Christiane Taubira, la ministre effacée

Par et

Elle a été l’icône de la gauche avec le mariage pour tous. Deux ans plus tard, la garde des Sceaux a tout accepté : le virage libéral, le virage sécuritaire avec l'état d'urgence, et une réforme de la justice a minima. En janvier, c’est même elle qui portera la réforme constitutionnelle annoncée après les attentats du 13 novembre.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Mais que fait-elle encore là ? Christiane Taubira a commencé le quinquennat de François Hollande en devenant l’icône de la gauche lors du mariage pour tous. Depuis, la ministre de la justice a dû tout accepter pour conserver son poste : le virage libéral, le virage sécuritaire et une réforme de la justice a minima. À tel point qu’elle est en passe d’incarner, à son tour, la déception d’un électorat qui croit de moins en moins au pouvoir qu’il a élu.