Bavure mortelle: la justice esquive depuis dix ans

Par

En 2007, Olivier Massonnaud a été tué d’une balle dans le ventre par un policier alors qu’il n’avait pas d’arme. Longtemps enterrée au tribunal de Poitiers, l’affaire est toujours en suspens. Un cas qui illustre le traitement très particulier des bavures par la justice.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La clémence dont font le plus souvent preuve les magistrats envers les policiers et les gendarmes, lorsqu’il s’agit de les poursuivre ou de les juger, est connue et documentée. Plusieurs facteurs se conjuguent pour expliquer cette mansuétude, alors que, dans le même temps, ceux qui s’en prennent aux forces de l’ordre sont traités avec la plus grande sévérité par les tribunaux. Échanges professionnels quotidiens, forte interdépendance (structurelle et opérationnelle), proximité géographique, liens personnels, communauté d’idées, pressions politiques, syndicales et hiérarchiques, tout incite les magistrats à ne traiter les violences policières et les bavures qu’avec la plus extrême prudence.