Enceintes, exilées, elles vivent à la rue

Par
Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Tous les commentaires

Merci pour cette émission qui dit beaucoup à propos du cynisme politique...

Ne pourrait-on envoyer un lien pour que le prochain conseil des ministres serve à écouter, voir et avoir honte ?... Et si c'est refusé par nos élites pour qui "il n'y a pas d'autres alternatives", alors appelons à la Révolution Culturelle !

Une fellation pour un ticket de métro. C'est ce que l'histoire retiendra comme "l'effet Darmanin".

Que reste t-il à sauver de cette République en décomposition à part ces qqs citoyens exemplaires?

Un détail, mais j'ai peu apprécié la façon dont le modérateur a clos le débat, pour tenir dans son format. Il ne se refait décidément pas le Mathieu, un présentateur est avant tout un communiquant... Je ne sais pas ce qu'en aura pensé Mme Rolland.

tout à fait d'accord avec vous Louispascal sur cette émission où on voit deux faces de la France, l'une solidaire, humaniste, qui se débrouille avec les moyens du bord c'est à dire le plus souvent du bricolage, l'inventivité et de l'autre le cynisme de l’État qui se défausse sur les associations et ne respecte même pas ses propres lois.

Entièrement d'accord aussi sur la manière dont le journaliste a clos le débat. Je n'ai pas d'à priori contre lui mais là j'ai l'impression qu'il se fait formater par les TV ou radios mainstream

En effet, Mathieu Magnaudeix semble manquer de "bouteille" et s'inspirer de ses confrères mainstream.

Il faut voir comment il tarabuste Elias Sanbar, représentant de LaPalestine à l'Unesco, (ALL 105, 18/05/21, 12:00) ou comment il laisse parler sans aucun questionnement une Ukrainienne résidente en France qui déclare avoir pour mission de trouver des armes ou munitions de guerre.

Pourtant, cela ferait un excellent sujet d'enquête pour Médiapart: "Comment se procurer du matériel de guerre en France en enjambant la CIEMG (Comission Interministérielle d'Exportation de Materiel de Guerre).

Où sont les pères ?

Les pères sont souvent leurs violeurs. Vous avez vraiment regardé toute la vidéo ?

Merci pour cette émission et pour l'excellent reportage qui se passe dans mon quartier...

Dans le nouveau squat, il y a de l'eau courante mais elle n'est pas potable...

Le weekend dernier, des "gros bras" sont venus menacer ce groupe de migrants de violence s'ils ne quittaient pas le nouveau squat... Des habitants se sont mobilisés pour faire la garde en nombre... Les "gros bras" ne sont pas revenus....

Bien, bravo, cela remonte un peu le niveau de ce pays, et notre niveau à toutes, à tous.

  • Nouveau
  • 22/06/2022 23:32
  • Par

Il existe au Canada. en Belgique et mais aussi en France les bébés papiers ou bébés visas dommage que l’on n’en parle pas ici.( voir les articles de journaux ou reportages ds ces pays cités ) et certainement ailleurs.le droit du sol s’applique. Mais que d’épreuves pour ces mamans et surtout pour ces enfants. Avoir des enfants ( qu’importe le père ) pour pouvoir rester.  Certaines de ces femmes tomberont enceintes en France - père absent ou reconnaissance d’un enfant par un  «père » qu’il faudra payer, le prix des papiers. Quelle tristesse ! 

Vous oubliez les viols... et un rapport sexuel sous contrainte est un viol. Même si la victime s'y résigne et y "consent".

Ah lala ! toujours ce même refrain "on ne peut pas accueillir toute la misère du monde..." Qui sait si un jour Phil3906 où un de ses enfants ou petits enfants ne sera pas dans le même cas ?

En attendant, nous avons des ménages pauvres et des personnes âgées en France vivant dans des conditions déplorables avec des pensions de misère. Vous voulez quoi? Accueillir toute l'Afrique? C'est ce genre de raisonnement mortifère qui vient d'envoyer 89 députés RN à l'Assemblée. Continuons comme cela, ne changeons rien. Allez jeter un coup d'oeil sur les scandales de corruption et les détournements en Afrique et vous comprendrez l'étendue du problème. 

Mais votre pays est celui qui pille l'Afrique, vous ne le savez pas ? Je peux détailler, chiffrer, rappeler, etc... mais c'est de notoriété publique, non ?

Ces femmes sont le résultat aussi des politiques économiques, financières, de votre pays.

Enfin, vous avez vraiment les moyens d'accueillir les Ukrainien.nes ? Parce que, visiblement, dans leur cas, le raisonnement n'a plus cours. 

Vous mentez.

Il n'est pas question d'accueillir "toute l'Afrique".

Déjà, arrêtez de la piller, d'y fomenter guerres et coups d'état.

Ensuite, contrairement à ce que vous croyez, c'est l'Afrique qui accueille les Africain.es. 

Enfin, vos milliardaires se sont faits des couilles en or pendant la pandémie. Ce que vous citez ne sont rien d'autre que le résultat de choix politituqes pour enrichir les capitalistes, les grands groupes en appauvrissant l'Etat, les services sociaux. 

Désolé, mais vous semblez ne pas comprendre la et les situation.s ni connaître de personnes vivant ces exils. Il n'y pas besoin que le pays soit en guerre pour que des personnes soient obligées de fuir. Et de nombreuses raisons pour fuir, dont le désir de survivre, à des persécutions quand il n'y a pas de possibilités de trouver secours au pays, à des exclusions familiales, de clans, de communautés, etc. bref. de fuir une misère invivable (je ne parle pas des Français choisissant d'aller travailler en suisse ou au canada ou en Australie, migrants économiques avec un choix réel mais qu'on ne dénonce pas trop?)

Quant aux limites de la France, elles sont très au-dessus des limites des pays qui accueillent la majorité des personnes (pays limitrophes des pays d'origine), et pour la part qui vient en Europe, la France fait pâle figure, malgré sa puissance.

Enfin, en ce qui concerne l'argument économique (qu'on ne peut circonscrire à une zone puisque les ressources d'un pays sont parfois fortement aider par celles d'un autre, cf. l'histoire de l'enrichissement des pays d'Europe dont la France)

Au total, comment considère-t-on un être humain, respecte-t-on sa dignité, favorise-t-on son accès aux soins?

(Et d'où est-ce que je parle, moi, commentateur sur  Médiapart?)
Bonsoir

La France pille l'Afrique, ah bon? Et ca serait de notoriété publique.  Je suis preneur de vos détails et de vos chiffres. 

Affirmer que ''Ces femmes sont le résultat aussi des politiques, économiques et financières de votre pays'' n'est pas sérieux. Merci de développer. 

Enfin, je ne sais si vous suivez l'actualité, mais il y a un pays qui est en train de se faire ratiboiser par des obus au nom de la haine de l'occident. L'Europe et la France accueillent des ukrainiens et non uniquement des ukrainiennes. Vous prenez la France pour un maquereau?

 

Il faut garder votre calme car nous sommes là pour débattre. Vous ne pouvez pas traiter quelqu'un de menteur sous prétexte que ce qu'il écrit ne vous plaît pas. 

Par ailleurs vos propos sont un peu décousus et confus. Je crois y déceler avant tout beaucoup de ressentiment, de colère voire de haine à l'égard de la France. 

Pour vous répondre sur l'accusation de pillage et de vouloir fomenter des coups d'état, je tiens à vous rassurer sur le fait qu'il y a bien longtemps que la France n'a plus les moyens de fomenter quelque coup d'état que ce soit et que malgré les discours l'Afrique est plutôt considérée comme un boulet que comme l'avant garde d'un horizon radieux. 

A bon entendeur. 

 

Bonsoir,

Votre réponse pose de fait un problème central: celui de l'aptitude et de la capacité de la France à pouvoir apporter une réponse aux maux que vous décrivez.   

Il se trouve que de par mon métier, je suis précisément au contact des réalités que vous décrivez.

Vous avez tout à fait raison de dire qu'il s'agit d'un sujet sensible car il touche à la dignité de la personne humaine. 

Il est bien entendu que nous ne vivons pas dans un monde parfait. Les inégalités sont multiples. et persistantes. La pauvreté dans le monde demeure bien réelle même si selon la Banque Mondiale, elle a régressé depuis trente ans c'est à dire depuis 1990 et la fin de l'URSS qui a donné le coup d'envoi de la mondialisation, cette dernière ayant permis de faire reculer, selon la thèse officielle, la pauvreté dans le monde. Personnellement, je ne considère pas que passer d'un Dollar par jour ce qui correspond au seuil de pauvreté de beaucoup de pays en développement à 2,5 Dollars par jour soit une grande avancée en matière d'éradication de la pauvreté. Mais enfin, cela fait tout de même une augmentation de 150% du revenu sur trente ans. Rien de bien glorieux, j'en conviens étant entendu que la qualité des services de base (santé, éducation, accès à l'eau et l'assainissement) dans de nombreux pays en développement n'a souvent que peu progressé voire s'est détériorée - pour les gens en situation d'y avoir accès.

Dans ces conditions, on ne peut que comprendre la tentation des populations de ces pays de vouloir trouver de meilleures conditions de vie ailleurs et fuir la misère dont ils sont victimes en France ou ailleurs en Europe ou aux Etats Unis. 

Pour autant, je maintiens que la France doit reprendre le contrôle de son immigration. Cela doit se faire sans se renier ni mettre la poussière sous le tapis. Ne serait ce que pour lui permettre d'absorber de manière décente, l'immigration fraichement naturalisée. C'est une attitude de raison et de bon sens. 

Sur ce point, vous dites que les limites de la France sont très supérieures à celles d'autres états et qu'elle peut se permettre d'être généreuse et altruiste. Je crains malheureusement que cela ne soit plus le cas depuis bien longtemps. L'endettement de la France est colossal et atteignait fin 2021, 2813 Milliards d'Euros soit 113% du PIB. Pour mémoire, elle s'élevait à 112 milliards d'Euros en 1981 représentant 20,2% du PIB. A l'heure actuelle, chaque français - y compris le prochain bébé qui s'apprête à naître - a donc sur sa tête 41.600 Euros de dette publique exigible contre....2200 Euros en 1981. Tout ceci en grande partie à cause de l'irresponsabilité de nos dirigeants accrochés à leur mandat électoral comme une moule à son rocher fuyant leurs responsabilités et de notre généreux modèle social, formidable machine à créer de la pauvreté et non de la richesse car il nous appauvrit en augmentant chaque année la charge de notre dette. A titre d'exemple, l'Aide Médicale d'Etat (AME) réservée aux étrangers en situation irrégulière -  coûte chaque année à l'Etat environ 1 Milliard d'Euros. La tentation est grande de dire qu'il s'agit là d'une goutte d'eau par rapport au total de nos dépenses. Toutefois ce milliard est payé par nos impôts, par nos diverses taxes, par la TVA et pourrait être, à l'évidence, utilisé autrement. Dans le même temps, nous avons des ménages français pauvres qui ne vont pas chez le dentiste ou ne peuvent changer leur lunettes car ils n'ont pas de mutuelle. Est ce que tout cela est normal? Et que dire de la situation dans nos outre mers notamment à la Réunion, Département cher à mon coeur, que je connais bien pour y avoir vécu où plus de 39% de la population vivait en dessous du seuil de pauvreté et où le taux d'emploi était de 46% contre 66% en métropole en 2019, plus de 200.000 familles vivant dans des habitations précaires avec des toits de tôle sur la tête. Une honte pour la France.

Je suis désolé d'avoir à opposer des arguments financiers aux arguments moraux de solidarité et d'humanisme qui sont les vôtres et qui sont éminemment nobles et respectables. Mais la vérité est que la France est actuellement dans la situation du Titanic s'approchant de l'iceberg qui causa sa perte et qu'au lieu de ralentir, elle accélère. En 2021, la dépense publique a atteint le chiffre record de 59,2% du PIB soit 1475 milliards. Un quasi record du monde. Nous sommes dans les pas de la Grèce précédés uniquement par l'Espagne et l'Italie. Et à moins d'un sursaut, nous courrons le risque de le payer très cher tant notre modèle n'est plus viable et prend eau de toutes parts. Notre dette publique est détenue à 70% environ par des créanciers étrangers. Lorsque ceux-ci auront jugé comme ils l'ont fait pour la Grèce que la probabilité du risque de non remboursement de la dette contractée a augmenté, ils nous présenteront l'addition. Et pour avoir participé à des négociations avec le FMI dans des pays émergents, je puis vous garantir qu'elle sera salée. Le coût social des mesures qui devront être prises dans l'urgence pour équilibrer le budget et trouver des ressources fera passer l'épisode des Gilets Jaunes pour une promenade de santé le long des quai de seine. Et là on entendra les cris d'orfraie des uns et des autres déchainés contre un Etat qui a été trop dépensier et qui devra s'improviser prédateur pour sauver le pays de la banqueroute. 

Ce scénario est tout à fait plausible même si je prie pour qu'il n'en soit rien. Pour l'éviter, nous devons absolument dans les années qui viennent diminuer drastiquement notre dépense publique pour permettre à nos enfants de ne pas vivre un enfer et payer pour nos erreurs funestes. L'utilité de chaque Euro dépensé devra être pesée au trébuchet et chaque élément de la dépense publique passée à la paille de fer et la main du nettoyeur ne devra pas trembler. 

Dans ce contexte, la France n'a plus les moyens d'être généreuse avec le monde entier et d'accueillir les déshérités si tant est qu'elle n'en ait jamais eu réellement les moyens aveuglée qu'elle était par sa fuite en avant désespérée. Elle doit devenir plus sélective. Ce qui ne veut pas dire de passer par une politique d'immigration zéro. Mais recourir à une politique d'immigration organisée et planifiée en fonction des besoins de développement notre économie laquelle doit veiller également à ne pas siphonner les pays du sud de leurs compétences (médecins, ingénieurs, etc.) comme cela se fait actuellement créant d'autres problèmes.        

Tout cela pose bien entendu la question de l'avenir de la politique de solidarité avec les pays en développement et émergents et des transferts d'aide effectués chaque année. Mon opinion est que les pays développés de l'OCDE (USA, France Italie, Espagne, etc.) principaux contributeurs n'en font pas assez. L'Aide publique au développement (APD) au niveau international a atteint 179 Milliards de Dollars en 2021. La France y a contribué à hauteur de 15 milliards. 33,3 Milliards de Dollars soit 18,6% de cette aide ont été dirigés vers l'Afrique qui comptait 1,4 milliards d'habitants en 2021, l'APD par tête s'est donc élevée en moyenne à 23,8 Dollars par an. C'est trop peu. Il faut augmenter l'APD, en faire un outil plus efficace au service des besoins essentiels des populations (santé, éducation, eau, énergie) et moins des gouvernements. Cela doit s'accompagner par une remise à plat de la politique de gouvernance de l'aide au développement. 

Cordialement.  

        

Merci pour votre réponse et le temps pris pour écrire votre argumentation détaillée (je vous recommande, sans approuver).

Je dis juste et/ou répète:

- la France est très sélective avec les étrangers, et l'administration préfectorale les maltraite (Cf. les nièmes alertes de la CIMADE, MDM, etc.) et n'accueille qu'une part très faible des exilé.es dans le monde et même d'Europe dès qu'on rapporte les nombres de "migrants" à la population (cf. les données de l'ICM et des articles de son directeur François Héran, ou ses cours au collège de France). Il faut voir le rapport entrées / sorties, les motifs divers (part des étudiants, des regroupement familiaux, des demandeurs d'asile qui n'est pas le principal). Personne ne demande à la France d'être "généreuse" avec le monde entier. On demande qu'elle respecte au minimum ses valeurs d'abord, ses propres lois ensuite

- L'appel d'air est un mythe: les gens qui prennent le risque de l'exil le feront toujours. Les barrières mises en place n'ont pour effet que d'aggraver les parcours : conditions inhumaines et meurtrières, coût et trafic, exploitations humaines, etc. "Nous" en sommes co-responsables avec les pays Européens. Ces barrières et la diminution des voies légales d'entrée (pour certains humains) obligent à des parcours différents et sature le dispositif d'asile. Sur le dispositif d'asile, on reste dans un arbitraire, dans l'injustice qui produit un grand nombre de situations dramatiques, puisque les gens qui fuient la mort ne repartiront pas.

- Les personnes qui sont ici doivent être d'abord accueillies, hébergées, et soignées. On peut discuter après de la suite de leur parcours.

- Le problème est que l'administration française choisit délibérément de "pourrir" la vie des gens, en ne respectant pas ses propres lois, avec des conséquences économiques: le non-accueil amène amène un coût considérable (évoqué dans l'émission).

- Il y a une absurdité en refusant le droit de travail (même à des personnes en France depuis des années et sans limite de durée...) du point de vue même des critères économiques et des arguments récurrents de "protection" des intérêts des nationaux (contre ceux des étrangers) : les entreprises sont en difficulté pour recruter actuellement, pas seulement dans les boulangeries, restauration, bâtiments, mais aussi dans l'industrie et à tous niveaux de formation, tandis que nombre de jeunes étrangers formés n'obtiennent pas de papier, alors que les entreprises les attendent, et ceci sans pénaliser nullement les autochtones..

- Il y a un aveuglement ou un déni ou une sous-estimation des effets de cette politique sur la santé, des adultes et des enfants, dont les parcours à la rue ou en habitat indigne, dans la honte de la dépendance, détruisent à petit feu les vies et la santé.

Tout ceci est complexe, mais la stratégie administrative est absurde et inhumaine, crée un désordre (limitation drastique de l'hébergement en défiant la loi), désordre qui sert d'argument pour cet "ordre" qui devient motif à créer ce désordre (gens à la rue, encombrement des tribunaux et recours, crise de l'hébergement, et exhibition d'une misère qui fait peur et produit le rejet). Le droit de séjour et de travail change la vie des gens, libère de la dépendance (qui détruit les personnes, obligées de s'y soumettre dans notre système) et contribuerait à éliminer cet argument (que nous avons créé par ce régime) d'un coût pour la société. (Cf le coût pour la société de l'immigration, qui est au mieux favorable pour la France, au pire sans effet limité)

Et l'aide aux pays à augmenter (OK) devrait commencer par l'arrêt de l'exploitation des ressources (cf. la question des métaux rares et ressources énergétiques fossiles en Afrique Centrale et subsaharienne, par ex.)

Les pratiques actuelles sont également toxiques en épuisant les personnels administratifs obligés à un travail non éthique, avec une réduction des effectifs de soutien social (du même type que ce qui se passe dans la santé), et on observe une saturation progressive de ce qui fait tenir la boutique France, les associations humanitaires ou d'aide, qui viennent se fracasser sur les pratiques du ministère de l'intérieur.

La mise au centre du débat médiatico-politique actuelle de la question "migratoire" est un dérivatif malvenu aux problèmes socio-économiques (les inégalités en France, en Europe et dans le monde), et aux problèmes climatiques.

(Fin de ce prêche dérisoire)

Bonne fin de semaine

Merci également d'avoir pris le temps et le soin de me répondre. Bien à vous. 

Pour celles et ceux qui disent et répètent en boucle les mots "Etat de droit", ou "pays des droits de l'homme", cette émission met les choses à leur place.

La France n'est pas un Etat de droit. Elle est un état de fait. Elle viole ses propres lois, constamment, tous les jours et chaque heure.

Elle viole les règles "communautaires" quand elles contrarient, même marginalement, les intérêts et les désidérata de sa classe dominante. Constamment, tous les jours et chaque heure.

Elle discrimine ouvertement, à la fois les étrangers, sur la base de la couleur de peau, de la culture et de la religion, comme on le voir revendiqué pour les Ukrainien.nes, et bien sûr, elle discrimine au sein de son propre peuple, de ses citoyens.

Ce que montre la vidéo est encore autre chose.

Autre chose que le racisme qui a toujours structuré l'Etat français.

Autre chose que le mépris de genre et de classe qui a toujours structuré l'Etat français.

Elle montre une cruauté d'Etat, appliquée méthodiquement, froidement, cyniquement, avec toujours le discours abject sur "on ne peut pas accueillir toute la misère du monde". Alors qu'elle n'accueille même pas la misère dont elle est responsable et préfère engraisser ses très riches que prendre soin de sa population.

Pour les arguments crapuleux sur ce que coûte l'accueil indigne, il suffit d'écouter ce que démontre la responsable de Médecins du Monde, à savoir que c'est une politique très onéreuse, de gaspillage de l'argent public. En réalité, l'Etat raciste investit dans la maltraitance à des fins de dissuasion, un comportement criminel au sens strict du terme. L'Etat français est une structure criminelle.

En vérité, en regardant les visages, pas de ces femmes migrantes, on s'y attend, mais le regard, le visage des personnes invitées sur le plateau, de certaines françaises impliquées, on voit parfois des gens au bord de la rupture.

La honte. Être né.e sous le signe de l'hexagone, comme disait Renaud, c'est pas la gloire en vérité.

Et la docteure de Médecins du Monde a raison. Au lieu de se goberger en se proclamant "pays des droits de l'homme", les Français devraient se regarder en face. Nous devrions nous regarder en face. Français ou pas, d'ailleurs, et en particulier toutes celles et ceux qui nous voulons, nous prétendons, voire nous croyons des "citoyen.nes du monde". Et qui donnons des leçons de féminisme et de droits humains à toute la planète quand on les foule aux pieds en notre nom.

Soutien aux migrants, particulièrement aux migrantes, ce sont toujours les femmes qui payent le prix fort des injustices et des cruautés sociales.

Et soutien, admiration pour toutes ces personnes solidaires qui s'acharnent en première ligne contre l'injustice.

Ces personnes qui se battent avec courage et dignité, et toutes celles qui les accompagnent, mettent nos paroles, nos principes devant leur réalité, ou leur inconsistance. Que sommes-nous, qui sommes-nous et où allons-nous ? Ces personnes nous posent la question.

Ce commentaire a été dépublié par son auteur·e.

Merci pour votre reportage-émission, et les apports de vos invitées. Emission d'utilité publique!

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous