À Trappes, les violences font écho à la montée de l’islamophobie

Par

L’enchaînement des événements ce week-end à Trappes est symptomatique d’un climat extrêmement tendu dans certaines cités. Il fait écho à des faits analogues à Argenteuil à un moment où les actes visant les musulmans sont de plus en plus fréquents.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’attaque à l’arme blanche, le 14 juillet, fête nationale, à Trappes d’une femme portant un voile, alors qu’elle rentrait chez elle accompagnée de sa nièce, a précédé l’explosion de violence le week-end passé dans cette ville pauvre de 30 000 habitants des Yvelines. Des propos islamophobes avaient été proférés par les agresseurs, deux hommes d’une trentaine d’années, qui ont été arrêtés, jugés en comparution immédiate devant le tribunal correctionnel de Versailles et condamnés.