Affaire Squarcini: un Parlement démuni

Le livre L'Espion du Président, qui dénonce l'existence d'une véritable police politique dirigée par Bernard Squarcini, choque l'opposition au gouvernement. Mais le parlement se révèle impuissant, face à un exécutif incontrôlable.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Offusquée mais impuissante. Demain, lors des questions au gouvernement à l’Assemblée nationale, la gauche devrait tenter de bousculer le gouvernement après les révélations du livre L'Espion du Président (éd. Robert Laffont) : trois journalistes y décrivent comment la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), dirigée par Bernard Squarcini, a été dévoyée au service d'un camp et d'intérêts privés. L’opposition se fait toutefois peu d’illusion sur les possibles débouchés politiques de l’affaire.