A Besançon, l’arrêté anti-mendicité ravive l’hostilité à l’égard des sans-abri

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Besançon (Doubs), envoyée spéciale.– Depuis quinze jours, Morgan et Vanessa sont installés au début de la rue des Granges. Le couple y passe une bonne partie de ses journées, assis, un pull étalé sur les pavés en guise de coussin, un bout de chiffon devant eux pour signifier aux passants qu’ils peuvent laisser quelques pièces. Ils s’estiment plutôt bien lotis : les flâneurs sont nombreux dans cette rue commerçante et les tenants de la supérette et du tabac d’en face ne leur cherchent pas de noises.