Dans le rétro du FN: 1974, ou la (re)naissance d'un tribun

Par Valérie Igounet
L'historienne Valérie Igounet revient, pour notre édition spéciale « Front national : l'œil des chercheurs », sur la patiente construction d'un parti né au début des années 1970 aux marges de l'extrême droite, et la façon dont il s'est forgé, au gré des scrutins présidentiels, un destin qualifié d'incontournable pour le second tour de la présidentielle de 2017.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Tel le phénix qui renaît de ses cendres, la droite nationale est à nouveau présente dans l’état (sic) français, plus jeune, plus vivace, plus efficace que jamais. Parce que beaucoup de gens de bonne volonté étaient lassés d’un régime décadent, fait d’abus et de compromissions, parce qu’ils rêvaient d’une France plus saine, plus libre, plus forte, où chacun aurait conscience de ses devoirs et de ses droits, nous avons créé le Front national. Le Front national est là, il existe. Si vous le voulez, il vous permettra de faire de la France ce que vous souhaitez qu’elle soit : une France riche de souvenirs, fière de son passé, de son rayonnement intellectuel, mais surtout pleine de promesses pour son avenir. Si vous faites confiance au Front national, et si vous me faites confiance, j’essaierai, conscient de mes devoirs, de faire de notre France ce que vous voulez qu’elle soit. La tâche de président de la République est plus qu’un honneur, c’est une mission. Si vous le voulez, j’essaierai de mener à bien cette mission, avec votre confiance, avec votre aide, dans l’amour commun que nous portons à notre pays. »