A Abbeville, l'union sacrée pour sauver «le train des oubliés de la République»

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le rassemblement se veut festif et bon enfant. Il n’en est pas moins sérieux et décidé. Ce jeudi 21 décembre, une centaine de personnes se pressent dans le petit hall de la gare d’Abbeville, bonnet de père Noël sur la tête, pour réclamer un cadeau singulier : que la ligne de chemin de fer jusqu’au Tréport survive. La SNCF prévoit de la fermer, pour des raisons de sûreté, dès le printemps prochain.