Moines de Tibéhirine: trois rapports secrets sèment le trouble

Par et

Mediapart publie trois rapports du contre-espionnage récemment déclassifiés, rédigés par le général Philippe Rondot, qui pointent la «lenteur perceptible» des services algériens dans l'affaire des moines de Tibéhirine et leur «tolérance relative» à l'égard d'un leader des Groupes islamiques armés, Djamel Zitouni, soupçonné d'être à l'origine du rapt des religieux français.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le rôle ambigu des services secrets algériens dans l'affaire des moines de Tibéhirine apparaît désormais comme un élément central de l'enquête du juge Marc Trévidic. C'est ce qui ressort des informations contenues dans plusieurs rapports du contre-espionnage français qui ont été récemment déclassifiés à la demande du magistrat.