«Gilets jaunes»: l’exécutif cherche une porte de sortie

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il y a encore une semaine, le gouvernement se disait « très vigilant et très attentif » face à la mobilisation des « gilets jaunes », dont chacun reconnaissait qu’il était difficile de mesurer et l’ampleur et la portée. Le 17 novembre, la première journée de manifestation, qui a réuni environ 287 000 personnes selon les chiffres du ministère de l’intérieur, a donné à l’exécutif quelques indicateurs, confirmant par là même l’une de ses principales craintes : celle de n’avoir aucune prise sur un mouvement qui perdure.