La laïcité est-elle soluble dans le sarkozysme?

Par
Deux jours de suite, jeudi 21 août et vendredi 22, l'actualité politique française a tourné autour de deux lieux de culte, l'église Saint-Louis des Invalides pour l'hommage aux dix soldats tués, et le temple Lerab Ling dans l'Hérault, consacré par le dalaï-lama à l'occasion de sa visite pastorale en France comme le plus vaste lieu spirituel du bouddhisme en Europe.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Marc Blondel a vu "le citoyen président et un bon paquet de ministres de la République" se signer en entrant et en sortant, jeudi 21 août, en l'église Saint-Louis des Invalides. L'ancien syndicaliste, devenu patron de "La Libre pensée", ne décolère pas. "C'est anormal et honteux. Quand on représente l'Etat, surtout quand des soldats sont morts en mission pour leur pays, on n'a pas à mélanger le spirituel et le temporel. La nouvelle politique de civilisation prônée par Nicolas Sarkozy s'apparente à un retour en arrière, avant 1905, et à une confusion contraire au texte constitutionnel et à la tradition républicaine."