Contre le socialisme de caserne, le débat

Par

Valls ou la faiblesse du caporalisme comme ligne politique: le premier ministre ne veut pas d'un débat à l'heure où il entend, seul, en finir avec la « gauche passéiste ». Sur Mediapart, nous lançons ce débat en publiant trois textes d'Aurélie Filippetti, Cécile Duflot et Jean-Luc Mélenchon.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Et maintenant la purge ! Voilà que nos hérauts du social-libéralisme (mais est-il encore social ?), qui tiennent le gouvernement depuis la nomination de Manuel Valls à Matignon, font leur le vieux principe léniniste : le parti se renforce en s’épurant. Haro donc sur les voix dissonantes. Le limogeage du gouvernement, au mois d’août, d’Arnaud Montebourg, d’Aurélie Filippetti et de Benoît Hamon n’était qu’un hors-d’œuvre. Il faudrait maintenant engager des procédures d’exclusion du parti socialiste pour les grandes gueules (visé, Gérard Filoche) comme pour les voix dissidentes et critiques de ces anciens ministres qui refusent de se taire (lire ici l’article de Mathieu Magnaudeix).