A Lyon, le désarroi du patronat face au champ de bataille électoral

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Lyon, de notre envoyée spéciale.-  « Cette campagne est pitoyable. » En route pour Genève, le patron de l’entreprise de BTP Serfim, Guy Mathiolon, peste que l’« on ne parle plus du tout des préoccupations des chefs d’entreprise ». Même dépit chez le puissant patron de la CPME (ex-CGPME) du Rhône, François Turcas, qui regrette, lui, un « énorme gâchis ».