Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

  • Nouveau
  • 23/03/2017 16:32
  • Par

Pourquoi commenter un programme fascite ?Que de temps perdu à faire la pub pour les fascites? A quand, un débat avec Melenchon?

Le travail des journalistes de Mediapart prend appui sur la période 2002-2017. Or il se trouve que j’ai commencé à travailler sur la période 1986-1988 - seule époque pendant laquelle le Front national -grâce à la proportionnelle - a pu constituer un groupe à l’Assemblée nationale. Le travail ne fait que commencer et je publie au fur et à mesure de l’avancée du travail sur mon blog des chroniques - sous la forme d’un « rétro-journal ».

 

A ce jour, je note trois thèmes qui ne rentrent pas du tout dans les problématiques de la période concernée :

 

1) le thème du libéralisme à tout crin :
I-02_le refus des ordonnances CHIRAC-BALLADUR
II-04_la fin de l'autorisation administrative de licenciement
II-02_loi de finances rectificatives

 

2) la notion de « capitalisme populaire »
I-05_privatisations,"désétatisation" et "capitalisme populaire"

 

3) la défense du Parlement
I-01_un groupe parlementaire en quête de respectabilité
II-01_l'ultime combat pour la proportionnelle

 

Ces thématiques auraient-elles été définitivement abandonnées ?  Je crois plutôt qu’il y a là des exemples de la plasticité du discours du FN qui lui permet , dans des situations différentes, de modifier tout ce qui ne relève pas des fondamentaux.

Pour la période que j’étudie - après avoir été tenté de collaborer avec le gouvernement Chirac/ Balladur (il s’est de fait heurté à un refus radical de la part de ces derniers) - le FN a vu tout le parti qu’il pouvait tirer de la situation : en se montrant plus libéral que les libéraux (mais sans s’opposer à leur politique car ils finissent presque toujours par voter les textes proposés  ), il s’offrait un espace de parole qu’il n’avait pas connu jusqu’alors. D’où la thématique de la défense du Parlement.

 

À suivre.