû faire grincer pas mal de dents de sagesse chez certains :

" De la candidature de Pierre Juquin en 1988 à l’essoufflement du Front de gauche dans les années 2010, en passant par l’échec des collectifs antilibéraux puis du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA), de nombreuses tentatives manquées ont eu lieu auparavant. Elles illustrent à quel point la potentialité d’un espace politique ne s’actualise que si des entrepreneurs politiques se révèlent capables de l’investir, aidés par un minimum de circonstances favorables."

Voilà, c'est dit comme cela doit être dit.

M.Mélenchon au delà de sa vie qui ne me regarde pas et de son œuvre personnelle dont je suis intéressé,  aura bel et bien été le grand entrepreneur politique que méritaient les temps présent en cette aube du XXI° siècle où la Réaction reprend du poil de bête.

Un honnête homme ce Monsieur Mélenchon, doué d'un grand talent, pétri de forces et de faiblesses et surtout un grand organisateur politique loin des mythiques églises byzantines de la Gauche dont les membres fervents et autres illuminés fielleux viennent ici sur Médiapart parsemer leurs messages de prières absconses ou jeter des mauvais sorts en mangeant de l'ail.

Au delà de l'entreprenariat solide de M.Mélenchon et de toute son équipe, croyez-bien Monsieur "Rangervert" que le Mouvement de la France Insoumise vivra au delà de ses conceptrices et concepteurs.

Finalement à bien y réfléchir, c'est vous " Rangervert " qui adulez les dites Chefferies tant vous ne pouvez plus rien imaginer au delà d'elles et que vous en voyez partout.

Vous n'êtes pas seul ici à aimer les supposés Chefs. JMB et bien d'autres encore adorent les Chefs mythiques ou actuels, ceux qui ont quelques responsabilités ou les père fouettards dont il regrette perversement l'existence : ils ne parlent que d'eux !

Misère de la pensée mythologique de Gauche...

 

Ce commentaire a été dépublié par la rédaction de Mediapart.
Ce commentaire a été dépublié par la rédaction de Mediapart.

Tous les prophètes sont des escrocs qui ont réussi.

PatroX333 : Prophète sur Médiapart.

JLM m'a bluffé avec ses 100 milliard de relance (forcément empruntés) tout en negotiant la sortie de l'Europe. On peut en tout cas pas lui denier une forme de démesure populiste

 

Ca s'appelle le keynesiannisme , c'est ce qui c'est fait pendant les trente glorieuses et c'est proné par de multiples économiste dit "héterodoxes" ...

Tenez vous qui êtes écolo ... bernard maris était écolo et économiste hétérodoxe ..

 

 

 

C'est pourtant pas bien compliqué... faut taper, fort, mais là où ça fait mal... là où ce n'est ni "tendance" ... ni "glamour"... dans le mode d'appropriation capitaliste... mais pour ça faut une culture politique ET économique... pas juste un idéal "gauchiste"... pas juste des discours...

Avec FI, qui incarne avec quelques "croupions" encore plus haut perchés, la gauche simplette, on a vraiment l'impression que les "gauchos" ont réinventé la roue...

Dégoulinante de "bons sentiments" et de romantisme révolutionnaire elle est emmenée, embarquée plutôt, par un soc bon teint, révolutionnaire d'opérette, un "escroc" pitoyable et manipulateur, pour son dernier tour de piste, le pépère du peuple se la joue Jaurès/Hugo/Zola sans vergogne, après avoir, et ô combien, participé activement au laminage du PC sous la férule du politiquement génial (Lui...) Mitterrand.

FI balbutie l'Histoire... 2 "gauchos"= 2 courants pour de mystérieux problèmes d'ego "révolutionnaire", y a qu'à attendre... (question "courants" ils font encore plus fort que les socs...) rien dans le programme... juste des "mesures" qui font plaisir... aucune cohérence... aucun devenir...

Ils n'ont absolument pas changé depuis 68... pas du tout intéressés par l'exercice du pouvoir... ils en sont politiquement incapables...

"Foutre le bordel" oui, gouverner... non... Trop compliqué !

Souvenez-vous quand leurs ancêtres voulaient "casser l'outil de production capitaliste" et se faisaient sortir des usines, sans ménagements, par des "prolos" moustachus... (déjà)...

Souvenez-vous, en 1981, le premier choc de l'arrivée au pouvoir des socs.... les départs précipités des "patrons" (Des communistes au gouvernement !) et les retours quelques mois après... une fois constaté le caractère éminemment "pragmatique" des socialistes... mélenchoniens...

A part ça y sont sympas... voire même (surtout) rigolos, mais sans plus...

Politiquement négligeables, saoulés au bruit qu'ils font, ils ne servent à rien, on peut être sûr qu'avec la gauche simplette ça va pas "marcher"... ça va rouler...

 

Avec FI, qui incarne avec quelques autres "croupions", la gauche simplette ?

Les simplets sont les pauvres qui ont votés comme vous Juppé .cry

Vous n’êtes pas mis en cause par ce qualificatif puisque vous n’êtes pas pauvre n'est ce pas ?

Eh oui il y en a qui frétillent de la chaine.

J'ai assisté au meeting de la France insoumise a Dijon avant les élections.

J'ai été très surprise de ne pas voir plus  de milieu "dit populaire" parmi  l’assistance.

J'ai vu majoritairement des membres d'associations , syndicalistes des profs (certains universitaires ) énormément d'étudiants.

médecins, infirmiers assistantes sociales psychologues, sociologues professions libérales et des artisans

(milieu que l'ont sait être  des simplets )

Je revendique le vote Juppé à la primaire de droite, absolument. L'occasion de choisir un adversaire "jouable"... ne se refuse pas... face aux ténèbres filloniènes. Heureusement nous avons accidentellement hérité d'un messie de circonstance... sans doute grâce à Dieu... au moins !

Les "gauchos" ne sont pas simplets, Mélenchon non plus... peut être "petits bourgeois" vous avez raison...

Réunis, ça fait néanmoins une gauche simplette ou "gauchistisée", ce n'est pas péjoratif, juste qualifiant... un peu comme l'électorat de Guaino... Gare aux contresens !

@ Picouline

laughing...Vous vous souvenez les mots d'Ordre de la Doxa, ici ?

- Votez Juppé !

- Votez Lemaire !

- Votez Nathalie Kosciusko-Morizet !

- Votez Yannick  Jadot !

- Votez Benoît Hamon !

- Votez Macron !

- Votez Macron !

- Votez Macron !

 

Un mouvement "prohète" ? non tout simplement une secte aux mains du gourou Mélanchon. Il suffit d'ouvrir les yeux. Mélenchon ne veut pas le pouvoir car il transformerait la France en Vénézuela!.

C'est bon, Jean-Pierre. On a compris, Hein ! Faut pas trop abuser du ctrl-v quand même. Ou alors il faut tout copier: ce qu'était Cuba, le Venézuela, etc etc. Mais bon... on connaît par avance votre prochain commentaire sur "jlm"... c'est déjà ça.

pourquoi pas en Corée du Nord?

Alors je suis rassuré, je ne suis pas agressif, juste parfois un peu ironique, mais encore faut il que cette ironie soit décelée...

Et je ne fais pas de fautes d'orthographe quand je parle de Mélenchon, je l'ai juste surnommé le Tartarin de la Canebière... ca va c'est pas trop méchant?

C'est parfait. Avec vous, ce sera une joie de jouter. wink

Encore Cuba  cool

Pourquoi attaquer ce pauvre petit peuple courageux ?

Il ne menace personne  il n'envahit aucuns pays   mais il fait  la nique aux  États unis et c'est insupportable....

Les trolls de MdP sont entretenus et payés à la pige.

laughing Il en faut des perles pour faire de beaux colliers...

Oui mais comme dit le proverbe 1 seul bracelet ne tinte pas wink

non mais si tout le monde est content, de quoi on va bien pouvoir parler dans les commentaires?

 hare-krishna.jpg

Gourou E. Macron a dit :

" Pensez Printemps ! "

https://www.youtube.com/watch?v=JmbqGFkrz8o

Plus ridicule, tu meurs !

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

Dixit les Mélenchoniens : Fabien Escalona, votre "article est d'une rare intelligence" et "met en lumière la puissance innovatrice , etc." car vous rentrez bien dans le moule des groupies d'une certaine Fi.


Misère d'une certaine gauche.

parlez pour vous

laughing

J'arrive comme les carabiniers, trop tard pour exprimer quelque chose qui n'ait pas été dit après tant de commentaires (que je n'ai pas le courage de lire autrement qu'en diagonale)

C'est donc uniquement pour dire que j'ai beaucoup apprécié cet article très bien documenté, qui éclaire sans parti pris la démarche de JLM et de son mouvement. C'est un article de fond, honnête, qui apporte à la compréhension de ce qui se joue dans la gauche dite radicale et, franchement, c'est le premier que je lis de cette teneur sur MDP.

Merci Mediapart,

 

enfin une analyse de fond, le plus lucide possible dans l'attente de ce qui deviendra La France Insoumise, et enfin déconnecté des commentaire acerbes sur le caractère et l'attitude de JLM, qui qu'on le veuille ou non ont partiellement été un choix tactique payant. Maintenant par contre, il faut savoir changer de de séquence.

 

...

  • Nouveau
  • 23/06/2017 17:06
  • Par

Je reviens en je ne sais plus quelle semaine avec mon petit Jacques Rancière illustré, quant au mot et ce qu’il recouvre d’émancipation. Voici ce qu’il en conclut dans En quel temps vivons-nous  ? à La Fabrique :

« Et l’émancipation, hier comme aujourd’hui, est une manière de vivre dans le monde de l’ennemi dans la position ambiguë de celui ou celle qui combat l’ordre dominant mais est aussi capable d’y construire des lieux à part où il échappe à sa loi »

 

 Je copie/colle là un commentaire d'ailleurs qui m'a bien plu:

Le problème, c'est que quand vous parlez emploi, précarité, concurrence, remise en question ce sont des mots abstraits pour les insoumis.

D'autant plus abstraits qu'ils sont souvent fonctionnaires, et que du coup la précarité ils ignorent, l'emploi est implicite quand il n'est pas dû, la concurrence n'existe que pour les rivalités de points d'indices.

Allez des exemples:

Mélenchon élu depuis 35 ans, a travaillé en tout et pour tout deux ans dans sa vie dans le privé

Corbière, prof d'histoire, qui n'oublie pas de profiter d'un logement social tout en vouant aux gémonies la précarité du logement chez les pauvres

Simonnet, fonctionnaire conseillère d'orientation psychologique

Généreux, prof d'économie

Bref, tous ces gens qui veulent refonder la France et se présentent aux suffrages des Français ne connaissent ni la précarité, ni la difficulté de s'insérer dans une PME.

Ils me rappellent le premier parlement de Mitterand, quand la moitié des élus socialistes étaient fonctionnaires et barbus. On comprend qu'ils veuillent remplacer leurs successeurs!

Comment ces gens pourraient-ils comprendre les enjeux de l'industrie ou des services autrement qu'en théorie?

".....je ne suis pas élu, je suis rentré sur critères sociaux,...."

Ben maintenant il est élu, avec des revenus multipliés par 3. Donc critères sociaux à revoir !

en partir ?  pourquoi pas  ? il y songe ... http://www.liberation.fr/france/2017/05/30/corbiere-denonce-des-attaques-debiles-sur-le-logement-dont-il-beneficie_1573308

 

Escalona, nous parle du P S U , sans nommer Rocard  ! Pourquoi ? 

Il parle de cogestion, sans nommer la CFDT qui à l'époque 1967 ..69 ,en faisait son cheval de bataille !

S'il est vrai que les luttes ne sont pas les seuls leviers aux acquis sociaux , il est vrai aussi que les pouvoirs qui succèdent aux  mutations politiques démocratiques sont aussi qq fois vidés de leurs contenus sociaux . Par exemple , la Pologne, et surtout l'Afrique du Sud où le pouvoir succédant  au régime d'apartheid , dirigé par l'A N C  a , au nom du marché , mis en veilleuse les aspirations sociales . 

Quand aux structures de la F I , la question est de grande importance . Doit elle se muter en parti politique ou rester un mouvement populaire ?  Il semblerait que des discussions engagées dans les groupes d'appui, se dégagent la volonté de rester un vaste mouvement de rassemblement, avec pour condition, l'adhésion au programme l'Avenir en commun '' 

 

L'autogestion, et non la cogestion. 

Vous êtes certain que ce n'est pas la congestion plutôt ?

wink

 

Bla-bla, bla-bla, JLM ne sait faire que ça. Il a profité d'une absence de leader(s) au PS et au PC pour se positionner grâce à son bagout et à l'aide des médias, MDP en premier.

Or sa campagne aux présidentielles a été consternante. Moi qui vient d'une famille de gauche (grand-père SFIO !) et qui ai toujours voté à gauche, je n'ai rien compris à ce qu'il propose. On reste dans l'Europe ou pas ? Et la sixième république, dont il n'a quasiment plus parlé pendant sa campagne ? Flou total.

Le pompon étant son attitude vis-à-vis du FN au second tour.

Bref, pour moi ce n'est qu'une baudruche qui explosera à terme, le jour où émergera au PS ou au PC une (ou des) voix intelligente(s) et fédératrice(s). Ce qui m'a l'air assez mal parti, hélas.

Triste gauche ! 

 

@ Syllepse

M.Mélenchon aurait profité de....................................................Médiapart ?

Ah! Ah ! laughing

Vous délirez cher Syllepse, visiblement vous avez raté le film de l'année 2017 !

C'est le moment de lire ou de relire l'excellent billet récent de Vincent Présumey sur le sujet , pour une vision moins hagiographique en tout cas de la nouveauté "prophétique" ... 

https://blogs.mediapart.fr/vincent-presumey/blog/070617/quelques-reflexions-sur-la-france-insoumise

 

Vous vous contentez de bien peu... Présumey depuis un an nous livre ses lieux communs, pour finalement se planter sur toute la ligne... 

En partant de préjugés de mauvaise foi, de calomnies, et d'approximation, comment peut il d'ailleurs en être autrement ? 

Quant au terme de prophétie, il est d'Escalona... pas de la France Insoumise, qui réfute par ailleurs l'idée d'avant garde. 

Et par ailleurs vous n'avez strictement rien à proposer d'autres, sinon de défendre tous ceux qui ont failli dans leur mandat. 

Par contre on est largement habitué. 

Quant à ma soeur elle vous salue, et regrette que vous ayez défendu la déchéance et la loi travail... elle trouve que c'est pas bien. 

Moi ça ne m'étonne pas...cela vous correspond bien...

Résultat de recherche d'images pour "La Marque jaune" 

.."La construction du peuple ", on le voit, remplit en tout cas déjà à toute vitesse son cahier des charges en matière de calomnies et diffamations "Haute Époque", comme hier "sa dissolution" ( Brecht) , quand de vrais Peuples bâillonnés s'opposaient à vos Maîtres et modèles à Berlin, Varsovie, Budapest ou Prague . 

"Quant au terme de prophétie, il est d'Escalona... pas de la France Insoumise, qui réfute par ailleurs l'idée d'avant garde."

Vous avez raison, mais ce que dit surtout Escalona en évoquant la problématique de la F.I. c'est que pour convaincre elle a besoin d'offrir une perspective cohérente qui donne à rêver. Ce surplus d'âme, cette utopie crédible qui fait espérer et à laquelle, au moins en hypothèse, on adhère. L'équivalent des "lendemains qui chantent"   de 1936 ou des "jours heureux" du CNR.

J'ai quelques réserves sur les problématiques de la F.I. mais je peux envisager de me tromper. L'article de Fabien Escalona m'a donné l'occasion de lire un exposé de ces problématiques de la F.I. avec une grille d'analyse qui n'est pas la mienne. Mes réserves personnelles ne sont pas tombées et, d'une certaine façon l'éclairage donné par cet article me conduit à penser que l'enjeu de la F.I. est plus incertain que je ne l'imaginais initialement.

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

La réponse de "la Vierge" aux éructations du prophète face au drapeau européen, l'autre jour à l'Assemblée ?  laughing

cool

@ MDL

Le B.A BA de la démocratie.

Le drapeau a été planté là visiblement sans le vote du parlement.

Sa présence est donc anti-constitutionnelle.

Les élus du peuple n'ayant pas à obéïr à des pouvoirs non élus, le député Mélenchon a attiré note attention de citoyen sur une mesure qui nous a été imposé sans nous prévenir.

Le député Mélenchon demande donc en conséquence un vote démocratique sur la symbolique de l'Empire Européen.

Normal, non ?

Si les député-e-s votent pour son maintient dans l'hémicycle, ils l'auront fait démocratiquement en tant qu'élu-e-s du peuple et ils n'auront subit aucun pouvoir sans leur consentement.

Voilà ce qui me semble claire comme position d'élu.

Pas vous ?

 

J'ai lu avec beaucoup d'attention l'analyse de Fabien Escalona. Je me suis efforcé d'en utiliser les terme significatifs et les articulations. Voici ce que j'en ai retenu:

En tête de la gauche, la F.I. regroupe ceux qui contestent la mondialisation en raison de son caractère antidémocratique, inégalitaire et productiviste mais elle commence à peine à être médiatisé. Son ambition est d’incarner une nouvelle gauche, elle promeut un populisme de gauche et d’une certaine façon doit se caractériser comme un mouvement prophète. la F.I. doit clarifier son organisation et son rapport aux forces anciennes de la gauche, impliquer la gauche traditionnelle, historique, lier l’ancien et le nouveau. 

Mélenchon et ses proches, lorsqu’ils évoluaient encore au sein du PS, constituaient une des dernières factions idéologisées . Les dirigeants insoumis partagent une vision du monde. Ils sont les hérauts d’ une nouvelle offre idéologique qu’ils doivent imposer , la substituer à une idéologie existante,. Et se valider en exclusivité de l’identification politique qu’ils auront construite. 

On a pu observé qu’ils ont attiré les jeunes citoyens se détournant des formations établies, porteurs de sympathies partisanes moins marquées, plus volatiles. Mélenchon a été surreprésenté auprès des électeurs ne se déclarant proches d’aucun parti. La F.I. a le plus attiré les électeurs ne se situant « ni à droite, ni à gauche », ses candidats sont nettement surreprésentés auprès des 18-34 ans. Son électorat est essentiellement métropolitain populaire, incluant aussi des classes moyennes dotées d’un capital culturel plus élevé que leur capital économique. ceux qui aspirent à une mondialité égalitaire et démocratique.

Si je compare ce qui est dit ici de la F.I. par rapport au mouvement macronien, il me semble que ce qui les sépare tient essentiellement au fait que le mouvement macronien n'est pas préoccupé par un souci démocratique et /ou égalitaire et ne se s'inscrit pas dans une perspective de gauche puisqu'il se définit comme n'étant ni de droite ni de gauche. Cependant Fabien Escalona indique aussi, je cite "La F.I. a le plus attiré les électeurs ne se situant « ni à droite, ni à gauche ».

A contrario, autre remarque, la F.I. est assimilée d'emblée à la gauche, elle "est en tête de la gauche", elle a "l'ambition d’incarner une nouvelle gauche, elle promeut un "populisme de gauche" et cerise sur le gâteau elle doit se caractériser comme "un mouvement prophète".

Je pense qu'on voudra bien m'accorder de ne pas avoir travesti les propos de l'auteur mais, le cas échéant je suis près à revoir ma présentation.

En substance on nous dit que l'électorat de la F.I. ne se reconnaît dans aucune des options politiques historiques mais que pour l'instant elle n'a pas une perspective politique claire et univoque et qu'elle aura besoin de s'en doter pour trouver une certaine cohérence, capable de surplus, de se rallier les "forces anciennes de la gauche, impliquer la gauche traditionnelle, historique, lier l’ancien et le nouveau".

Il sera donc nécessaire que les tenants de cette gauche traditionnelle, historique, soient prêts à abdiquer le corpus idéologique qui est le leur, à moins que le corpus idéologique émergeant de la F.I. ne s'en rapproche fondamentalement.

On nous dit par ailleurs que Mélenchon et ses proches, lorsqu’ils évoluaient encore au sein du PS, constituaient une des dernières factions idéologisées . Les dirigeants insoumis partagent une vision du monde. Nous avons donc une situation où une équipe dirigeante, idéologisée et organisée, va devoir gagner à cette idéologie une masse de gens de bonne volonté, mais qui pour l'instant semble relativement peu idéologisés. L'auteur nous dit, à propos de ces dirigeants : "Ils sont les hérauts d’une nouvelle offre idéologique qu’ils doivent imposer , la substituer à une idéologie existante".

Se pose donc la question des cohérences suffisantes entre les idéologies traditionnelles et la nouvelle idéologie pour l'instant hypothétique, en admettant que l'éventail des valeurs ne pose pas de question indépassable. Pour l'instant le seul terme unificateur est le terme de "gauche", mais c'est un terme largement indéfini. Est-ce la personne qui peut se dire de gauche? ou les pairs qui l'entourent qui peuvent ainsi la qualifier. Nous savons que la signification historique de ce terme est évolutive. Il n'avait pas le même sens sous Louis-Philippe que sous le Philippe actuel.

A titre personnel j'avancerais bien que, quiconque ne reconnaît pas la réalité de la lutte de classes ne saurait se prétendre de gauche. On peut bien sûr en débattre.

Si je pose la question ainsi c'est qu'il me semble que, sans bien identifier le nœud dur de la contradiction fondamentale de notre société, je me demande bien comment on va pouvoir s'opposer aux logiques en œuvre qui conduisent aux dégâts que nous observons.

Une politique est elle la résultante d'un choix idéologique purement abstrait ou doit-elle nécessairement être en prise avec le réel?

Exemple: Si je constate qu'une entreprise pour fonctionner et obtenir des résultats doit nécessairement mobiliser et des capitaux investis et du travail humain, comment dois-je m'y prendre pour que les décisions mobilisent à la fois ce qui relève des investissement et ce qui relève du travail humain. En système capitaliste la réponse est claire: la décision relève uniquement de ceux qui maîtrisent l'investissement, c'est à dire les "capitaux". C'est pour cela que l'on parle de capitalisme. Serait-il impossible d'envisager de changer cette règle? A quelle réactions devons-nous nous préparer? Quelles seraient les conséquences pratiques immédiates d'une telle décision.

Je pourrais soulever quelques question du même type. Si j'ouvre ce volet c'est pour que la question suivante n'échappe à personne: Peut-on imaginer une politique qui ne vise pas à transformer la réalité? N'y a-t-il pas une rationalité des rapports humain à prendre en compte pour trouver des réponse à des questions sociales et sociétales qui n'en ont pas encore trouver?

Vu sous cet angle, "l'invention" escomptée d'une orientation politique fleurissant dans une poignée de cerveaux particulièrement avertis suffira-t-elle à rassembler si elle ne s'engage pas sur les chemins déjà ouverts de dépassement du capitalisme?

Contester la mondialisation ! ça alors c'est fort ! moi, je conteste le mauvais temps !

"... la F.I. regroupe ceux qui contestent la mondialisation en raison de son caractère antidémocratique, inégalitaire et productiviste ..."

Il faut reprendre toute l'expression si vous voulez comprendre.Dans le texte de Fabien Escalona il est précisément écrit:

"Mélenchon a capté un électorat métropolitain populaire, ainsi que de classes moyennes dotées d’un capital culturel plus élevé que leur capital économique. Ces deux couches sociales, en ascension démographique, sont aussi celles dont les intérêts sont au cœur du nouveau clivage évoqué plus haut, lequel oppose en gros ceux qui acceptent la mondialisation du capital et ses exigences, et ceux qui aspirent à une mondialité égalitaire et démocratique."

Votre analyse de cet article me plait bien. Notamment "A titre personnel j'avancerais bien que, quiconque ne reconnaît pas la réalité de la lutte de classes ne saurait se prétendre de gauche. On peut bien sûr en débattre."

 Concernant votre conclusion : "Vu sous cet angle, "l'invention" escomptée d'une orientation politique fleurissant dans une poignée de cerveaux particulièrement avertis suffira-t-elle à rassembler si elle ne s'engage pas sur les chemins déjà ouverts de dépassement du capitalisme?"

 Sans doute suis-je trop naïf, mais quand je lis le programme l'Avenir en Commun dans son entier, et même s'il ne le dit pas, je lui trouve un goût d'anti capitalisme certain. C'est un programme dont l'exécution devait s'étaler sur cinq ans, qui redonne du pouvoir à la classe des travailleurs, et rien n'est dit sur la suite qu'on aurait pu y donner si le peuple l'avait choisi.  

@ JusteJuste

Vous dites :" Contester la mondialisation ! ça alors c'est fort ! moi, je conteste le mauvais temps ! "

Vous devriez vous méfier un peu plus de la météo en ces temps de réchauffement climatique et d'anthropocène. Il est des pluies acides ou radioactives que n'ont pas goutté nos ancêtres les gaulois.

Ceci étant dit, tout occupé à "naturaliser " le capitalisme, vous apparaissez comme le ravi de la crèche à plus d'un titre.

Prenez le temps de lire ou de chausser vos lunettes, car visiblement votre dégénérescence maculaire vous aura fait rater l'essentiel des paroles de M.Escalona, qui dès leur lecture, sont déjà doubles :

M.Escalona : " Ces deux couches sociales, en ascension démographique, sont aussi celles dont les intérêts sont au cœur du nouveau clivage évoqué plus haut, lequel oppose en gros ceux qui acceptent la mondialisation du capital et ses exigences, et ceux qui aspirent à une mondialité égalitaire et démocratique. "

La mondialisation capitaliste c'est un peu comme la météo, cela suppose certaines conditions spécifiques et il peut y avoir plusieurs lectures de l'évènement.Un glissement de terrain qui  emporte tout un village peut avoir diverses causes. Purement "érosion naturelle" ou " érosion accidentelle du fait d'une agriculture intensive ". Dès lors, oui, un républicain catholique, un Thatchérien, un écologiste, un je-m'en-foutiste, ne verront pas tous la même chose dans le phénomène de la dite Mondialisation.

Il faut poursuivre la phrase, au delà des mots jetés en pâture comme des évidences ininterrogeables par les médias commerciaux .

Quand demain, vous entendrez le  mot " Mondialisation " , n'oubliez pas de la caractériser à l'aune du XXI° siècle et pas au temps de Christophe Colomb.

N'oubliez pas de la préciser en rajoutant comme le fait Monsieur Escalona :

" La mondialisation du capital et ses exigences " :  ceux qui acceptent d'y être soumis et tous les autres, toutes les Insoumises et tous les Insoumis.

smilewink

Je reviens avec un peu de décalage sur votre commentaire:

"..quand je lis le programme l'Avenir en Commun dans son entier, et même s'il ne le dit pas, je lui trouve un goût d'anti capitalisme certain"

C'est peut être çà le problème. Je peux comme vous penser qu'il y a des mesures positives proposées par ce programme. Toute la question est de savoir laquelle ou lesquelles de ces mesures vont être des moyens de limiter la capacité d'intervention de la classe capitaliste dans la politique utile au monde du travail. Mélenchon se dit Keynésien. Keynes ne remettait pas en question le capitalisme, il utilisais les moyens de l'État pour remédier aux incapacités du capitalisme.

Cet article ne manque pas d'intérêt mais je me méfie des catégorisations sommaires telles que celles qui sont employées ici sans beaucoup de dialectique. Tout mouvement politique se doit de développer deux axes: proposer une vision de l'avenir (le côté "prophète") et s'employer à déplacer et remplacer le pouvoir en place (le côté "challenger").
Bref, cette dichotomie prophète/challenger ne me convainc pas vraiment.

Parler du PSU est hors sujet car ce parti était un parti de gauche, hostile au culte de la personnalité, anti mitterrandien, pro européen, non nationaliste, non populiste, par bien des cotés libéral-libertaire, autogestionnaire, girondin, fédéraliste, sincère, n'ayant pas l'insulte, le dogmatisme et l'excommunication comme seul mode de dialectique, hostile à l'élection du président au suffrage universel direct, pour une 6ème république non référendaire, hostile au mandat impératif, c'était en outre un vrai parti démocratique avec de vrais sections et de vrais débats. Tout le contraire de FI! J'ai été, lycéen, le plus jeune adhèrent de ce parti en 69 et je peux vous dire qu'il n'y a rien en commun avec ce que donnent à voir FI et JLM qui ne constituent pas une solution mais un problème.
Lire L'imposture Mélenchon

trop passionné comme réquisitoire pour être pertinent..

Ce type est le seul á avoir fédéré ce qui reste de citoyens de gauche (á part les miettes).

L'autre option est le désengagement (nul, blanc, abstention) qui ne débouche sur rien, la légitimité des urnes passant aux oubliettes dés le spectacle de la formation du gouvernement avec son lot de mini scandales.

 

undecided

@ Jean-Pierre Roche

L'imposture Mélenchon ?

C'est un peu dégueulasse de vouloir abattre un honnête homme.

On dirait la parole d'un assassin.

Vous êtes un chasseur de prime ?

Imaginez que je chausse ma trompette antique pour lancer une fatwa en des termes identiques :

" L'imposture Jean-Pierre Roche "

Ce serait vraiment dégueulasse n'est-ce pas ?

Parce qu'au demeurant quand je lis cet article, vous n'apparaissez pas comme étant un monstre assoiffé de sang, assis humblement sur votre tortue.

Et le Tango, et bien oui, c'est la grande classe, bravo à vous !  :

( Source) : L'Observateur :

" Jean-Pierre Roche : Portrait d'un Original "

http://lesmunicipalesabordeaux.blogs.nouvelobs.com/archive/2008/02/01/jean-pierre-roche-portrait-d-un-original.html

 

  • Nouveau
  • 24/06/2017 01:07
  • Par

"De la candidature de Pierre Juquin en 1988 à l’essoufflement du Front de gauche dans les années 2010," Ah bon???? et 2012 non????

Oui tout à fait, le PSU, Juquin, le Mouvement des Citoyens, Les Verts, l'Altermondialisme, Seattle, Gêne 2001, Attac, Nuit Debout, etc, etc....toutes les dissidences et tous les combats minoritaires à Gauche pour une relecture des choses au delà de la simple critique, déjà largement audacieuse du "productivisme pétrolier et nucléariste "...oui, oui, M.Escalona a parfaitement bien compris ce qui existe.

Tiens le titre m'amuse beaucoup et m'invite à penser que. .. Une France Insoumise totalement soumise à son prophète. A quand une France Insoumise qui rejette toute personne providentielle? Est il besoin de rappeler une fois encore que dieu n'existe pas

@ Bruno Ricquebourg

Ni Dieu, ni Maître ! 

Ni Doudou, Ni Poulpe ! wink

( Vous devriez aller refaire une tranche chez un psy car la poutre est dans votre œil et votre complexe d’œdipe récurrent est assez chiant, il faut bien le dire.)

Amen !

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.
Ce commentaire a été dépublié par son auteur.
  • Nouveau
  • 24/06/2017 10:51
  • Par