Cinq livres à lire pour la gauche (2/5). Déconstruire la dette

Par

Si la gauche parvient au pouvoir le 6 mai, elle sera jugée sur sa capacité à mettre fin aux politiques nauséabondes et inégalitaires de l’ère Sarkozy. Mais ses succès ou ses échecs seront liés à sa capacité à penser et dépasser les clivages qui la guettent. Interpellation autour de cinq livres récents. Deuxième épisode : Déconstruire la dette.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans le métro parisien, une affiche pour un centre de formation intensive à la langue anglaise interpelle les différents candidats par leurs prénoms avec cette question : « Dans un mois, rendez-vous avec Barack, êtes-vous prêts ? » Si « François » l’emporte le 6 mai, et se juge suffisamment fluent pour une entrevue avec le président américain, il pourrait aussi être judicieux qu’il en profite pour lire un ouvrage non encore traduit en français, intitulé Debt : The First 5000 Years, paru chez Melville house. Le dernier ouvrage de l’anthropologue David Graeber, basé à Londres, et par ailleurs très actif dans le mouvement Occupy des deux côtés de l’Atlantique, propose en effet une nouvelle approche de cette dette qui terrorise la droite et tétanise la gauche.